Démographie du Texas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Population des principaux États des États-Unis, en millions d'habitants

En 2006, selon le bureau du recensement des États-Unis, la population de l'État américain du Texas était estimée à 23,6 millions d'habitants, une hausse de 2,8 millions (13,4 %) par rapport au recensement de 2000. Sa population a dépassé celle de l'État de New York dans les années 1990, ce qui fait du Texas le second État le plus peuplé après la Californie.

Historique[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
du Texas (1860-2005)
Année Habitants Croissance
1850 212 592
1860 604 215 184,2 %
1870 818 579 35,5 %
1880 1 591 749 94,5 %
1890 2 235 527 40,4 %
1900 3 048 710 36,4 %
1910 3 896 542 27,8 %
1920 4 663 228 19,7 %
1930 5 824 715 24,9 %
1940 6 414 824 10,1 %
1950 7 711 194 20,2 %
1960 9 579 677 24,2 %
1970 11 196 730 16,9 %
1980 14 229 191 27,1 %
1990 16 986 510 19,4 %
2000 20 851 820 22,8 %
2010 25 145 561 20,6 %

Le territoire actuel du Texas a été peuplé dès la préhistoire par les Amérindiens. À partir du XVIe siècle, des Espagnols puis des Français et des Anglo-Américains ont colonisé la région. Le peuplement européen s’est ensuite diversifié après les Révolutions de 1848 : des Allemands se sont installés à Fredericksburg et New Braunfels, des Tchèques dans le comté de Lavaca, des Hollandais à Nederland. À l’époque moderne et dans la première moitié du XIXe siècle, des esclaves noirs travaillaient dans les plantations de coton de l’est. Après l'indépendance du Texas, la proportion des Hispaniques diminua rapidement pour atteindre 4 % de la population totale à la fin du XIXe siècle[1].

Généralités[modifier | modifier le code]

Carte des densités du Texas

En 2010, la population du Texas était de 25 145 561 habitants[2], soit 8 % de la population américaine. Le Texas est le deuxième État le plus peuplé aux États-Unis depuis les années 1990, derrière la Californie et devant l’État de New York.

La densité moyenne du Texas s’élevait en 2006 à 33,7 hab./km². Ce chiffre relativement faible comparé à d’autres États de l’Union, cache d’importantes disparités. Les régions les plus peuplées se trouvent à l’est. Une grande partie des Texans se concentrent dans les métropoles et les grandes villes.

Entre 2000 et 2006, la population texane a augmenté de 12,7 % : cette croissance deux fois plus rapide que celle du pays. Le Texas fait partie des États de la Sun Belt qui attire les Américains en raison du climat et du dynamisme économique. Il est aussi un important foyer d’immigration, notamment de Mexicains en raison d’une frontière commune.

Le taux de mortalité du Texas (6,8 pour mille habitants en 2005) est inférieur à la moyenne nationale (8,2 pour mille habitants) [3]. Le taux de natalité du Texas (17,1 pour mille habitants en 2004) est supérieur à la moyenne nationale (14 pour mille habitants) [4], une tendance qui se retrouve dans tout le Sud des États-Unis où les militants anti-avortements sont très actifs. Les protestants évangéliques condamnent également l’avortement, même s’il reste légal dans l’état. Les hispaniques ont un taux de fécondité supérieur au reste de la population du Texas. Tous ces éléments expliquent que le Texas est en troisième position pour la fécondité aux États-Unis, derrière l’Utah et l’Arizona[4].

La population du Texas est assez jeune par rapport à celle des États-Unis puisque l’âge moyen est 33,1 ans contre 36,4 ans pour le pays[5]. 8,2 % des Texans ont moins de 5 ans, 9,9 % ont plus de 65 ans[5].

Composition ethnique et immigration[modifier | modifier le code]

Composition de la population
en % (2006)
[2],
Groupe : Flag of Texas.svg Texas Drapeau des États-Unis États-Unis
Blancs 82,7 80,1
Noirs 11,9 12,8
Asiatiques 3,4 4,4
Métis 1,2 1,6
Amérindiens 0,7 1
Autres 0,8 0,1
Total 100 100

Le Texas compte la deuxième minorité hispanique des États-Unis dont la présence s’explique par l’histoire et par la proximité du Mexique. En 2000, 6,7 millions de Texans soit près d’un tiers de la population se déclaraient hispaniques, dont 5 millions d’origine mexicaine[6]. Les plus fortes concentrations d’Hispaniques se retrouvent dans les villes de Houston, Dallas, San Antonio et El Paso[7] et dans les comtés du sud et de l’ouest, le long du Rio Grande. Ces Hispaniques s’intègrent lentement, certains militent pour imposer le bilinguisme et beaucoup se tournent vers le protestantisme. Parmi les autres minorités ethniques, les Asiatiques voient leur nombre en augmentation rapide depuis les années 1960[8] : Coréens et Vietnamiens résident dans les grandes villes comme Dallas, Houston ou Austin[7], mais aussi le long du littoral où ils occupent le secteur de la pêche à la crevette. Un chinatown s’est formé à Houston. Plus de 40 % des Afro-américains de l’État se concentrent dans les aires métropolitaines de Dallas et de Houston[8]. Enfin, environ 50 000 indiens vivent actuellement sur le territoire texan[8]. Les Indiens Alabama-Coushatta se regroupent dans une réserve à l’est, les Tigua vivent dans celle d’El Paso et les Kickapoo résident près d’Eagle Pass[8].

Société et religion[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu moyen des foyers texans était de 44 922 $, soit 3 529 $ de moins que la moyenne nationale[5]. Le revenu moyen était de 22 501 $/hab[5]., soit 2 766 $ de moins que la moyenne des Etats-Unis.

Le taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté était de 16,9 %[2], soit 3,6 points de plus que le taux américain. Le Texas est le huitième État des États-Unis ayant le plus de pauvres[9]

78,6 % des Texans de plus de 25 ans possèdent au moins leur baccalauréat, contre 84,1 % des Américains[5] : le Texas se place à l’avant dernière place des états américains.

Le taux de divorce du Texas est sensiblement le même que la moyenne nationale (3,5 pour mille habitants) et a tendance à diminuer depuis les années 1990[10].

Avec 5,9 meurtres pour 100 000 habitants (5,6 de moyenne nationale), le Texas n’est pas l’état le plus violent du pays et se classe loin derrière la Louisiane, le Maryland ou le Nevada[11]. Dallas (16,4 pour 100 000 habitants) et Houston (16,3 pour 100 000 habitants) sont les deux communes les plus touchées par les meurtres au Texas, mais elles arrivent respectivement au 45e et au 46e rang des villes américaines[12].

L’intérieur de l’église de Lakewood

Le Texas fait partie de la Bible Belt et représente un bastion du protestantisme évangélique. L’état possède le plus fort taux de pratiquants du pays[13]. L’agglomération de Dallas-Fort Worth abrite trois seminaries évangéliques et d’immenses églises comme celle du pasteur T.D Jakes ou de Jack Graham. La plus grande église du pays, Lakewood Church, dirigée par le pasteur Joel Osteen, se trouve à Houston. Lubbock détient le record américain d’église par habitant[13].

En 2000, les différentes religions étaient[14] :

En valeur absolue, la communauté la plus importante est celle des catholiques (4,3 millions) suivie par la Convention des baptistes du Sud (3,5 millions) et l’Église méthodiste (1 million)[14]. On compte par ailleurs quelque 400 000 musulmans au Texas[15].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) David G. McComb, « urbanization », sur The Handbook of Texas Online, Texas State Historical Association (consulté le 28 octobre 2008)
  2. a, b et c (en) « Texas Quick Facts », Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 27 août 2008)
  3. (en) « Deaths, by State (number in thousands; rates per 1,000 population in each area) », Infoplease (consulté le 3 octobre 2008)
  4. a et b (en) « Births, Birth Rates, and Fertility Rates by State, 2004 », Infoplease (consulté le 3 octobre 2008)
  5. a, b, c, d et e (en) « Texas. 2006 American Community Survey Data Profile Highlights », Bureau du recensement des États-Unis,‎ 2006 (consulté le 27 août 2008)
  6. (en) « DP-1. Profile of General Demographic Characteristics: 2000 », Bureau du recensement des États-Unis,‎ 2000 (consulté le 27 août 2008)
  7. a et b Étienne de Planchard de Cussac, Le Sud américain. Histoire, mythe et réalité, Paris, Ellipses, 2001, (ISBN 2729802630), p.115
  8. a, b, c et d (en) Encyclopædia Britannica, « Texas » (consulté le 26 août 2008)
  9. (en) « R1701. Percent of People Below Poverty Level in the Past 12 Months (For Whom Poverty Status is Determined): 2006 », Bureau du recensement des États-Unis,‎ 2006 (consulté le 27 août 2008)
  10. (en) « Divorce Rates by State, 1990–2005 », Infoplease (consulté le 3 octobre 2008)
  11. (en) « Crime Rate by State, 2006 (rate per 100,000 inhabitants) », Infoplease (consulté le 3 octobre 2008)
  12. (en) « 2005 Murder Rate in Cities (rate per 100,000 population) », Infoplease (consulté le 3 octobre 2008)
  13. a et b (en) Ceci Connolly, « Texas Teaches Abstinence, With Mixed Grades », Washington Post,‎ 2003 (consulté le 28-04-2008), p. A01
  14. a et b (en) « State Membership Report - Texas », Association of Religion Data Archives (consulté le 12-02-2008)
  15. (en) « Turning Muslim in Texas », Channel4.com (consulté le 28-04-2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]