Démographie de la Corrèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La démographie de la Corrèze est caractérisée par une faible densité et une population vieillissante, qui après avoir presque constamment baissé depuis plus de cent ans, connaît une légère croissance au début du XXIe siècle.

Au 1er janvier 2011, le département français de la Corrèze comptait officiellement 242 454 habitants, se situant en 81e position sur le plan national, sur 100 départements. En douze ans, de 1999 à 2011, sa population s'est accrue de près de 10 000 unités, c'est-à-dire plus de 800 personnes par an. Mais cette variation est différenciée selon les 286 communes du département.

La densité de population du département, 41,4 habitants par kilomètre carré en 2011, est inférieure à plus de la moitié de celle de la France, qui est de 101,3 pour la même année.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du département de la Corrèze
1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
269 767 243 654 254 233 273 418 284 882 294 834 302 433 306 480 317 569
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
320 864 314 982 310 118 310 843 302 746 311 525 317 066 326 494 328 151
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
322 393 318 422 317 430 309 673 273 808 269 289 264 129 262 743 254 574
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
242 798 237 926 237 858 240 363 241 448 237 908 232 576 240 363 242 454
(Sources : SPLAF[1] et Insee pour les années 2006[2] et 2011[3].)


Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)


Lors du recensement général de la population, en 1801, la Corrèze comptait 243 654 habitants, essentiellement des ruraux. Au fil du XIXe siècle, le dynamisme démographique corrézien ne se dément pas : entre 1831 et 1836, la barre des 300 000 habitants est franchie.

C'est en 1891 que le département atteint son maximum démographique, à savoir 328 151 habitants. À partir de ce moment-là, l'exode rural va accentuer son travail de sape amorcé quelques années auparavant. Les recensements suivants donnent des chiffres sans cesse à la baisse. La Grande Guerre est à l'origine de la disparition de 14 053 Corréziens. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, les Corréziens ne sont plus que 262 743. Les Trente Glorieuses n'apportent pas une inversion de la tendance démographique. Au contraire, en 1968, la démographie corrézienne semble toucher le fond avec un effectif limité à seulement 237 858 habitants. Pourtant, le pire reste à arriver.

En 1999, le dernier recensement du XXe siècle a livré ces résultats inquiétants : avec 232 576 habitants, jamais la Corrèze n'avait été aussi peu peuplée. Avec près d'un tiers de communes caractérisées par une proportion de personnes âgées de plus de 75 ans, supérieure à celle des jeunes gens de moins de 20 ans, la Corrèze ne peut guère compter sur sa vitalité démographique : le taux de natalité atteint difficilement 8,8 pour mille et les flux migratoires entrants sont en majeure partie constitués de retraités[4].

Un département désormais attractif, pour les retraités[modifier | modifier le code]

Pendant tout le XXe siècle, jusqu'au recensement de 1999, le nombre d'habitants ne cessa de décroître, à l'exception d'une période de stagnation sans forte baisse dans les années 1950-1980. Si bien qu'en 1999, la population de la Corrèze se trouvait à un niveau situé plus bas que durant le Premier Empire. Mais depuis 1999, on assiste à un brusque retournement de situation.

Alors que l'excédent annuel des décès sur les naissances varie ces derniers temps entre 600 et 800 personnes, la population s'est mise à croître depuis 1999. Au total le département a gagné 4 500 habitants entre 1999 et 2005, alors qu'il aurait dû en perdre 4 000. Cela signifie qu'il y a eu un excédent migratoire de 8 500 entrées, soit 1 400 par an environ, soit plus ou moins 0,6 % par an. Ce taux mesure l'"attractivité" du département, et celle-ci est supérieure à la moyenne observée dans la région des Pays de la Loire (0,45 %) et presque égale à celle de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (0,64 %)[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Historique de la Corrèze sur le site du SPLAF, consulté le 1er février 2014.
  2. « Populations légales 2006 », sur Insee (consulté le 19 décembre 2013)
  3. « Populations légales 2011 », sur Insee (consulté le 1er février 2014)
  4. Le Petit Dico de la Corrèze, éditions Écritures, Brive, 2004
  5. INSEE Première n° 1116 - Enquêtes annuelles de recensement 2004-2006 [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]