Démographie de l'Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Démographie de l’Algérie
Pyramide des âges de l'Algérie en 2005
Pyramide des âges de l'Algérie en 2005
Dynamique
Population (2014) 38 700 000[1] hab.
Accroissement naturel 2,16 %
Indice de fécondité 3,02 enfants par
Taux de natalité 26,1 ‰
Taux de mortalité 4,5 ‰
Taux de mortalité infantile 23,4 ‰
Espérance de vie à la naissance 74,73 ans
Âge médian (2012)
Homme 27,9 ans
Femme 28,4 ans
Structure par âge
0-14 ans 28,1 %
15-64 ans 66,8 %
65 ans et plus 5,1 %
Rapport de masculinité
À la naissance 105 /100
Moins de 15 ans 104 /100
15-64 ans 102 /100
65 ans et plus 86 /100
Migration (2012)
Solde migratoire -0,27 ‰
Composition linguistique
Arabe  
berbère (notamment Kabyle)  
Composition ethnique
Arabo-Berbères 99 %
Européens 1 %
Composition religieuse
Islam 99,9 %
Christianisme, Judaïsme et autres 0,1 %
Évolution démographique

La démographie de l'Algérie est l'ensemble des données et études concernant la population de l'Algérie, d'hier et d'aujourd'hui.

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

En 2010, la population de l'Algérie est évaluée à 37 millions d'habitants contre 12 millions en 1965[2].

Année Population (en milliers)
1950 8 872
1955 9 917
1960 11 278
1965 12 771
1970 14 691
1975 16 834
1980 19 475
1985 22 847
1990 26 240
1995 29 315
2000 31 719
2005 33 961
2010 37 063
2015 40 633

Migration et composition culturelle[modifier | modifier le code]

Carte des tribus d'Algérie (source: U.S. Central Intelligence Agency (1971) (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

La plupart des Algériens sont des descendants des anciens Amazighs (Berbères), qui se sont mélangés avec divers peuples venus du Moyen-Orient, d'Europe du Sud et d’Afrique subsaharienne. Les invasions arabes des VIIIe et XIe siècles sont limitées numériquement, mais ont entraîné l'arabisation et l'islamisation d’une grande partie de la population autochtone berbère[3].

Génétique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le chromosome Y est transmis de père en fils. Des tests dans cette partie du chromosome Y fournissent des informations au sujet des ancêtres masculins directs, soit le père, le grand-père paternel et ainsi de suite.

La plupart des Algériens, comme la majorité des Nord-Africains berbérophones et arabophones ont les haplogroupes du chromosome Y E1b1b1b (M81), J1 (M267) et R1b (M269)[4]. E3b (surtout E-M81) et J (35 % au totale: J1 : 27,4 % J2 : 7,4 %) sont les plus répandus.

L'histoire de l'Algérie est un brassage continu de population, mais avec le fond principal qui est berbère. Le pourcentage d'Algériens aux origines arabes ou du moyen-orient, varie, d'un historien à un autre, pour s'établir de 5 % à 15 %. Certains avancent même moins de 5 %. Ce chiffre ressemble à celui des colons originaires des contours méditerranéens, au temps de l'empire romain, dont la population était tout à fait marginale au temps de l'empire romain (entre 2 et 5 % de la population, tout au plus). Le chiffre est plus vraisemblablement proche de 5 % car le moyen-orient englobait une grande diversité de peuples.

De plus, toutes invasions confondues, les envahisseurs étaient souvent des hommes seuls,et jeunes, ainsi, les mariages mixtes étaient nombreux. à l'époque, les déplacements militaires étaient longs et éprouvants, d'autant plus que les envahisseurs apportaient avec eux des maladies (choléra, peste, etc.) et donc, se déplacer avec sa famille dans une expédition militaire était difficile, voire risqué. À partir du XVIe siècle, un grand nombre de musulmans espagnols (les « Mozarabes », souvent originaires de l'actuelle Andalousie) vinrent s’établir (avec leurs familles), surtout dans l'Ouest (Oranie).

Avec la fin de la colonisation française, de nombreux Algériens se penchent sur leurs origines. Les mouvements berbères sont très importants (Printemps berbère de 1980), tout comme se rapprocher des autres pays arabes, et du monde arabe.

Fréquences des haplogroupes Y-ADN dans plusieurs villes d'Algérie[modifier | modifier le code]

Population Nb A/B E(xE1b1b1) E1b1b1 E1b1b1a E1b1b1b E1b1b1c F K G I J1 J2 R1a R1b-M269 Autres Etudes
1 Oran 102 0 7,9 % 0 5,9 % 45,1 % 0 0 0 0 0 22,5 % 4,9 % 1 % 11,8 % 1 % Robino et al. (2008)[5]
2 Alger 35 0 2,9 % 0 11,4 % 42,9 % 0 11,8 % 2,9 % 0 0 22,9 % 5,7 % 0 0 0 Arredi et al. (2004)[6]
3 Tizi Ouzou 19 0 0 0 0 47,4 % 10,5 % 10,5 % 0 0 0 15,8 % 0 0 15,8 % 0 Arredi et al. (2004)

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Office National des Statistiques algérien
  2. « Population Division of the Department of Economic and Social Affairs of the United Nations Secretariat, World Population Prospects: The 2010 Revision », Nations Unies
  3. http://www.britannica.com/EBchecked/topic/15001/Algeria/46510/People?anchor=ref487710
  4. *.Origin, Diffusion, and Differentiation of Y-Chromosome Haplogroups E and J
  5. (en) Robino C, Crobu F, Di Gaetano C, et al., « Analysis of Y-chromosomal SNP haplogroups and STR haplotypes in an Algerian population sample », International Journal of Legal Medicine, vol. 122, no 3,‎ mai 2008, p. 251–5 (PMID 17909833, DOI 10.1007/s00414-007-0203-5)
  6. (en) Arredi B, Poloni ES, Paracchini S, et al., « A predominantly neolithic origin for Y-chromosomal DNA variation in North Africa », American Journal of Human Genetics, vol. 75, no 2,‎ août 2004, p. 338–45 (PMID 15202071, PMCID 1216069, DOI 10.1086/423147)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :