Département protection sécurité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir DPS.
Membres du DPS surveillant la fin du défilé du parti en l'honneur de Jeanne d'Arc, le 1er mai 2007 à Paris.

Le Département protection sécurité (DPS) est le service d'ordre du Front national. Il fait également office de service de renseignement interne.

Le DPS a été créé en 1985 et fait suite au service d'ordre (DOM - Direction et Organisation des Meetings) créé et dirigé par Roger Holeindre. Son premier directeur national fut M. Jeambart, de 1985 à 1993.

Mission[modifier | modifier le code]

La mission du DPS est, comme la plupart des services d'ordre, la protection physique des dirigeants du Front national et la surveillance des manifestations ou meetings du parti. Une des caractéristique du DPS par rapport aux autres services de sécurité de partis politiques est son caractère quasi militaire[réf. nécessaire], aussi bien dans l'origine de beaucoup de ses membres (anciens militaires, policiers ou vigiles) que dans son équipement (casques et uniformes proches ou similaires à ceux équipant les brigades mobiles de forces publiques).

Il est actuellement dirigé par le directeur national du DPS, nommé par la présidente du Front national.

Parallèlement à son travail de service d'ordre, selon une enquête parlementaire de 1999, le DPS servirait officieusement de service de renseignement interne du Front national au même titre que les Renseignements généraux pour l'État : « Cette fonction serait assurée tant par l’intermédiaire de son directeur national qu’au travers ses échelons locaux, souvent perçus comme des « commissaires politiques » chargés d’informer le président sur la vie interne du mouvement et les éventuelles turpitudes des uns ou des autres[1].

Actions controversées et incidents[modifier | modifier le code]

Selon le rapport parlementaire concernant le DPS établit en 1999, le DPS serait « à l'origine de trop nombreux incidents ». L'opposition dénonce une « commission d'enquête alibi »[1].

La question de la dissolution[modifier | modifier le code]

La question de la dissolution a été posée par la commission d'enquête parlementaire de 1999 sur la base de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées. Celle-ci n'a pas été retenue en raison[réf. nécessaire] de la scission du Front national, qui avait largement affaibli l'organisation et du départ de son dirigeant de l'époque, Bernard Courcelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]