Démographie de l'Indre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le département de l'Indre en France.
Le département de l'Indre en France.

La démographie de l'Indre est caractérisée par une faible densité, une population vieillissante, qui stagne en nombre depuis les années 1920 et qui va baisser sur la période 2007-2030.

En janvier 2007, le département français de l'Indre comptait officiellement 232 791 habitants, se situant en 82e position sur le plan national. En huit ans, de 1999 à 2007, sa population s'est toutefois accrue de près de 2 000 unités, c'est-à-dire de plus ou moins 200 personnes par an. Mais cette variation est différenciée selon les 247 communes que comporte le département.

La densité de population du Indre, 34,3 habitants par kilomètre-carré en 2007, est environ égale au tiers de celle de la France entière qui est de 100,5 pour la même année.

Peuplement du territoire de l'Indre[modifier | modifier le code]

Des hameaux néolithiques[modifier | modifier le code]

L’habitat isolé de la période gauloise[modifier | modifier le code]

Période romaine[modifier | modifier le code]

Ruralité au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du département de l'Indre[modifier | modifier le code]

Avec 245 289 habitants en 1831, le département représente 0,75 % de la population française, qui est alors de 32 569 000 habitants. De 1831 à 1866, il va gagner 32 571 habitants, soit une augmentation de 0,38 % moyen par an, égal au taux d’accroissement national de 0,48 % sur cette même période (repère A à B).

L’évolution démographique entre la Guerre franco-prussienne de 1870 et la Première Guerre mondiale est beaucoup plus faible qu’au niveau national. Sur cette période, la population ne s’accroît que de 9 980 habitants (repères C à D), soit un accroissement de 3,59 % alors qu’il est de 10 % au niveau national. La population baisse de 5,72 % pour la période de l’entre-deux guerres courant de 1921 à 1936 alors qu’elle croit au niveau national de 6,9 % pour la France entière (repères E à F).

À l'instar des autres départements français, le Indre va ensuite connaître un essor démographique après la Deuxième Guerre mondiale. Le taux de décroissance démographique entre 1946 et 2007 est de 7,65 % alors qu’il est de 57 % au niveau national.

1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
229 768 205 628 204 721 230 273 237 628 245 289 257 350 253 076 263 977
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
271 938 273 479 270 054 277 860 277 693 281 248 287 705 296 147 292 868
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
289 206 288 788 290 216 287 673 260 535 255 095 247 912 245 622 252 075
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
247 436 251 432 247 178 248 523 243 191 237 510 231 139 232 959 232 791
2010 - - - - - - - -
231 176 - - - - - - - -
(Sources : SPLAF[1] et INSEE pour les années 2006[2] et 2007[3])
Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)

Population par divisions administratives[modifier | modifier le code]

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Le département de l'Indre comporte quatre arrondissements. La population se concentre principalement sur l'arrondissement de Châteauroux puisqu'on y recense en 2007 56 % de la population totale du département, avec une densité de 52 habitants/km², contre 16 % pour l'arrondissement de Issoudun et 14 % pour celui de La Châtre.

Arrondissement Population
2007
Population
1999
variation
2007/1999
Superficie
km2
Densité
hab./km2
Châteauroux 130 232 130 048 en stagnation  0,1 % 2 524 52
Issoudun 36 087 34 850 en augmentation  3,5 % 1 182 31
La Châtre 33 527 33 261 en stagnation  0,8 % 1 323 25
Le Blanc 32 945 32 902 en stagnation  0,1 % 1 761 19
Source : Insee[4]

Cantons[modifier | modifier le code]

L'Indre comprend 26 cantons. Douze d'entre eux voient leur population augmenter sur la période 1999-2007, celle des autres stagne ou régresse.

Canton Pop.
2007
var.
/1999
Canton Pop.
2007
var.
/1999
Châteauroux[5] 47 126 en diminution  -5 % Aigurande 6 065 en diminution  -2,3 %
canton de Ardentes 16 351 en augmentation  9,7 % Neuvy-Saint-Sépulchre 6 042 en augmentation  2,3 %
Issoudun[6] 13 626 en stagnation  -0,4 % Châteauroux-Ouest 5 357 en augmentation  3,8 %
La Châtre 13 477 en stagnation  1,7 % Saint-Benoît-du-Sault 5 329 en stagnation  -1,9 %
Argenton-sur-Creuse 12 943 en augmentation  3 % Issoudun-Sud 5 262 en augmentation  13 %
Buzançais 12 040 en augmentation  4,5 % Tournon-Saint-Martin 4 710 en stagnation  0,9 %
Le Blanc 11 383 en stagnation  1,8 % Saint-Gaultier 4 693 en augmentation  2,2 %
Châteauroux-Est 10 410 en augmentation  6 % Éguzon-Chantôme 4 452 en augmentation  2,4 %
Valençay 8 441 en diminution  -2,2 % Vatan 4 404 en augmentation  2,8 %
Levroux 7 293 en stagnation  1,6 % Écueillé 3 740 en diminution  -4 %
Châtillon-sur-Indre 6 526 en diminution  -3,6 % Mézières-en-Brenne 3 577 en diminution  -3,8 %
Saint-Christophe-en-Bazelle 6 434 en augmentation  4,1 % Sainte-Sévère-sur-Indre 3 488 en stagnation  -1,5 %
Issoudun-Nord 6 358 en augmentation  5,1 % Bélâbre 3 249 en stagnation  -1,7 %
Source : Insee[4]

Communes de plus de 5000 habitants[modifier | modifier le code]

Article connexe : liste des communes de l'Indre.

Sur les 247 communes que comprend le département de l'Indre, 15 seulement ont en 2007 une population municipale supérieure à 2 000 habitants, 6 communes ont plus de 5 000 habitants, 2 ont plus de 10 000 habitants : Châteauroux et Issoudun.

Les évolutions respectives des 15 communes de plus de 2 000 habitants sont présentées dans le tableau ci-après.

Commune Pop.
2007
variation
2007/1999
Commune Pop.
2007
variation
2007/1999
Châteauroux 47 126[B 1] en diminution  -5 % Ardentes 3 616[B 2] en augmentation  8,9 %
Issoudun 13 626[B 3] en stagnation  -0,4 % Saint-Maur 3 398[B 4] en stagnation  1,7 %
Déols 8 734[B 5] en augmentation  8,3 % Châtillon-sur-Indre 2 885[B 6] en diminution  -7,5 %
Le Blanc 6 926[B 7] en stagnation  -1 % Levroux 2 840[B 8] en diminution  -2,5 %
Le Poinçonnet 5 689[B 9] en augmentation  13,3 % Chabris 2 748[B 10] en augmentation  3,5 %
Argenton-sur-Creuse 5 180[B 11] en stagnation  0,7 % Villedieu-sur-Indre 2 716[B 12] en augmentation  16,1 %
Buzançais 4 529[B 13] en stagnation  -1 % Valençay 2 665[B 14] en diminution  -2,6 %
La Châtre 4 476[B 15] en stagnation  -1,6 %| Source : Insee[4]

Structures des variations de population[modifier | modifier le code]

Soldes naturels et migratoires sur la période 1968-2007[modifier | modifier le code]

L'augmentation moyenne annuelle déjà très faible depuis les années 1970 est ensuite devenue négative pour revenir à son niveau antérieur sur la période 1999-2007. Le solde naturel annuel qui est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une même année, a baissé, passant de 0,1 à -0,3. La baisse du taux de natalité, qui passe de 14,2 % à 10,2 %, est en fait compensée par une baisse plus faible du taux de mortalité, qui parallèlement passe de 13,4 à 12,9[3]

Le flux migratoire est quasiment nul, le taux annuel passant de 0,3 à 0,1 %[3]

Variation de la population par périodes.
1968 à 1975 1975 à 1982 1982 à 1990 1990 à 1999 1999 à 2007
Variation annuelle moyenne de la population en % 0,1 -0,3 -0,3 -0,3 0,1
- due au solde naturel en % 0,1 -0,2 -0,3 -0,3 -0,3
- due au solde apparent des entrées sorties en % 0 -0,1 0 0 0,4
Taux de natalité en ‰ 14,2 11,4 10,2 9,8 10,2
Taux de mortalité en ‰ 13,4 13,3 13,2 12,7 12,9
Source : Insee[3]

Mouvements naturels sur la période 1999-2007[modifier | modifier le code]

En 1999, 2 372 naissances ont été dénombrées contre 3 069 décès. Le nombre annuel des naissances est resté constant depuis puisqu'il est de 2 371 en 2007, concomitamment à une faible baisse du nombre de décès, avec 2 916 en 2007. Le solde naturel est ainsi négatif, passant de -697 à -575. Rapporté à la population correspondante, le taux lié au mouvement naturel annuel est ainsi passé de -0,3 % à -0,2 %[3].

Naissances
Décès

Densité de population[modifier | modifier le code]

La densité de population est en diminution depuis 1968, en cohérence avec la diminution de la population. En 2007, la densité était de 34,3  habitants/km².

1968
 
36.4
 
1975
 
36.6
 
1982
 
35.8
 
1990
 
35.0
 
1999
 
34.0
 
2007
 
34.3
 

Répartition par sexes et tranches d'âges[modifier | modifier le code]

La population du département est âgée. Le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est en 2007 de 29,2 % alors qu'il est de 21,5 % au niveau national.

En fait la question de l'âge doit distinguer deux phénomènes : la gérontocroissance et le vieillissement. Le premier tient à l’augmentation du nombre de personnes âgées, due à la longévité croissante des personnes âgées et aux spécificités de la pyramide des âges. Ainsi, le nombre des 60 ans ou plus s'élève en Indre à 68 097 en 2007. Cette hausse devrait s'accentuer avec les gains d’espérance de vie et l'arrivée dans cette tranche d'âge, à compter de 2005 des générations nées après-guerre.

Le vieillissement, c'est-à-dire la baisse de la proportion des classes d’âge les plus jeunes, se constate même si on isole le phénomène de la gérontocroissance[Note 1], en considérant le rapport entre les jeunes et la population d'âge actif (20-59 ans). Comme la France, l'Indre voit ce rapport diminuer : il est de 42 jeunes pour cent adultes en 2007, et de 47 au niveau national.


En 2007, le département comptait 112 826 hommes pour 119 965 femmes, soit un taux de 48,5 % d'hommes, similaire au taux national (48,4 %). Les pyramides des âges du Département et de la France s'établissent comme suit.

Pyramide des âges du 'Indre en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,8 
9,1 
75 à 89 ans
13,3 
16,5 
60 à 74 ans
17,2 
22,0 
45 à 59 ans
20,5 
19,8 
30 à 44 ans
18,4 
15,5 
15 à 29 ans
13,8 
16,6 
0 à 14 ans
15,1 
Pyramide des âges de la 'France en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,0 
75 à 89 ans
9,2 
12,6 
60 à 74 ans
13,5 
20,5 
45 à 59 ans
13,5 
21,3 
30 à 44 ans
20,4 
19,7 
15 à 29 ans
18,3 
19,6 
0 à 14 ans
17,5 

Répartition par catégories socioprofessionnelles[modifier | modifier le code]

Les deux catégories socioprofessionnelles surreprésentées par rapport au niveau national sont celles des retraités d’une part et des ouvriers d’autre part. Avec 35,2 %, la catégorie des retraités est 9,9 % au-dessus de la moyenne nationale. Celle des ouvriers, avec 16,0 %, est 2,2 point au-dessus. Les catégories des cadres et professions intellectuelles supérieures d'une part et des professions intermédiaires sont par contre respectivement 4,3 et 3,9 points en dessous de la moyenne nationale.

Population de 15 ans ou plus par sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle
Catégorie socioprofessionnelle 2007 1999 Détails de l'année 2007
Nb % Nb % Hommes Femmes Part en % de la population âgée de
15 à 24 ans 25 à 54 ans 55 ans ou +
Ensemble 195 745 100 194 206 100 93 695 102 050 100 100 100
Agriculteurs exploitants 4 666 2,4 5 665 2,9 3 482 1 184 0,4 3,9 1,4
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 5 979 3,1 6 715 3,5 4 084 1 894 0,7 5,1 1,5
Cadres et professions intellectuelles supérieures 7 773 4 6 307 3,2 4 789 2 984 0,7 7 1,7
Professions intermédiaires 18 922 9,7 16 865 8,7 9 413 9 509 6 17,7 2,3
Employés 32 507 16,6 29 947 15,4 7 141 25 366 18,6 28,2 4
Ouvriers 31 309 16 33 838 17,4 24 345 6 964 20,9 27,6 2,6
Retraités 68 845 35,2 59 883 30,8 30 786 38 059 0 0,7 80,3
Autres personnes sans activité professionnelle 25 744 13,2 34 986 18 9 655 16 089 52,7 9,8 6,1
Source : Insee[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La gérontocroissance est un néologisme créé par Gérard-François Dumont, et très largement repris ensuite par les démographes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche historique du département sur le site du SPLAF. |consulté le= 2 septembre 2010.
  2. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur Insee
  3. a, b, c, d, e et f « Évolution et structure de la population du département (de 1968 à 2007) », sur Insee (consulté le 2 septembre 2010)
  4. a, b et c « Résultats du recensement de la population - 2007 - Bases de chiffres clés (évolution et structure de la population) », sur INSEE (consulté le 2 septembre 2010)
  5. Est comptée ici la population de la ville de Châteauroux, composée de quatre fractions cantonales : Châteauroux-Centre, Châteauroux-Est, Châteauroux-Ouest et Châteauroux-Sud
  6. Est comptée ici la population de la ville dIssoudun, composée de deux fractions cantonales : Issoudun-Nord et Issoudun-Nord
  7. Pyramide des âges de l'Indre en 2007 sur le site de l'Insee. |consulté le= 2 septembre 2010
  8. Pyramide des âges de la France en 2007 sur le site de l'Insee.
  • Recensements de la population au 1er janvier 2007 sur le site de l'Insee pour les communes de : (consultations : 2 septembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]