Détournement d'avion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un détournement d'avion est la prise de contrôle d'un avion par une ou plusieurs personnes. Dans la plupart des cas, ces personnes sont armées et forcent le pilote à se diriger vers l'endroit désiré par les preneurs d'otage. Cet acte est souvent associé au terrorisme.

Affiche d'avertissement dans un aéroport d'une ville d'Afrique Centrale en 2012.

Exemples notables[modifier | modifier le code]

  • Le premier détournement d'avion eut lieu le 22 octobre 1956 lorsque les services spéciaux militaires français détournèrent l'avion marocain qui transportait des responsables du Front de libération national algérien.
  • Le second, en juillet 1968 quand le FPLP détourna un avion de la compagnie israélienne El Al sur l'aéroport d'Athènes. Dans les quelques années qui suivent, c'est près d'une cinquantaine de détournements par an qui auront lieu.
  • Cas très rare, en octobre 1998, un pilote d'Air China a détourné son avion vers Taïwan en menaçant de provoquer un écrasement si les autres membres de l'équipage l'empêchaient d'atteindre son but.[réf. souhaitée]
  • Le 3 juillet 2008, une tentative de détournement d'un Boeing 747-400 en provenance de Londres Heathrow à destination de Hong Kong a été déjoué par les pilotes qui ont pu se défendre grâce à des bagages à mains des passagers face à leurs agresseurs équipés d'armes à feu. Aucun blessé n'est à déplorer. Il ne s'agirait pas d'un attentat suicide comme pour le 11 septembre mais il semblerait qu'un rapport ait été établi avec un trafic mondial de cartes mémoire. Les enquêteurs se concentrent en ce moment sur la façon dont ces pirates de l'air ont réussi à embarquer les armes à bords. Il semblerait que la sécurité de l'aéroport de Heathrow soit impliquée.[réf. nécessaire]
  • Un pilote d'Ethiopian Airlines a survécu à trois détournements, dont le Vol 961 Ethiopian Airlines qui finit malheureusement face à une plage des Comores et fut un des rares amerrissages filmés.
  • Le 17 février 2014, le co-pilote du vol Addis-Abeba - Rome opéré par Ethiopian Airlines a détourné le vol en direction de l'aéroport international de Genève. L'homme s'est rendu aux autorités genevoise sans opposer de résistance. Il recherchait l'asile politique. Ce détournement remet en cause la qualité des services de défense aérienne Suisse qui, faute de budget, n'opère que durant les heures de bureau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Despratx, Le mystère du Boeing détourné sur la France, Bakchich, 29 août 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]