Département d'Oran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ne pas confondre avec Département d'Orán


Département d'Oran

18481962
19621968

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Département d'Oran, dans ses limites de 1905 à 1957.

Informations générales
Statut Département français d'Algérie, puis département d'Algérie
Chef-lieu Oran
Démographie
Population 851 190 hab. (1954)
Superficie
Superficie 67 262 km2 (avant 1957)
16 438 km2 (après 1957)
Histoire et événements
9 décembre 1848 Création
10 janvier 1957 Fin de l'administration sur les Territoires du Sud
20 mai 1957 Réorganisation et division
17 août 1958 Séparation du département de Saïda
1962 Indépendance de l'Algérie
1968 Transformation en wilaya

Entités précédentes :

  • Ottoman flag.svg Beylicat d'Oran

Entités suivantes :

Le département d'Oran est un des départements français d'Algérie, qui a existé entre 1848 et 1962.

Considérée comme une province française, l'Algérie fut départementalisée le 9 décembre 1848. Les départements créés à cette date étaient la zone civile des trois provinces[1] correspondant aux beyliks de l'État d'Alger récemment conquis. Par conséquent, la ville d'Oran fut faite préfecture du département portant son nom, couvrant alors l'ouest de l'Algérie[2], laissant à l'est le département d'Alger, lui-même à l'ouest de celui de Constantine.

Les provinces d'Algérie furent totalement départementalisées au début de la IIIe république, et le département d'Oran couvrait alors environ 116 000 km2[3]. Il fut divisé en plusieurs arrondissements au fil des ans, avec la création de sous-préfectures : Mascara, Mostaganem, et Tlemcen ; auxquels se rajoutèrent Sidi-bel-Abbès en 1875 et Tiaret en 1939.

Le département comportait encore à la fin du XIXe siècle un important territoire de commandement sous administration militaire, sur les hauts plateaux et aux frontières du Maroc. Lors de l'organisation des Territoires du Sud en 1905, le département fut amputé à leur profit d'une grande partie du secteur des hauts-plateaux du Sud-Oranais et réduit à 67 262 km2, ce qui explique que le département d'Oran se limitait à ce qui est aujourd'hui le nord-ouest de l'Algérie.

L'Oranais a porté le numéro de département français 92 de 1941 à 1957 puis le 9G jusqu'en 1964.

Réorganisation et indépendance[modifier | modifier le code]

Carte du département d'Oran après la réorganisation de 1956, incluant l'arrondissement du Telagh (rattaché à Saida de 58 à 59).

Le 28 janvier 1956, une réforme administrative visant à tenir compte de la forte croissance démographique qu'avait connue le pays amputa le Département d'Oran de ses régions périphériques créant ainsi le 20 mai 1957, trois départements supplémentaires : le département de Mostaganem, le département de Tiaret et le département de Tlemcen. Une dernière modification territoriale intervint le 17 août 1958 avec la création du département de Saïda à partir des départements de Tiaret, Oran et Saoura qui rétrocéda les hauts plateaux du Sud-Oranais.

Le nouveau département d'Oran couvrait alors 16 438 km2, était peuplé de 851 190 habitants, et possédait quatre sous-préfectures : Aïn Témouchent, Perrégaux, Sidi-bel-Abbès et Telagh.

Maintenu après l'indépendance de l'Algérie dans son cadre géographique et ses fonctions administratives, tout en connaissant des réformes organiques et structurelles importantes dès août 1962[4], le département algérien d'Oran devint la Wilaya d'Oran par une ordonnance de 1968.

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après les termes du recensement de 1954, le département d'Oran dans ses frontières d'après 1957 (incluant l'arrondissement du Telagh, qui fut temporairement rattaché à Saïda) comptait alors 851 190 habitants, dont 564 042 musulmans et 287 148 non-musulmans, soit 66,3 % de musulmans.

Ces chiffres, qui faisaient du département d'Oran le département où la population de souche européenne était la plus implantée, cachent cependant une certaine inégalité par arrondissement. En effet, dans l'arrondissement d'Oran même, les non-musulmans étaient légèrement majoritaires, cas unique dans l'ensemble de l'Algérie : Sur 402 200 habitants, 204 393 étaient non-musulmans contre 197 807 musulmans, soit 50,82 % de non-musulmans.

Le département en 1957 : arrondissements et communes[modifier | modifier le code]

Cette liste des communes par arrondissement du département en 1957 est issue du décret du 20 mai 1957 « portant modification des limites départementales et création d'arrondissements en Algérie »[5].

Ce décret, qui organisait le nord de l'Algérie en douze départements, reflètait aussi la création des nouvelles communes de droit commun issues des communes mixtes dissoutes en 1956.

  • Arrondissement d'Oran (26 communes)

Aïn-el-Turk ; Arcole ; Arzew ; Assi-Ameur[6] ; Assi-Ben-Okba ; Assi-Bou-Nif ; Bou-Sfer ; Bou-Tlelis ; El Ançor ; Fleurus[7] ; Kleber ; La Senia ; Legrand ; Mangin ; Mers-el-Kebir ; Misserghin ; Oran ; Renan ; Saint-Cloud ; Sainte-Barbe-du-Tlelat ; Sainte-Léonie ; Saint-Leu ; Saint-Louis ; Sidi-Chami ; Tafaraoui ; Valmy.

  • Arrondissement de Perrégaux (24 communes)

Ahl-el-Aid ; Aïn-Cheurfa ; Alahnia ; Beni-N'Cigh ; Borgias ; El-Gada ; El-Ksar ; Ferraga ; Ferraguig ; Jean-Mermoz ; Khrouf ; Maréchal-Leclerc ; Mocta Douz ; Nouvion ; Oggaz ; Ouled-Said ; Perrégaux ; Port-aux-Poules ; Saint-Denis-du-Sig ; Saint-Lucien ; Sedjerara ; Sidi-Ali-Cherif ; Telilat ; Tenazet.

  • Arrondissement d'Aïn-Témouchent (17 communes)

Aïn-el-Arba ; Aïn-Khial ; Aïn-Témouchent ; Aoubellil ; De Malherbe ; Er-Rahel ; Gaston-Doumergue[8] ; Guiard ; Hammam-Bou-Hadjar ; Laferrière ; Lourmel ; Oued-Berkèches[8] ; Oued-Sebbah ; Rio-Salado ; Saint-Maur ; Trois-Marabouts ; Turgot.

  • Arrondissement de Sidi-Bel-Abbès (31 communes)

Amarnas ; Baudens ; Bedrabine ; Bonnier ; Boudjebaa ; Boukhanefis ; Chanzy ; Chetouane ; Deligny ; Descartes ; Détrie ; Lamtar ; Les Trembles ; Mercier-Lacombe ; Messer ; Oued-Imbert ; Oued-Mebtouh[9] ; Oued-Sefioun ; Palissy ; Parmentier ; Prudon ; Sfisef ; Sidi-Bel-Abbès ; Sidi-Daho-des-Zair ; Sidi-Yacoub ; Tabia ; Tassin ; Telioum ; Tenira ; Tessala ; Tilmouni.

  • Arrondissement du Telagh (16 communes)

Bedeau ; Bossuet ; El-Gor ; Magenta ; Maïder ; Marhoum; Messoulane ; Mouilah ; Rochambeau ; Slissen ; Tadjemout ; Taourira ; Tefessour ; Telagh ; Tirman ; Zegla.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du Président du Conseil des 9 décembre 1848 et 16 mars 1849, article 1: « La division actuelle de l'Algérie en trois provinces est maintenue. Chaque province sera divisée en territoire civil et en territoire militaire. Le territoire civil de chaque province formera un département »
  2. Pour l'anecdote, ce département dessinait une espèce de carte du Tendre, partant de l'oued Kiss à son extrême Nord-Ouest, pour arriver au djebel Amour en son extrême Sud-Est
  3. Tableau général des communes d'Algérie: 1884 ; 1902
  4. Ahmed Mahiou, Les collectivités territoriales algériennes, éditions du CNRS, Paris 1970, pp.285-287 ; Lire en ligne
  5. Décret 57-604 du 20 mai 1957 portant modification des limites départementales et création d'arrondissements en Algérie, tableaux annexes. JORF du 21 mai 1957 sur Légifrance, pp. 5053-5054
  6. Hassi Ameur, en grande partie dans l'actuelle commune de Hassi Bounif, et en petite partie dans celle de Hassi Ben Okba; cf. JORA 19/12/1984, p.1552
  7. Renommé Hassiane E'Toual, et intégré depuis 1984 dans la commune de Ben Freha
  8. a et b La commune de Gaston Doumergue est renommée Oued Berkèche, et la commune de Oued-Berkèche est renommée Hassasna - Cf. Journal officiel algérien du 7 décembre 1965, p.1101 ; Lire en ligne
  9. Actuellement, partie de la commune de Boudjebaa El Bordj; cf. J.O.R.A. du 19 décembre 1984, p.1533.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]