François-Désiré Bancel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Désiré Bancel)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bancel.
Désiré Bancel
Statue devant la gare de Valence

François-Désiré Bancel, né le à Lamastre (Ardèche), mort au même endroit le 23 janvier 1871, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François-Désiré Bancel naît dans une famille originaire du Vivarais qui a donné des générations d’hommes de loi depuis le XVIe siècle. Son père, Sylvestre Bancel, est avocat à Valence (Drôme), bâtonnier de l’ordre, conseiller général de l’Ardèche.

Après des études secondaires au lycée de Tournon et de droit à Grenoble, puis Paris, il devient avocat à Valence. Républicain, il participe à la révolution de 1848, et soutient la candidature de Cavaignac à l’élection présidentielle. Il est élu député républicain de la Drôme le .

Il dénonce la politique de Napoléon III à tel point qu'il est contraint de s'exiler à Bruxelles où il enseigne la littérature et l'éloquence à l'Université libre de Bruxelles. Après son retour en France, il est réélu député de Paris en 1869.

Il était un fervent défenseur de l'école qu'il voyait comme une source de tolérance.

Sa statue en bronze, par Paul Peyrouze, fut élevée en 1897 devant la gare de Valence. En 1942, elle est enlevée pour être fondue au profit de l’armée allemande. Stockée à Paris, elle est prise pour une statue de Jean Bart et envoyée à Dunkerque. Elle revient à Valence en 1950, mutilée, et est installée en 1980[1] près de la Porte Neuve. Suite à la réfection des boulevards, elle retrouve sa place d’origine en 2012.

Un boulevard à Valence, une rue à Lyon portent son nom.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • F.-D. Bancel, Études sur la formation de la langue et sur la littérature françaises au moyen âge ; précédées d'une notice historique sur sa vie, de son portrait, gravé par A. Lalauze, et d'un fac-simile de son écriture. Paris, A. Claudin, 1878 (ouvrage posthume)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Inauguration, 1980

Références[modifier | modifier le code]