Démographie de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Demographie de la région parisienne
(Insee - Recensement de la population 2011)
Agglomeration-parisienne.png
Aires Population Surface
(km2)
Densité
(hab./km2)
2006-2011

croiss. population
(/an)

Région parisienne
Commune de Paris
(département 75)
2 249 975 105 21 428 + 0,62 %
Petite couronne
(Départements 92, 93, 94)
4 445 258 657 6 766 + 0,54 %
Grande couronne
(Départements 77, 78, 91, 95)
5 157 618 11 250 458 + 0,52 %
Total
(Île-de-France)
11 852 851 12 012 987 + 0,55 %
dont Villes nouvelles 824 340 447 1 844 + 10,63 %
Zones statistiques (Insee - Recensement de la population 2011)
Unité urbaine
Unité urbaine de Paris : Agglomération parisienne
10 516 110 2 845 3 696 + 0,52 %
Aire urbaine
Aire urbaine de Paris
12 292 895 17 175 716 + 0,56 %

Selon l’Insee, la population de la ville de Paris est de 2 249 975 habitants[1] au 1er janvier 2011 (cinquième ville de l'Union européenne), pour une superficie de 10 540 hectares, soit une densité de 21 347 habitants par km², l'une des plus fortes d'Europe. En 2011, l'agglomération définie par l'Insee comprend 412 communes, dans la nouvelle délimitation de 2010, et totalise 10 516 110 habitants[2]. En 2011, son aire urbaine, incluant des communes situées dans une zone d'influence forte de la capitale, atteint 12 292 895 habitants[3], ce qui en fait la 22e aire urbaine du monde.

Évolution historique[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Paris compte 50 000 habitants[4] dans l'enceinte de Philippe Auguste construite entre 1189 et 1215 qui délimite une surface de 273 hectares[5].

Le nombre, et parfois les noms, des parisiens les plus riches, est connu grâce à sept documents fiscaux du règne de Philippe le Bel. Le livre de la taille de 1292 recence 15 200 « gros » et « menus » contribuables ; celui de 1297 recense 10 077 feux ; celui de 1300, 10 321 feux[6],[7]. Le nombre diminue car les petits contribuables ne sont plus comptés, et car certains gros contribuables ne sont plus taxables pour diverses raisons.

En 1328, Paris a une population d'au moins 200 000 habitants[8]. Ce nombre est estimé à partir de l'État des feux de 1328, qui donne 61 098 feux pour 35 paroisses[9]. Ce chiffre est cependant contesté, car incohérent avec la série précédente[10]. En ajoutant la paroisse manquante de Saint-Sulpice, et en refaisant une évaluation des 35 paroisses à partir de données statistiques, on obtient un total d'environ 62 000 feux. Pour passer au nombres d'habitants, on utilise un coefficient multiplicateur, qui pourrait être 3,5[réf. nécessaire] donnant 217 000 habitants ou 4,5 donnant 279 000 habitants.

Vers 1360, l'enceinte est agrandie. La superficie de Paris intra muros atteint alors 439 hectares[11].

Bien que constituée essentiellement de maisons en bois, Paris n'est le siège d'aucun incendie au XIIIe siècle, XIVe siècle et XVe siècle. Elle subit l'épidémie de peste noire en 1348, les troubles sociaux et politiques 10 ans plus tard au temps d'Étienne Marcel et connaît son apogée démographique du Moyen Âge vers 1400. Il est donné le chiffre mythique[Pourquoi ?] de 10 000 maisons vers 1500[12].

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Un dénombrement fait en 1694 porte à 720 000 le nombre d'habitants de la capitale[13][réf. incomplète].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Vers 1800, Paris compte environ 550 000 habitants. Au cours du XIXe siècle, sa population augmente considérablement grâce à l'arrivée massive d'habitants de toutes les régions de France (l'exode rural) et atteint le million d'habitants dès les années 1840. L'annexion en 1860 des faubourgs apporte à Paris près de 500 000 nouveaux habitants. La croissance continue de façon ininterrompue jusqu'au début du XXe siècle. Au recensement de 1891, on constate que la population baisse dans les quatre premiers arrondissements, ainsi que dans les 10e et 11e arrondissements, stagne dans le 5e et le 6e ; on n’observe de progression que dans le 7e, le 8e et les arrondissements périphériques.

La carte des étrangers à Paris en 1891 publiée par Jacques Bertillon dans « Fréquence des étrangers à Paris en 1891 » in Cours élementaire de statistique administrative. Paris: Societé d'éditions scientifiques, 1896

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

À la veille de la Première Guerre mondiale, Paris a près de 2 900 000 habitants. Dans les décennies suivantes, en raison de la régression démographique[Laquelle ?] et par une forte chute de la natalité (inférieure à la mortalité dès 1935), et surout parce que la ville surpeuplée n'a plus la place pour accueillir de nouveaux habitants, la population stagne puis baisse légèrement. Cette stagnation masque en réalité le début d'une importante dédensification. Les arrondissements centraux, où les densités de population atteignent 80 000 habitants par km2 à la fin du XIXe siècle, commencent à se dépeupler au profit des arrondissements périphériques. Dans le même temps, la banlieue commence à s'étendre et à se densifier de plus en plus rapidement, poursuivant la croissance de l'agglomération qui ne peut plus se faire au centre.

Après la Seconde Guerre mondiale, la population tombe à 2 725 374 habitants (recensement de 1946). Elle connaît une nouvelle reprise (2 850 189 habitants en 1954) grâce à la croissance économique et démographique commune à toute la France. Mais le phénomène de saturation se manifeste à nouveau dès la fin des années 1950 : Paris surpeuplée recommence à se vider vers la périphérie. De nombreux programmes immobiliers transforment des appartements en bureaux, contribuant à cette baisse, particulièrement rapide dans les années 1960 et 1970. La population passe de 2 790 091 en 1962 à 2 299 830 en 1975. La baisse, ininterrompue, s'est cependant fortement ralentie depuis 1980 environ, et les prévisions qui annonçaient moins de deux millions d'habitants n'ont pas été vérifiées.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La population au 1er janvier 2006 (population légale publiée le 1er janvier 2009), première année pour laquelle le recensement rénové effectué par l'Insee fournit un chiffre, donne pour la première fois depuis un demi-siècle un accroissement de la population de Paris, conformément à une tendance au repeuplement du centre déjà observée dans d'autres métropoles, comme Londres et New York. Cette évolution est surtout due à Paris à la natalité dans les quartiers populaires de la ville et à une diminution de la mortalité par un rajeunissement de la population : les plus forts accroissements de population se constatent dans les 9e, 12e, 13e, 18e, 19e et 20e arrondissements, tandis que les 4e, 7e, 8e et 16e arrondissements voient leur population continuer de diminuer[14].

Naissances et décès[modifier | modifier le code]

Évolution des naissances[15]
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Naissance domicilié à Paris 31 940 31 977 32 237 31 493 31 817 31 378 31 748 30 820 30 623 31 063
Évolution - en augmentation +0,1 % en augmentation +0,8 % en diminution -2,3 % en augmentation +1,0 % en diminution -1,4 % en augmentation +1,2 % en diminution -2,9 % en diminution -0,6 % en augmentation +1,4 %
Évolution des décès[16]
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Décès domicilié à Paris 16 022 16 147 15 659 16 685 14 302 14 666 14 076 14 010 14 112 13 889
Évolution - en augmentation +0,8 % en diminution -3,2 % en augmentation +6,6 % en diminution -14,3 % en augmentation +2,6 % en diminution -4,0 % en diminution -0,5 % en augmentation +0,7 % en diminution -1,6 %

Graphiques et tableaux de l'évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution comparée intra-muros, agglomération et aire urbaine depuis 1800[modifier | modifier le code]

Croissance de la population parisienne depuis le premier recensement en 1801.

Pour les données sur l'agglomération et l'aire urbaine de Paris, se reporter à l'article sur l'agglomération parisienne.

Évolution intra-muros depuis l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Restitution de l'enceinte gallo-romaine[17],[18]
superposée sur le plan actuel de l'île de la Cité.
  •      Rives de la Seine
  •      Tracé de l'enceinte
  •      Palais romain
Plan des anciens arr. de Paris dans le mur des Fermiers généraux, et limites actuelles.
Superficies successives de la ville de Paris  [modifier]
Enceinte Époque Superficie
(hectares)
Enceinte gauloise Sous Jules César, -53 9 ?[19]
Île de la Cité et rives[20] Ier à IIIe siècles 53[21]
Enceinte gallo-romaine + rives[20] Sous Julien, en 358 et 375 38,79
Enceinte de Philippe Auguste Sous Philippe Auguste, en 1190 et 1211 252,87
Enceinte de Charles V Sous Charles V et Charles VI, en 1367 et 1383 439,18
Sous François Ier et Henri II, en 1553 et 1581 483,61
Enceinte de Charles IX et Louis XIII Sous Henri IV 567,82
Sous Louis XIV, en 1671 et 1686 1 103,91
Sous Louis XIV et Louis XV, en 1715 et 1717 1 337,08[22]
Mur des Fermiers généraux Sous Louis XVI, en 1788 3 370,36[23]
En 1817 3 439,68
Fortifications Thiers En 1860 7 088
Périphérique + les bois En 1990 10 540
Sources : Recherche statistiques sur la Ville de Paris..., 1821[24] (chiffres de Verniquet
de 358 à 1788) ; Ier à IIIe siècles, 1860 et 1990 : site de la mairie de Paris[25]
Évolution de la population de Paris depuis l'Antiquité
250 1180 1220 1328 1422 1500 1565 1590 1600
6 000[28] 25 000[29] 50 000[29] 200 000[30] 100 000[31] 150 000[32] 294 000[32] 200 000[33] 300 000[32]
1637 1680 1766 1793 1795 1796 1801 1807 1811
415 000[34] 500 000[35] 576 639[36] 640 504[37],[38] 636 722[39] 551 347[40] 547 756[41] 580 609[42],[38] 622 636[43]
1817 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
713 966[44] 785 862[45] 909 126[46],[47] 935 261[41],[48] 1 053 897[49],[48] 1 053 262[48],[41] 1 174 346[48] 1 696 141 1 825 274
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 851 792 1 988 806 2 269 023 2 344 550 2 447 957[50] 2 536 834 2 714 068 2 763 393 2 888 110
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
2 906 472[51] 2 871 429 2 891 020 2 829 746 2 725 374 2 850 189 2 790 091 2 590 771 2 299 830
1982 1990 1999 2006 2009 2010 2011 - -
2 176 243 2 152 423 2 125 246[52] 2 181 371 2 234 105 2 243 833[53] 2 249 975 - -
Population totale (avant 1962), sans doubles comptes (1962 à 1990) puis municipale (1999 et après).
Depuis 1793 : population sur le territoire communal de l'époque (sensiblement étendu en 1860).
(Sources : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui[26], Insee[27] et voir notes par année.)


Évolution démographique de Paris depuis 1793 (sur un territoire qui s'est étendu en 1860)
Sources : voir dans le tableau ci-dessus.[54]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Recensement de la population au 1er janvier 2011 », sur Insee (consulté le 9 juillet 2014)
  2. Unité urbaine de Paris dans la délimitation de 2010, population (Insee, recensement de la population, 2011).
  3. Aire urbaine de Paris dans la délimitation de 2010, population (Insee, recensement de la population, 2011)
  4. Philippe Lorentz et Dany Sandron, Atlas de Paris au Moyen Âge, Editions Parigramme, 2006, (ISBN 978-2840964025), page 37.
  5. Cazelles 1966, p. 541.
  6. Jean Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Age » in Bibliothèque de l'école des chartes, 1972, tome 130, p. 406-407.
  7. Cazelles 1966, p. 544.
  8. Cazelles 1966, p. 539-550.
  9. Cazelles 1966, p. 548.
  10. Jean Guerout, op. cit.
  11. Cazelles 1966, p. 542.
  12. Exposition « La Demeure Médiévale à Paris », aux Archives Nationales du 17 octobre 2012 au 14 janvier 2013.
  13. Nouvelle histoire de Paris et de ses environs par MJ De Gaulle 1834 page 430
  14. Insee [PDF]
  15. « Naissances domiciliées par commune, 2000-2009 », sur Insee (consulté en 18 août 2011)
  16. « Décès domiciliés par commune, 2000-2009 », sur Insee (consulté en 18 août 2011)
  17. Renaud Gagneux et Denis Prouvost (ill. Emmanuel Gaffard), Sur les traces des enceintes de Paris : Promenades au long des murs disparus, Paris, éditions Parigramme,‎ 2004, 248 p. (ISBN 2-84096-322-1), p. 11.
  18. Danielle Chadych et Dominique Leborgne, Atlas de Paris : Évolution d'un paysage urbain, Paris, éditions Parigramme,‎ 2007, 220 p. (ISBN 978-2-84096-485-8), p. 25.
  19. Verniquet donnait le chiffre de 15,23 ha mais qui est plus qu'incertain puisque l'emplacement même de la ville gauloise fait encore l'objet de débats. La Lutèce gauloise sur le site Paris, ville antique du Ministère de la Culture parle d'un « agrégat d’îlots autour d’une île principale dont la superficie originelle n’excédait pas 9 hectares » tout en précisant que la localisation de la Lutèce Gauloise, mentionnée pour la 1re fois par Jules César en -53 n'est pas certaine. Le site de la Mairie de Paris indique quant à lui 2 ha pour « l'île de la cité des Parisii (56 av. J.C.). » Sans compter les interrogations soulevées par la découverte de vestiges d'une importante ville gauloise sur le site de Nanterre (voir Lutèce, ville fantôme, Le Monde, 25.07.2009).
  20. a et b Voir la reconstitution 3D de la ville du Bas-empire et celle de la ville du Haut-Empire sur le site Paris, ville antique du Ministère de la Culture. La ville était plus étendue à l'époque du Bas-Empire (-27-235) et connut une régression urbaine au Haut-Empire (235-476) avec une concentration sur l'île de la cité fortifiée.
  21. Le site de la Mairie de Paris donne 53 ha pour la « Lutèce Gallo-romaine (Ier à IIIe siècle) ».
  22. Le site de la Mairie de Paris donne 1 709 ha sous Louis XV.
  23. Le site de la Mairie de Paris donne 3 441 ha.
  24. Recherches statistiques sur la Ville de Paris et le département de la Seine, année 1821, tableau n°7.
  25. Superficie de Paris dans Historique et évolution sur le site de la mairie de Paris.
  26. « Notice communale, Paris », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui (consulté le 10 janvier 2011)
  27. Historique des populations légales sur le site de l'Insee
  28. Estimation Fierro 1996, p. 278.
  29. a et b Pavillon de l'Arsenal
  30. Estimation Cazelles, cité par Fierro 1996, p. 278. Voir Cazelles 1966.
  31. Estimation Jean Favier, cité par Fierro 1996, p. 278.
  32. a, b et c Estimation Jean Jacquart, cité par Fierro 1996, p. 278.
  33. Estimation Filippo Pigafetta / Jean Jacquart, cités par Fierro 1996, p. 278.
  34. Estimation Arthur de Boislisle / Roland Mousnier, cités par Fierro 1996, p. 278. Voir Jean Jacquart, Paris et l'Ile-de-France au temps des paysans (XVIe ‑ XVIIe siècles), Paris 1979 : « Beaucoup plus solide apparaît le chiffre du célèbre Mémoire de 1637 pour l'approvisionnement de Paris : 412 000 habitants. R. Mousnier a montré que ce travail, très précis, a été rédigé par les Commissaires au Châtelet, à partir des rôles de la taxe des boues et lanternes, de leur connaissance de leur quartier et peut-être de listes de chefs de feux dressées à la demande du Bureau de Ville par les Quarteniers et les Cinquanteniers. » Le Mémoire en question a été publié par A. de Boislisle, Mémoire sur la Généralité de Paris, Paris, 1881, p. 658-659, qui écrit p. xx « en 1637, les commissaires du cardinal de Richelieu comptaient 20,300 à 20,400 maisons et 412,000 à 415,000 habitants ».
  35. Estimation J. Bertillon, cité par Fierro 1996, p. 278.
  36. Estimation de l'abbé d'Expilly, cité par Fierro 1996, p. 278.
  37. 640 504 hab. au recensement de l'an II d'après Burstin 2012, p. 312, qui indique la référence des Archives nationales F20 381. Le même chiffre est donné par le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui pour 1793.
  38. a et b Jacques-Antoine Dulaure dans Histoire physique, civile et morale de Paris, 3e édition, tome 9, Paris, 1825, p. 445-446, explique: « On a vu (...) qu’en adoptant la méthode de Messance, en multipliant le nombre des naissances par celui de trente, la population de Paris à la fin du règne de Louis XVI , en 1791, s’élevait à 610,620 habitans. La révolution, l'émigration, le régime de la terreur, ont dû causer une diminution considérable dans ce nombre ; aussi voit-on, même à une époque où ces causes avaient cessé d’agir, dans les tables de l'état civil, dressées ou reproduites par le bureau des longitudes, une variété de résultats sur la population de Paris, qui indique l'incertitude. En l'an VI (1798), cette population est marquée de 640,504. Il en est de même pour l'an VII (1799 et suivantes), mais en l'an X (1802), on éleva cette population, par estime, à 672,000; puis, en 1806, elle est réduite à 632,000. Un recensement fait dans les années 1806, 1807 et 1808, donne à la ville de Paris une population beaucoup moindre. Il est vrai que les militaires n’y sont pas compris. Cette population se trouve subitement rabaissée à 580,609. (Voyez l'annuaire du bureau des Longitudes, depuis l'an VII jusques et y compris l'an XII.) ». L'ouvrage contient aussi des états très détaillés du recensement de 1817. Effectivement l'Annuaire de la République Française du Bureau des longitudes publia : en mai 1797 (an V) le chiffre de 600 000 hab. (Annuaire... pour l'année VI, p. 70), en 1798 (an VI) le chiffre de 640 504 hab. dans un tableau rédigé par le citoyen Camus (Annuaire... pour l'année VII, p. 69), idem en l'an VII, p. 70 et en l'an VIII, p. 71, mais en effet 672 000 par estime en l'an X, p. 75, l'an XI, p. 77 et l'an XII, p. 83.
  39. 636 722 hab. au recensement de pluviôse an III (janvier-février 1795) d'après Burstin 2012, p. 312, qui indique la référence des Archives nationales F7 36884.
  40. 551 347 hab. au recensement de l'an V (octobre 1796) d'après Burstin 2012, p. 312, qui indique la référence des Archives nationales F20 123-124. La date exacte d'octobre 1796 est donnée par Marcel Reinhard, Nouvelle histoire de Paris : la Révolution, 1789-1799, Hachette, Paris, 1971.
  41. a, b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Maisonneuve et Larose,‎ 1855, 2e éd., 796 p. (ISBN 2-7068-1668-6, lire en ligne), p. 135–136. Chiffres pour 1800, 1817, 1841, 1846 et 1851. Dont population de la garnison : 15 549 en 1817, 23 228 en 1841, 19 701 en 1846, 31 732 en 1851. Le recensement de 1800 est en fait celui de l'an IX (23 septembre 1800 au 22 septembre 1801) et est généralement indiqué comme ayant eu lieu en 1801 dans le calendrier grégorien.
  42. Le recensement national de 1806-1809 eut lieu pour Paris en mars-juillet 1807 (voir la description du fond F/20/404-406 "recensement parisien de 1807" aux Archives nationales, et Claude Motte, Isabelle Séguy, Christine Théré, Communes d’hier, Communes d’aujourd’hui. Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001, Dictionnaire d’histoire administrative, Paris INED, 2003, p. 13), c'est-à-dire en pleine guerre, pendant la Campagne de Pologne. Le chiffre donné pour ce recensement est de 580 609 hab. en temps de guerre correspondant à 659 555 hab. en temps de paix. Le dernier chiffre est approximatif ainsi qu'il est expliqué dans la Revue des études juives, vol. 93, Paris, 1932, p. 213 : « à Paris, il y avait 2.733 Juifs sur une population totale de 580.609 âmes. Tel fut le nombre établi par le préfet de police en 1807 ; en citant ce chiffre il ajouta qu'en temps de paix la population de Paris pouvait s'élever, par approximation, jusqu'à 659.555 personne. ». Un tableau détaillé de ce double chiffre est donné par Burstin 2012, p. 312, qui indique la référence des Archives nationales F20 255 et donne la ventilation pour les sections de l'ancien 12e arrondissement de Paris. C'est le même chiffre de 580 609 qui est donné par Jean Tulard, Le Consulat et l'Empire, 1800-1815, Paris, 1970, lequel cite Louis Chevalier, La formation de la population parisienne au XIXe siècle, 1950, p. 40 (toutefois l'édition de 1950 de ce livre ne donne pas de chiffre pour 1807, donnant 546 856 en 1801, 622 636 en 1811, 713 966 en 1817, 785 866 en 1831 et 899 313 en 1836). Enfin, ce chiffre de 580 609 est donné comme étant un "recensement par évaluation" en 1805 dans Recherches statistiques sur la Ville de Paris et le département de la Seine, tome VI, 1860, p. 7. Par ailleurs plusieurs ouvrages publiés vers 1813-1815 donnent pour Paris une population de « 649 412 en temps de paix et 573 784 en temps de guerre » (par exemple le Traité de Médecine Légale et d'Hygiène Publique ou de Police de Santé, adapté aux codes de l'Empire Français et aux connaissances actuelles, Paris, 1813, p. 181) et ce même chiffre de 649 412 est celui donné par le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui pour le recensement de 1806 (en fait 1807). On trouve enfin le chiffre de 599 243 pour 1805 dans Schnitzler 1846, p. 389.
  43. Le chiffre de 622 636 habitants est donné pour le recensement de 1811 par de nombreux auteurs, comme Husson, Les consommations de Paris, 1856, p. 19 (contient aussi des chiffres depuis 1675 et une analyse très précise), Garnier et Guillaumin, Annuaire de l'économie politique et de la statistique, 1854, p. 232 (également accompagné d'intéressantes analyses), ou plus récemment Louis Chevalier, La formation de la population parisienne au XIXe siècle, 1950, p. 40, ou encore Alfred Fierro, La vie des Parisiens sous Napoléon, Paris, 2003 p. 18 et 57. Bertrand Gilles, Les sources statistiques de l'histoire de France: des enquêtes du XVIIe siècle à 1870, Droz, Paris, 1980, indique pour le dénombrement de 1811 en France, qu'il « passe pour avoir été une estimation utilisant les mouvements de population » mais précise qu'il existe pour Paris un relevé par cantons aux Archives nationales sous la cote F20 407.
  44. Le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, qui indique 1821 au lieu de 1817, ne donne que 657 172 habitants mais en réalité ce chiffre est partiel et ne concerne que les habitants recensés nominativement au 1er mars 1817. Il faut y ajouter 56 794 personnes recensées collectivement, soit un total de 713 966. Ce chiffre, qui est celui donné par MM. Lazare dans le Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments de 1855, est expliqué avec beaucoup de détails dans Recherches statistiques sur la Ville de Paris et le département de la Seine, année 1821, tableau n°7. Cet ouvrage précise que les personnes recensées collectivement sont 17 296 dans les hôpitaux et hospices, 15 549 dans les établissements militaires, 3 233 en prison, 9 484 dans les hôtels et 11 232 dans divers établissements).
  45. Recherches statistiques sur la Ville de Paris et le département de la Seine, tome V, 1844, Article III, tableaux n°61 à 65. Le recensement de 1831 totalise 785 862 habitants dont 753 987 recensés à domicile, 15 576 en garnison, 5 362 dans les hôpitaux civils, 8 272 dans les hospices civils et 2 665 en prison.
  46. Pour 1836, plusieurs chiffres sont avancés. On peut ainsi lire : «  Avant 1846, on n'était pas bien fixé sur la valeur exacte qu'on devait attribuer à la population d'un pays. Tantôt on y comprenait la garnison, tantôt on ne la comprenait pas; tantôt on y comprenait les militaires absents pour cause de service militaire, les enfants absents parce qu'ils étaient en nourrice, etc.; tantôt on ne les comprenait pas. De là vient qu'on trouvera quelquefois dans les publications officielles des chiffres différents de ceux qui sont marqués sur ce tableau. (Exemple: pour 1836, la statistique de France attribue à Paris 909.126 hab., tandis que le VI° volume des Recherches statistiques sur la ville de Paris admet le chiffre de 868.438 hab. ; le chiffre que nous admettons est 899.313.) » dans Résultats statistiques du dénombrement de 1891 pour la ville de Paris et le département de la Seine, et renseignements relatifs aux recensements antérieurs, Préfecture de la Seine, Service de la statistique municipale, 1894, page XVI. Voir Recherches statistiques sur la Ville de Paris et le département de la Seine, tome V, 1844, p. XII qui donne 882 268 habitants en 1836 non compris la garnison ni les militaires sous les drapeaux.
  47. Schnitzler 1846, p. 389-396, explique en détails les chiffres de 1831, 1836 et 1841 : d'après lui les 909 126 recensés en 1836 ne comprennent pas la garnison mais comprennent 33 245 enfants envoyés au dehors en nourrice, 2 518 militaires sous les drapeaux et 21 976 personnes absentes pour divers motifs.
  48. a, b, c et d Recherches statistiques sur la Ville de Paris et le département de la Seine, tome VI, 1860, p. 7, donne un tableau récapitulatif des précédents recensements, dont le chiffre de 868 138 pour le recensement de 1836. Il contient également la description très détaillée des recensements de 1841, 1846, 1851 et 1856.
  49. Le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui donne 1 053 297 mais Félix et Louis Lazare donne 1 053 897
  50. Le détail des chiffres du recensement de 1891 est donné dans Résultats statistiques du dénombrement de 1891 pour la ville de Paris et le département de la Seine, et renseignements relatifs aux recensements antérieurs, Préfecture de la Seine, Service de la statistique municipale, 1894.
  51. Population totale 2 906 472 dont population comptée à part 58 173 et population municipale totale agglomérée 2 848 299, ainsi qu'on peut le lire dans Dénombrement de la population, 1921, décret du 28 décembre 1921, Ministère de l'intérieur, Paris, 1921, p. 730, qui donne aussi le détail par arrondissement.
  52. En 1999, la population sans doubles comptes était 2 125 246, la population municipale était 2 125 246 et la population totale 2 147 857.
  53. « Recensement de la population au 1er janvier 2009 », sur Insee (consulté en 29 décembre 2011)
  54. Le recensement d'octobre 1796 a été représenté en 1797, à la fois pour une meilleure lisibilité de l'histogramme par rapport au recensement de 1793, et à la fois parce que les autres recensements sont de début d'année. Pour plus de lisibilité de l'histogramme, le recensement de 1795 et certains des recensements postérieurs à 2006 n'ont pas représentés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Principaux ouvrages utilisés pour la rédaction de l’article[modifier | modifier le code]

  • Préfecture du département de la Seine et comte Chabrol de Volvic (dir.), Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine : année 1821, Paris, Imprimerie royale,‎ 1833, 2e éd. (lire en ligne), « Article Ier. Recensement de la ville de Paris fait en 1817. », [compte rendu en ligne]. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Préfecture du département de la Seine et comte de Rambuteau (dir.), Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine : recueil de tableaux dressés et réunis d'après les ordres de M. le Cte de Rambuteau, pair de France, conseiller d’État, préfet du département, t. V, Paris, Imprimerie royale,‎ 1844 (lire en ligne), [compte rendu en ligne]. Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Contient en particulier : Recensement de 1831 (Article III, tableaux n°61 à 65). L'ouvrage comprend aussi divers tableaux de 1836 (Article VIII, tableaux n°129 à 139) mais pas les chiffres du recensement proprement dit si ce n'est, en p. XII, un chiffre de 882 268 habitants en 1836 non compris la garnison ni les militaires sous les drapeaux.
  • Préfecture du département de la Seine et baron Haussmann (dir.), Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine : recueil de tableaux dressés et réunis d'après les ordres de M. le Bon G.E. Haussmann, sénateur, préfet du département, t. VI, Paris, Imprimerie administrative de Paul Dupont,‎ 1860 (lire en ligne), [compte rendu en ligne]. Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Contient en particulier : Tableau récapitulatif des recensements 1700-1856 (p. 6-7). Recensements de 1841 et 1846 (p. 17-58), incluant même la ventilation par paroisse pour chacune des 39 paroisses parisiennes de l'époque. Recensement de 1851 (p. 361-522). Recensement de 1856 (p. 523-655).
  • Armand Husson, Les consommations de Paris, Paris, Guillaumin et Cie,‎ 1856 (lire en ligne), partie 1, chap. II (« La population »), p. 14-66. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Raymond Cazelles, « La population de Paris avant la Peste Noire », Comptes rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 110, no 4,‎ 1966, p. 539-550 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, Paris, Robert Laffont,‎ 1996, 1580 p. (ISBN 2-221-07862-4), p. 278. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Haim Burstin, Le Faubourg Saint-Marcel à l'Époque Révolutionnaire : Structure économique et composition sociale, Paris, Société des études robespierristes,‎ 2012 (ISBN 978-2-908327-77-9, lire en ligne), p. 312 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Autres ouvrages utilisés[modifier | modifier le code]

  • Jean Henri Schnitzler, Statistique générale, méthodique et complète de la France : comparée aux autres grandes puissances de l'Europe, t. I : Statistique Générale de la France, Territoire et Population, Paris, Lebrun,‎ 1846 (lire en ligne), p. 381-450 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Voir aussi tous les ouvrages cités dans les notes et références.

Autres ouvrages sur le sujet ou cités dans l'article[modifier | modifier le code]