Dénominations de la guerre de Sécession

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Guerre de Sécession.
Progression de la guerre (1860-1870), en bleu foncé, les États de l'Union, en bleu clair les territoires de l'Union, en noir les États confédérés et en gris les territoires de la Confédération.

La guerre de Sécession (1861-1865) est connue sous plusieurs noms qui dépendent du contexte politique, historique, linguistique et culturel.

Les auteurs français ou de langue autre que l'anglais utilisent généralement le terme guerre de Sécession. Dans la littérature anglophone, depuis le début du XXe siècle, on emploie le terme Civil War (guerre civile), ou parfois American Civil War (guerre civile américaine) s'il faut la distinguer d'autres guerres civiles. Pendant la guerre et immédiatement après, les Unionistes utilisaient le terme War of the Rebellion (guerre de la rébellion), et les Sudistes l'expression équivalente témoignant d'un point de vue opposé, War for Southern Independence (guerre d'Indépendance du Sud). Cette dernière forme revint temporairement à la mode à la fin du XXe siècle avant de retomber en désuétude. Bien que peu employée durant le conflit, l'expression War Between the States (guerre entre les États) s'est répandue dans le Sud à la fin de la guerre. D'autres termes beaucoup plus connotés sont parfois employés : War of Northern Aggression (guerre d'agression nordiste), par certains Sudistes, ou Freedom War (guerre de la Liberté), par leurs voisins noirs pour rappeler le rôle qu'a joué cette guerre dans l'abolition de l'esclavage.

Les batailles portent parfois un nom différent dans les deux camps (première bataille de Bull Run/première bataille de Manassas) : les armées du Nord les désignaient souvent par le nom d'un cours d'eau voisin tandis que les Sudistes utilisaient le nom de la ville la plus proche.

Noms usuels[modifier | modifier le code]

Guerre civile[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le terme Guerre civile (en anglais, Civil War) est le plus utilisé : il est employé dans la grande majorité des ouvrages de référence, des revues savantes, des dictionnaires, des encyclopédies, des histoires populaires et des mass media depuis le début du XXe siècle[1]. Le National Park Service, agence fédérale chargée par le Congrès américain de gérer les parcs nationaux, utilise ce terme[2]. C'est également le terme le plus ancien utilisé pour qualifier le conflit : des acteurs de premier plan comme Jefferson Davis, Robert Lee, Ulysse Grant, William Tecumseh Sherman, Pierre Beauregard, Nathan Bedford Forrest, et Judah P. Benjamin utilisent le terme de « guerre civile » avant et pendant ce conflit. Abraham Lincoln l'utilise en de nombreuses occasions [3],[4],[5]. En 1862, la Cour suprême des États-Unis utilise l'expression « la présente guerre civile entre les États-Unis et les soi-disant États confédérés »[6], ainsi que « la guerre civile qui fait rage actuellement entre les États du Nord et du Sud »[7],[8].

Les historiens anglophones en dehors des États-Unis utilisent le terme de guerre civile américaine (par exemple, American Civil War sur wikipedia anglophone), ou parfois U.S. Civil War. Ces variantes sont aussi employées par les historiens américains si le contexte peut porter à confusion, par exemple, avec les guerres civiles d'Angleterre, d'Irlande ou d'Espagne.

Guerre entre les États[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de Géorgie utilisant l'expression War Between the States

Le terme « guerre entre les États » (en anglais, War Between the States) était rarement utilisé pendant la guerre, mais le fut ensuite dans le Sud afin de perpétuer l'interprétation sudiste de la guerre.

Le gouvernement confédéral évitait d'employer le terme « guerre civile » et préférait utiliser l'expression « guerre entre les États confédérés d'Amérique et les États-Unis d'Amérique »[8],[9].

Il existe quelques références connues à l'usage, pendant la guerre même, du terme « guerre entre les États »[10].

Les diplomaties européennes utilisaient des formules similaires pour éviter le terme « guerre civile ». La reine Victoria affirma la neutralité britannique en faisant référence aux « hostilités [...] entre le gouvernement des États-Unis et certains États qui se font appeler les États confédérés d'Amérique » [11],[8].

Franklin Delano Roosevelt a fait référence à la guerre comme « une guerre de quatre ans entre les États »[12]. Des mentions de la « guerre entre les États » figurent occasionnellement dans des documents de tribunaux fédéraux ou d'État[13].

Les expressions « guerre civile » et « guerre entre les États » ont été utilisées conjointement dans certaines manifestations officielles. Par exemple, pour marquer le centenaire de la guerre dans les années 1960, la Georgie a créé la Georgia Civil War Centennial Commission Commemorating the War Between the States (Commission géorgienne du centenaire de la guerre civile, chargée de commémorer la guerre entre les États).

En 1994, la poste américaine a émis un timbre commémoratif intitulé « la guerre civile / la guerre entre les États ».

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Bien qu'officiellement neutres dans le conflit, la France et le Royaume-Uni étaient de facto sympathisants du Sud, dont le coton alimentait les filatures. C'est sans doute pourquoi le terme « guerre de Sécession » s'est imposé.

Le terme « guerre de Sécession » (en anglais, War of Secession) est parfois utilisé dans le sud des États-Unis au lieu de « Guerre civile ». Dans la plupart des langues européennes, on fait référence à cette guerre par la traduction littérale de « Guerre de Sécession » (Guerra di secessione en italien, Guerra de Secesión en espagnol, Guerra de Secessão en portugais). Ce terme est aussi utilisé en Europe centrale et orientale : par exemple, Sezessionskrieg est couramment utilisé en allemand et Wojna secesyjna est exclusivement utilisé en polonais[14].

Autres noms[modifier | modifier le code]

D'autres noms ont été utilisés par les auteurs anglophones afin d'exprimer un point de vue partisan sur le conflit.

Guerre de Rébellion[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre et immédiatement après, les autorités américaines et les écrivains favorables à l'Union utilisaient le terme « rebelles » pour désigner les Confédérés. Les premiers documents publiés dans le Nord mentionnent les termes « la Grande Rébellion » ou la « guerre de Rébellion »[15].

Les archives officielles des États-Unis parlent aussi de cette guerre comme de la « Guerre de rébellion ». Les 127 volumes d'archives compilés par le département de la Guerre des États-Unis portent le titre The War of the Rebellion: a Compilation of the Official Records of the Union and Confederate Armies (La Guerre de rébellion : recueil des archives officielles des armées de l'Union et de la Confédération), publiés entre 1881 et 1901[16]. Ces archives sont connues par les historiens sous le nom d'Official Records.

Guerre d'indépendance du Sud[modifier | modifier le code]

« Guerre d'indépendance du Sud » (War for Southern Independence) est le terme utilisé par de nombreux Sudistes[17]. Bien que populaire dans les États confédérés pendant la guerre, l'expression devint moins populaire après la défaite sudiste. L'expression a été reprise à la fin du XXe siècle. Elle vise à établir un parallèle avec la Guerre d'indépendance des États-Unis. Dans son prologue, un poème populaire publié au début des hostilités (South Carolina) leur donnait le nom de troisième guerre d'indépendance (la guerre anglo-américaine de 1812 étant considérée comme la deuxième guerre d'indépendance)[18].

Guerre pour l'Union[modifier | modifier le code]

Certains Nordistes utilisèrent le terme « guerre pour l'Union » (War for the Union), titre d'une conférence donnée en décembre 1861 par le leader abolitionniste Wendell Phillips et d'une histoire en quatre volumes d'Allan Nevins (en) publiée au milieu du XXe siècle.

Seconde Révolution américaine[modifier | modifier le code]

En 1920, l'historien Charles A. Beard utilise le terme de « Seconde Révolution américaine » pour insister sur les changements apportés par la victoire nordiste. Ce terme est toujours utilisé par l'ONG Sons of Confederate Vétérans (en) dans l'intention de démontrer la profondeur de la cause sudiste[19].

Guerre d'agression nordiste/sudiste[modifier | modifier le code]

La « guerre d'agression nordiste » (War of Northern Aggression) est le terme utilisé par ceux qui pensaient que l'Union (le Nord) était l'agresseur dans ce conflit[20]. La « guerre d'agression sudiste », réciproquement, est le terme utilisé par ceux qui pensaient que le Sud était l'agresseur[21],[22],[23].

Divers[modifier | modifier le code]

D'autres noms ont été ou sont utilisés pour désigner ce conflit : la « guerre de la Confédération », la « guerre de M. Lincoln », la « guerre de M. Davis », la « guerre contre l'esclavage », la « guerre anti-esclavage » et la « guerre abolitionniste » [24]. Les termes « les derniers désagréments » (The Late Unpleasantness) [25] ou « les récents désagréments » (The Recent Unpleasantness) [26],[27] sont parfois utilisés par euphémisme.

Nom des batailles[modifier | modifier le code]

Exemples de batailles portant deux noms[28],[29]
Date Nom sudiste Nom nordiste
21 juillet 1861 première bataille de Manassas première bataille de Bull Run
10 aoùt 1861 Oak Hills Wilson's Creek
7-8 mars 1862 Elkhorn Tavern Pea Ridge
6-7 avril 1862 Shiloh Pittsburg Landing
31 mai-1er juin 1862 Seven Pines Fair Oaks
26 juin 1862 Mechanicsville Beaver Dam Creek (en)
27 juin 1862 Gaines's Mill (en) Chickahominy River
1er septembre 1862 Ox Hill Chantilly


Les batailles portent parfois deux noms. Les Nordistes utilisaient le nom du cours d'eau le plus proche ou d'un point géographique particulier. Les Sudistes utilisaient le nom de la ville ou du point de repère artificiel le plus proche. Les historiens modernes utilisent en général le nom nordiste. Le National Park Service utilise toutefois le nom sudiste pour certains champs de bataille du Sud. Souvent le nom retenu est le nom donné par le vainqueur de la bataille.

Tout comme Daniel Harvey Hill, l'historien en:Shelby Foote pense que les Nordistes, principalement urbains, voyaient dans les cours d'eau un point remarquable, tandis que les nombreux Sudistes vivant à la campagne voyaient dans les villes des points remarquables[29],[30].

Nom des armées[modifier | modifier le code]

De même, les armées de l'Union portaient le nom d'un cours d'eau (Armée du Potomac, par exemple), et les armées sudistes, celui d'un État ou d'une région (Armée de Virginie du Nord). Certains noms étaient utilisés par les deux camps. Par exemple, le Tennessee étant non seulement un affluent du Mississippi mais aussi un État, une armée de l'Union et une armée confédérée portèrent le nom d'armée du Tennessee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir les titres dans Oscar Handlin et al., Harvard Guide to American History (1954) p. 385-398.
  2. The Civil War
  3. Proclamation du 12 août 1861.
  4. Message au sénat du 26 Mai 1861.
  5. discours de Gettysburg le 19 novembre 1863.
  6. « The present civil war between the United States and the so called Confederate States. »
  7. « the civil war such as that now waged between the Northern and Southern States ».
  8. a, b et c The Brig Amy Warwick, et al., 67 U.S. 635, *636, 673 (1862).
  9. « War between the Confederate States of America and the United States of America ».
  10. Jefferson Davis' Memorandum
  11. « hostilities ... between the Government of the United States of America and certain States styling themselves the Confederate States of America »
  12. « the four-year War Between the States » Michael Waldman, My Fellow Americans, p. 111 et disque 1, piste 19.
  13. Par exemple, dans Dairyland Greyhound Park, Inc. v. Doyle, 719 N.W.2d 408, *449 (Wis., 2006) : « Prior to the War Between the States all but three states had barred lotteries. »
  14. Voir article anglais.
  15. Voir, par exemple, Henry S. Foote, War of the Rebellion; Or, Scylla and Charybdis, New York, Harper & Bros., 1866 ; Horace Greeley, The American Conflict: A History of the Great Rebellion in the United States of America, 1860-'64, 2 vol., Hartford (Conn.), O.D. Case & Co., 1864, 1866 ; Henry Wilson, en:The History of the Rise and Fall of the Slave Power in America, 3 vol., Boston, J.R. Osgood & Co., 1872-1877.
  16. Fiche de la bibliothèque de l'Université Cornell. Consulté le 26 avril 2013.
  17. Davis, Burke, The Civil War: Strange and Fascinating Facts, New York, The Fairfax Press, 1982, (ISBN 0-517-37151-0), p. 79–80.
  18. War Songs and Poems of the Southern Confederacy 1861–1865, H. M. Wharton, compiler and editor, Edison (NJ), Castle Books, 2000, (ISBN 0-7858-1273-3), p. 69.
  19. (en) « Welcome to Sons of Confederate Veterans General Headquarters » (consulté le 26 avril 2013).
  20. (en) Steve Benen, « War of Northern Aggression », en:The Washington Monthly,‎ 11 février 2009 (lire en ligne).
  21. (en) James M. McPherson, « The War of Southern Aggression », The New York Review of Books,‎ 19 janvier 1989 (lire en ligne).
  22. (en) James M. McPherson, Drawn with the Sword: Reflections on the American Civil War, Oxford University Press,‎ 18 avril 1996 (ISBN 978-0-19-511796-7), p. 37.
  23. (en) Ward M. McAfee, Citizen Lincoln, Nova Science Pub Inc,‎ 30 décembre 2004 (ISBN 978-1-59454-112-4), p. 144 :

    « Lincoln knew that by simply remaining calm and steady in the face of Confederate demands, hotheaded Confederates themselves would fire the first shots, making the conflict that followed a war of southern aggression. ... As Fort Sumter was reduced to rubble, the closing words of Lincoln's inaugural were recalled: 'In your hands, my dissatisfied fellow countrymen, and not in mine, is the momentous issue of civil war. The government will not assail you. You can have no conflict without being yourselves the aggressors. »

    .
  24. (en)Walter John Raymond, Dictionary of Politics: Selected American and Foreign Political and Legal Terms, Brunswick Publishing Corp., 1992, p. 14.
  25. (en)Richard Hopwood Thornton, American Dialect Society. An American glossary: being an attempt to illustrate certain Americanisms upon historical principles, vol. 1, Lippincott, 1912, p. 527.
  26. (en)Alex Leviton, Carolinas, Georgia and the South Trips, Lonely Planet, 2009, p. 117.
  27. (en)Elaine Marie Alphin, An Unspeakable Crime: The Prosecution and Persecution of Leo Frank, Carolrhoda Books, 2010, p. 23.
  28. (en) Daniel Harvey Hill, « THE BATTLE OF SOUTH MOUNTAIN, OR BOONSBORO' : FIGHTING FOR TIME AT TURNER'S AND FOX'S GAPS », dans Robert Underwood Johnson et Clarence Clough Buel, Battles & Leaders of the Civil War, New York, The Century Co.,‎ 1887-1888, p. 559.
  29. a et b (en) « Names of Civil War Battles », sur usa-civil-war.com.
  30. The Civil War, Geoffrey Ward, avec Ric Burns et Ken Burns.1990. "Interview with Shelby Foote".