Désorganisation sociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La désorganisation sociale est un concept sociologique développé par l'école de Chicago.

Théorie[modifier | modifier le code]

La théorie de la désorganisation sociale est l'une des plus importantes théories développées par l'école de sociologie de Chicago. Elle met en évidence le lien entre les zones urbaines en transition et le déclin de l'influence des valeurs collectives de l'individu qui peut provoquer des phénomènes de la délinquance. C’est un concept majeur dans l’étude des grandes villes américaines et qui implique de nombreux changements sociaux.

Il est notamment utilisé par Nels Anderson (1923) sur les travailleurs saisonniers, Frederic Thrasher (1927) sur les gangs, Harvey Zorbaugh (1929), Paul G. Cressey (1929) sur les dancings publics. Ruth Cavan (1928) sur le suicide, Ernest Mowrer (1927) sur la désorganisation de la famille, Louis Wirth (1926) sur le ghetto, et Walter Reckless (1925) emploient également ce concept.

Si la théorie de la désorganisation sociale a été peu introduite en France, il existe des similitudes avec le concept de l'anomie chez Émile Durkheim.

En réponse à la désorganisation sociale, le sociologue américain Saul Alinsky a développé les méthodes du « community organizing », qui consiste à recréer des relations dans une zone urbaine dans l'objectif d'améliorer les conditions de vie des habitants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Définition du lexique en ligne d'Arsonval