Désignation du pays organisateur du Championnat d'Europe de football 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La désignation du pays organisateur du Championnat d'Europe de football 2016 a eu lieu le 28 mai 2010 à Genève en Suisse. La France a été choisie comme pays organisateur.

Candidatures[modifier | modifier le code]

3 candidatures officielles ont été déposées[1] par la Turquie, la France et l'Italie.

D'autres pays avaient l'intention de le faire, avant de faire marche arrière :

  • L'Écosse et le Pays de Galles qui devaient présenter une candidature commune[2].
  • La Suède et la Norvège, le 9 décembre 2009, les gouvernements norvégien et suédois ont refusé d'apporter leur soutien à la candidature commune de l'euro 2016[3].

Votes[modifier | modifier le code]

Nombre de voix obtenues[4]
Fédérations candidates 1er tour 2e tour
 Drapeau : France France 43 7
 Drapeau : Turquie Turquie 38 6
 Drapeau : Italie Italie 23 Éliminé
Total des votes 104 13

Exigences d'hébergement[modifier | modifier le code]

Un minimum de neuf stades est nécessaire à l'accueil d'un championnat dans le format 24 équipes. Au moins huit stades doivent comporter plus de 30 000 sièges, quatre de ces huit stades plus de 40 000 et bénéficier d'un classement UEFA des stades 4 étoiles, et enfin au moins deux enceintes doivent pouvoir accueillir 50 000 spectateurs, avec un classement UEFA 5 étoiles.

Historique des candidatures[modifier | modifier le code]

Le 13 décembre 2006, l'Écosse et le Pays de Galles déposent officiellement leur candidature conjointe pour l'organisation de la compétition[5] (au Royaume-Uni, les fédérations de football d'Écosse, du Pays-de-Galles et d'Irlande-du-Nord sont indépendantes de celle de l'Angleterre).

Le 18 avril 2007, le président de la Fédération française de football, Jean-Pierre Escalettes, déclare que la France pourrait être candidate, mais qu'aucun dossier n'a été rempli pour le moment[6]. Le président de la Ligue professionnelle, Frédéric Thiriez, est favorable à cette candidature[7]. Le 11 décembre 2007, dans le journal L'Équipe, le secrétaire d'État aux Sports Bernard Laporte annonce que l'État soutient pleinement l'organisation de l'Euro 2016 en France et annonce la création d'une commission chargée de faire le bilan des infrastructures disponibles et de l'état des équipements[8]. Cette commission "Grands stades Euro 2016" voit le jour mi-janvier 2008. Elle est composée de 19 membres et était présidée par Philippe Séguin[9].

Le 15 avril 2008, le secrétaire d'État aux Sports Bernard Laporte évoque la possibilité d'une alliance franco-italienne, hypothèse immédiatement démentie par Jean-Pierre Escalettes.

Le 11 décembre 2008, le comité exécutif de l'UEFA décide que les candidats à l'organisation de l'Euro 2016 ont jusqu'au 9 mars 2009 pour « manifester leur intérêt » pour l'épreuve. Le comité estime également que neuf stades seraient nécessaires pour une compétition que la France souhaite accueillir.

Face aux difficultés logistiques rencontrées par la Pologne et l'Ukraine, pays hôtes de l'Euro 2012, l'UEFA renforce le rôle de la commission technique. Celle-ci aura ainsi le pouvoir d'éliminer des candidats sur des critères techniques et pourra établir une short list de « trois ou quatre candidats » à partir du 9 mars 2009.

Le 18 décembre 2008, le président de la Fédération italienne de football, Giancarlo Abete, déclare que la Fédération italienne étudiera la possibilité de porter l'Italie candidate et que la décision sera prise en février 2009.

Le 13 février 2009, la France confirme sa candidature. En juillet 2009, Strasbourg annonce sa candidature pour l'organisation de l'Euro 2016, et annonce la rénovation du stade de la Meinau.

Le 26 février 2009, la Norvège et la Suède annoncent leur candidature commune : « Nous pouvons organiser une vraie fête populaire avec une onde de choc dans toute la société », a déclaré le président de la fédération norvégienne, Sondre Kafjord, lors d'une conférence de presse.

Le 1er mars 2009, l'Écosse et le Pays de Galles renoncent à leur candidature commune à cause de la crise économique et du fait que le passage à un Euro disputé par 24 équipes réclame des structures bien trop importantes[10].

Le 2 mars 2009, l'Italie annonce officiellement sa candidature.

Le 10 mars 2009, lendemain de la date limite de dépôt des dossiers de candidatures, l'UEFA annonce avoir reçu quatre candidatures : celles de la France, de l'Italie, de la Turquie et du dossier commun Norvège-Suède[11].

Le 28 mai 2010, l'UEFA a désigné la France comme pays organisateur à Genève.

Candidature de la Turquie[modifier | modifier le code]

Logo de la candidature turque
  • Stades à rénover ou à construire :
    • Istanbul : Stade olympique Atatürk, Stade existant, capacité 82 000 actuelle, (Stade 5 étoiles UEFA). Une rénovation est prévue, au niveau de la couverture du stade, pour un coût d'environ 50 M€, la capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 90 115 places assises. Pour l'Euro 2016, 8 matchs sont programmés, dont le match d'ouverture, 3 matchs de groupe, 1 huitième de finale, 1 quart de finale, 1 demi-finale et la grande finale.
    • Istanbul : Türk Telekom Arena, Stade en construction, ouverture du stade prévue pour le 29 octobre 2010. Future Stade 5 étoiles UEFA. Le stade sera l'un des rares d'Europe à avoir un toit rétractable, comme celui de l'Ajax d'Amsterdam. Le stade sera la propriété du club de Galatasaray SK. Le coût de sa construction est d'environ 180 M€. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 52 514 places assises. Pour l'Euro 2016, 6 matchs sont programmés dont 4 matchs de groupe, 1 huitième de finale et 1 quart de finale.
    • Izmir : New Izmir Stadium, nouveau stade à construire, fin des travaux prévue en 2013, le coût de sa construction sera d'environ 153 M€. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 43 900 places assises. Pour l'Euro 2016, 7 matchs sont programmés dont 5 matchs de groupe, 1 huitième de finale et 1 quart de finale.
    • Ankara : New Ankara Stadium, nouveau stade à construire, fin des travaux prévue en 2013, le coût de sa construction sera d'environ 177 M€. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 43 403 places assises. Pour l'Euro 2016, 6 matchs sont programmés dont 4 matchs de groupe, 1 huitième de finale et 1 demi-finale.
    • Antalya : New Antalya Stadium, nouveau stade à construire, fin des travaux prévue en 2013, le coût de sa construction sera d'environ 158 M€. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 44 301 places assises. Pour l'Euro 2016, 6 matchs sont programmés dont 4 matchs de groupe, 1 huitième de finale et 1 quart de finale.
    • Eskişehir : New Eskişehir Stadium, nouveau stade à construire, fin des travaux prévue en 2014, le coût de sa construction sera d'environ 125 M€. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 38 792 places assises. Pour l'Euro 2016, 5 matchs sont programmés dont 4 matchs de groupe et 1 huitième de finale.
    • Bursa : New Bursa Stadium, nouveau stade à construire, fin des travaux prévue en 2014, le coût de sa construction sera d'environ 119 M€. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 33 157 places assises. Pour l'Euro 2016, 5 matchs sont programmés dont 4 matchs de groupe et 1 huitième de finale. Le toit du stade aura la particularité d'avoir la forme d'un crocodile, symbole de l'équipe locale Bursaspor.
    • Kayseri : Stade Kadir Has, stade existant, des rénovations seront apportées pour l'Euro 2016 en 2014, le coût de ces rénovations sera de 19 M€. Le stade fait partie de la liste Stade 4 étoiles UEFA. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 33 296 places assises. Pour l'Euro 2016, 4 matchs de groupe sont programmés.
    • Konya : New Konya Stadium, Nouveau stade à construire, fin des travaux prévue en 2013, le coût de sa construction sera d'environ 119 M€. La capacité nette pour l'Euro 2016 sera de 32 967 places assises. Pour l'Euro 2016, 4 matchs sont programmés dont 3 matchs de groupe et 1 huitième de finale.
Liens

Candidature française[modifier | modifier le code]

Logo de la candidature française

Le 11 novembre 2009, la fédération française de football a annoncé les douze villes qui recevraient la compétition ou seraient en réserve en cas de désignation de la France. Il s'agit de Saint-Denis, Marseille, Lyon, Lille, Paris, Lens, Saint-Étienne, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Nice et Nancy.

Liens

Candidature italienne[modifier | modifier le code]

Logo de la candidature italienne

Le 30 septembre 2009 la fédération italienne de football a annoncé les douze villes qui recevraient la compétition ou seraient en réserve en cas de désignation de l'Italie. Il s'agit de Bari, Cagliari, Césène[12], Florence, Gênes, Milan, Naples, Palerme, Rome, Turin, Udine et Vérone.

Liens

Projet des pays ayant renoncé[modifier | modifier le code]

Le 9 décembre 2009, les gouvernements norvégien et suédois annoncent leur refus d'apporter leur soutien à la candidature commune des deux pays[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]