Déterminisme technologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le déterminisme technologique est un courant de pensée de la sociologie des techniques. Dans une perspective déterministe, « on suppose que le changement technique est un facteur indépendant de la société. D'une part, le changement technique est autonome [...]. D'autre part, un changement technique provoque un changement social »[1]. Le déterminisme technologique est donc constituée autour de deux grandes idées :

  • La société n'influence pas la technique, qui tire son évolution d'elle-même ou de la science.
  • La technique influence la société.

Le déterminisme technologique est aujourd'hui fortement remis en cause par les avancées de la sociologie des techniques[2]

La société n'influence pas la technique[modifier | modifier le code]

André Leroi-Gourhan est l'un des grands représentants du courant déterministe, et en particulier de l'idée que les technologies sont leur propres moteur. À propos de son étude des techniques primitives, et notamment des propulseurs, il écrit ainsi que « le déterminisme technique conduit à considérer le propulseur comme un trait naturel, inévitable, né de la combinaison de quelques lois physiques et de la nécessité de lancer le harpon »[3]

La technique façonne la société[modifier | modifier le code]

Karl Marx est l'un des premiers penseurs à considérer que l'évolution technique détermine l'évolution des sociétés. Merritt Roe Smith écrit que « Marx, dans ses moments de simplification, affirmait que le féodalisme reposait sur les roues à eau et que les machines à vapeur donnèrent naissance tant aux usines qu'à la bourgeoisie. »[4]

Auteur d’une soixantaine de livres dont sur un sur la pensée de Marx dont il était spécialiste[5], Jacques Ellul est surtout connu comme penseur de la technique. il est notamment l'auteur de :
- La Technique ou l'Enjeu du siècle, en 1954[6] ;
- Le Système technicien, en 1977[7] ;
- Le Bluff technologique, en 1988[8].

La critique du déterminisme technologique[modifier | modifier le code]

Le déterminisme technologique s'oppose aujourd'hui au constructivisme social appliqué à l'étude des techniques[9] La perspective constructiviste et la critique du déterminisme fut notamment développée par Wiebe Bijker et Trevor Pinch, dans leur livre The Social Construction of Facts and Artifacts[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Vinck, 1995, Sociologie des sciences, Armand Colin, p. 232.
  2. Dominique Vinck, 1995, Sociologie des sciences, Armand Colin, p. 254.
  3. André Leroi-Gourhan, 1971, Evolution et technique, I, Paris, p. 235, cité in Marc Groenen, 1996, Leroi-Gourhan : essence et contingence dans la destinée humaine, De Boeck Université
  4. Merritt Roe Smith , Leo Marx, 1994, Does Technology Drive History? The Dilemma of Technological Determinism, MIT Press, p. 103
  5. Jacques Ellul, La pensée marxiste. Cours professé à l'IEP de Bordeaux de 1947 à 1979 (mis en forme et annoté par Michel Hourcade, Jean-Pierre Jézéquel et Gérard Paul), La Table Ronde. 2e édition, 2012
  6. Jacques Ellul, La Technique ou l'Enjeu du siècle. Paris : Armand Colin. 3e édition : Paris : Economica, 2008
  7. Jacques Ellul, Le Système technicien, Calmann-Lévy. 3e édition Paris : Le Cherche-midi, 2012
  8. Jacques Ellul, Le Bluff technologique. Paris : Hachette. 3e édition, 2012
  9. Dominique Vinck, 1995, Sociologie des sciences, Armand Colin, p. 231.
  10. MIT Press, 1987