Démographie de la Corse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le nombre d'habitants de la Corse était estimé à 279000 habitants, en date du 1er janvier 2006, soit moins de 0,5 % de la population de la France métropolitaine. Le rythme de croissance démographique de la région est assez élevé ces dernières années (0,99 % par an depuis 1999), et ce malgré une fécondité fort basse comparée à la moyenne française. L'accroissement annuel, nettement supérieur à la moyenne nationale, est dû pour 0,01 % au solde naturel et pour 0,98 % au solde migratoire[1].

Drapeau de la Corse

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Année Population au 1er janvier
département
de Corse-du-Sud
département
de Haute-Corse
Total Corse
1801 n.d. n.d. 163 896
1841 78 260 143 203 221 463
1851 85 000 152 000 236 251
1861 93 573 159 316 252 889
1881 110 366 162 273 272 639
1901 125 000 170 000 295 589
1936 145 000 178 000 322 854
1962 125 337 150 128 275 465
1968 122 000 152 000 273 958
1975 128 634 161 208 289 842
1982 108 604 131 574 240 178
1990 118 174 131 563 249 737
1995 119 753 138 663 258 416
1996 119 165 140 003 259 168
1997 118 712 140 385 259 097
1998 118 463 141 003 259 466
1999 118 466 141 686 260 152
2000 119 906 142 702 262 608
2001 121 515 143 896 265 411
2002 123 161 145 150 268 311
2003 124 834 146 574 271 408
2004 126 577 147 897 274 474
2005 128 018 148 893 276 911
2006 279 000

Sources : Insee[2],[3], IAURIF[4],[5].

Mouvement naturel de la population[modifier | modifier le code]

Évolution des naissances et des décès[modifier | modifier le code]

Les chiffres suivants sont fournis par l'Insee[6],[7].

Département 2000 2004 2005
Nombre de
naissances
Nombre
de décès
Solde
naturel
Nombre de
naissances
Nombre
de décès
Solde
naturel
Nombre de
naissances
Nombre
de décès
Solde
naturel
Corse-du-Sud 1 386 1 246 140 1 228 1 313 -85 1 348 1 273 75
Haute-Corse 1 510 1 483 27 1 444 1 366 78 1 525 1 533 -8
Corse 2 896 2 729 167 2 672 2 679 -7 2 873 2 806 67

Fécondité par département[modifier | modifier le code]

Le nombre moyen d'enfants par femme ou indice conjoncturel de fécondité a évolué comme suit pour chaque département et pour l'ensemble de la Corse :

Département Fécondité
1999[8]
Fécondité
2000
Fécondité
2001
Fécondité
2002
Fécondité
2003[9]
Corse-du-Sud 1,68 1,79 1,68 1,69 1,59
Haute-Corse 1,43 1,56 1,45 1,47 1,49
Corse 1,54 1,66 1,55 1,57 1,54
France métropolitaine 1,79 1,87 1,88 1,87 1,87

La Corse est avec le Limousin la région française où la fécondité est la plus basse, et cela malgré une importante population étrangère nettement plus féconde. En cinq ans, de 1999 à 2003, la fécondité n'a pas progressé, malgré un redressement sans lendemain observé en 2000. L'écart avec la moyenne française s'est encore accru, et serait encore plus considérable sans l'appoint de l'immigration.

Taux brut et net de reproduction corse[modifier | modifier le code]

En 2003, le taux brut de reproduction (hors mortalité féminine) = 1,54*200/205/2=0,7512, où "200/205" est le facteur correcteur destiné à éliminer l'excédent de naissances masculines.

Le taux net vaut 0,7512 * 0,99 (pourcentage de filles survivantes après 30 ans) = 0,7437 que l'on arrondit à 0,74. Cela signifie que toutes choses restant égales dans les prochaines décennies, et bien sûr en l'absence de migrations, la population corse est appelée à baisser de 26 % en 30 ans.

Article détaillé : Taux net de reproduction.

Répartition des naissances par nationalité de la mère[modifier | modifier le code]

Les chiffres suivants sont fournis par l'Insee pour l'année 2004[10] :

Ensemble Françaises Étrangères
Total
étrangères
Algérie Espagne Italie Portugal Maroc Tunisie
Corse-du-Sud 1.228 988 240 3 1 7 42 129 24
Haute-Corse 1.444 1.235 209 11 1 5 30 116 18
Corse 2.672 2.223 449 14 2 12 72 245 42
-- légitimes 1.288 902 386 10 1 8 61 233 39
-- hors-mariage 1.384 1.321 63 4 1 4 11 12 3

Les naissances hors-mariage sont nettement majoritaires, comme habituellement dans la partie méridionale du pays. Mais ceci n'est valable que pour les femmes françaises. Pour les étrangères, c'est l'inverse, surtout les femmes de tradition musulmane, comme les Marocaines et les Tunisiennes. Chez les Portugaises, on observe un comportement analogue.

Les naissances de mère étrangère représentaient 16,8 % des naissances de l'île en 2004, ce qui est fort supérieur à la moyenne française (11,5 % cette année-là). Il est vrai que la région est la seconde de France pour ce qui est de la proportion d'étrangers résidents (un peu plus de 9 % contre 12,6 % en Île-de-France). Parmi les naissances de mère étrangère, les deux tiers étaient de mère maghrébine, ce qui constituait plus de 11 % du total des naissances de l'île. Les Portugaises sont quant à elles responsables de 2,7 % de ces naissances. Quant aux naissances de mère italienne et surtout espagnole, comme ailleurs en France, leur nombre et l'incidence qu'il peut avoir sur la démographie de l'île, sont devenus insignifiants.

Les migrations[modifier | modifier le code]

En 2009, la Corse comptait 28 961 immigrés (nés étranger à l'étranger), dont 13 319 nés au Maghreb, sur une population de 305 674 soit 9,5 %[11].

31,2 % des enfants nés en 2011 en Corse, soit 962 sur 3'084, ont au moins un parent né à l'étranger (quelle que soit sa nationalité), soit la plus forte proportion après la région Île-de-France (46,3 %) et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (32,6 %)[12].

Immigration étrangère - les étrangers en Corse[modifier | modifier le code]

Nationalité Effectifs
1990
Effectifs
1999
Évolution
90-99 (%)
Proportion
1999 (%)
Marocains 12 958 13 735 6 54
Portugais 3 109 3 730 20 15
Italiens 3 116 2 523 -19 10
Tunisiens 2 284 2 136 -6 8
Algériens 684 604 -12 2
Allemands 508 525 3 2
Espagnols 428 321 -25 1
Autres 1 760 2 099 19 8
Total 24 847 25 673 3 100

Source : [13]

Les Marocains constituent la majorité absolue des étrangers en Corse, fait unique parmi les régions françaises. Autre caractéristique particulière: le très faible nombre d'Algériens. Ceux-ci ont de plus perdu 12 % de leur effectif en 9 ans. Le nombre de Portugais s'accroît fortement (20 %) entre les deux recensements, si bien que leur effectif de 3730 personnes forme en 1999 la deuxième communauté étrangère de la région corse. Ils devancent de ce fait largement les Italiens qui, en 1982, étaient deux fois plus nombreux qu'eux. Leur accroissement témoigne du fait que l'immigration portugaise en France n'est pas terminée.

Au total la population étrangère en Corse a progressé de 3 % de 1990 à 1999, ceci à l'inverse de l'ensemble de la France, où celle-ci était en baisse entre ces deux dates.

Caractéristiques de la population étrangère en Corse[modifier | modifier le code]

Suite aux regroupements familiaux, la proportion de femmes au sein de la population étrangère en Corse a beaucoup augmenté depuis le début des années 1980. En 1999, la part des femmes atteint 42 %, contre 38 % en 1990 et seulement 27 % en 1982. Cependant la population étrangère en Corse est toujours moins féminisée que pour l'ensemble de cette population en France (où 47 % des étrangers étaient des femmes en 1999).

Les étrangers sont proportionnellement les plus nombreux dans la plaine orientale, le sud de l'île et dans la région de Calvi. Ils sont également fort présents à Ajaccio et à Bastia qui abritent, ensemble plus du tiers de l'effectif global. Leur effectif a beaucoup progressé à Bastia (plus 800 personnes de plus en neuf ans). À Ajaccio par contre la population étrangère est restée plus stable.

Répartition par groupe d'âges de la population étrangère en 1999[modifier | modifier le code]

La population étrangère est jeune en Corse: l’âge moyen des étrangers y est de 34 ans au lieu de 41 ans pour l’ensemble de la population corse. Ainsi 13 % des moins de 20 ans de la région sont étrangers, et seulement 4 % des gens âgés de 60 ans ou plus.

La population étrangère de Corse est aussi plus jeune que l'ensemble de la population étrangère de France, comme le montre le tableau suivant :

Groupe d'âges Population étrangère de Part de la Corse
/ France 1999 (%)
Corse-du-Sud Haute-Corse Total Corse Total Métropole
Moins de 20 ans 3 720 3 838 7 558 610 642 1,2
De 20 à 59 ans 7 143 8 186 15 329 2 116 541 0,7
Plus de 60 ans 1 423 1 363 2 786 536 003 0,5
Total 12 286 13 387 25 673 3 263 186 0,8

Les mariages[modifier | modifier le code]

En 2004, on a enregistré 941 mariages en Corse, dont :

  • 757 entre deux conjoints français
  • 24 entre conjoints étrangers
  • 86 mariages mixtes entre époux français et épouse étrangère
  • 74 mariages mixtes entre épouse française et époux étranger

On assiste ainsi à un important brassage des populations, puisque sur 208 conjoints étrangers impliqués dans ces mariages, 160 (soit près de 80 %) l'étaient dans des mariages mixtes.

Ventilation des mariages mixtes

Total mariages
mixtes
Nationalité du conjoint étranger
Italienne Espagnole Portugaise Algérienne
Époux français 86 3 0 1 1
Épouse française 74 4 1 5 6

Source : [14].

Les aires urbaines[modifier | modifier le code]

Les chiffres de population suivants correspondent aux aires urbaines dans leur extension définie lors du recensement de 1999[15].

Aires urbaines Date du recensement Accroissement
1982-1999
1982 1990 1999
Ajaccio 69 524 78 978 77 287 7 763
Bastia 72 542 71 436 76 439 3 897

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]