Démocratie nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Démocratie nationale (Pologne).
Democracia Nacional
Image illustrative de l'article Démocratie nationale
Logo officiel
Présentation
Président Manuel Canduela
Fondation 1994
Conseillers municipaux
3 / 68 286
Parlementaires
0 / 350
Sénateurs
0 / 266
Députés européens
0 / 54
Idéologie Nationalisme, identitarisme
Affiliation européenne Euronat
Site web www.democracianacional.org

Démocratie nationale (Democracia Nacional, DN) est un parti politique nationaliste espagnol fondé en 1994.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du parti remonte à 1994, lorsque les juntes espagnoles en alliance avec certains secteurs de l'ancien Front national, Cercle espagnol des amis de l'Europe, Bases autonomes et l'Avant-garde national-révolutionnaire créent le parti Alternative démocrate nationale. Le parti se présente alors aux élections européennes avec le soutien de Jean-Marie Le Pen et obtient 0,03 % (4683 voix).

C'est en 1995 que le parti prend la dénomination de Démocratie nationale.

Pour les élections générales de 2000, DN participe à la liste de coalition España 2000 avec le Mouvement social républicain et le Parti national des travailleurs. Le parti Espagne 2000 sera d'ailleurs créé quelques mois plus tard par l'avocat José Luis Roberto dans la région de Valence à la suite d'une scission au sein de la coalition.

En 2006, le quotidien conservateur espagnol ABC avait évoqué la possibilité d'une coalition au niveau national entre la Phalange espagnole (nationalistes révolutionnaires), Alternative espagnole et Démocratie nationale. Cette coalition n'aura pourtant pas eu lieu hormis lors de l'élection régionale en Catalogne en 2006 ou DN et Alternative espagnole se présentent conjointement sous la liste plateforme En avant la Catalogne.
Lors des élections municipales de 2007, DN a obtenu ses premiers conseillers municipaux dans deux villages de Castille-et-León : à Tardajos (Burgos) ou DN forme une coalition municipale avec le Parti populaire et à Herradón de Pinares (Ávila) où il forme une surprenante coalition municipale avec socialistes et régionalistes modérés.

En 2007, le président du parti est Manuel Canduela.

Ligne politique[modifier | modifier le code]

DN est un parti nationaliste espagnol, national-démocrate et se définit comme parti transversal, ni droite, ni gauche. Le parti récuse l'appellation d'extrême droite bien que l'ensemble des médias le caractérise ainsi.

Parmi ses principes fondateurs se trouve celui de l'autonomie historique par opposition aux différents partis nationalistes espagnols, notamment ceux proches du franquisme. Ainsi, lors de ses différentes manifestations, les dirigeants appellent à éviter tous les symboles du passé (drapeaux franquistes, phalangistes ou autres) et les saluts fascistes. Lors de la manifestation du 12 octobre 2007, Manuel Canduela intervient personnellement pour faire cesser les saluts fascistes de certains participants.

Les principaux points de son programme sont :

Manifestations[modifier | modifier le code]

Incidents[modifier | modifier le code]

Le 8 mars 2005, lors de la présentation du parti à Logroño (La Rioja), de violents affrontements opposèrent contre-manifestants de gauche aux forces de l'ordre. Ces contre-manifestants qualifièrent l'intervention policière de « répression brutale, sauvage et disproportionnée »[1].
Lors de la présentation du parti à Reus (Catalogne), le 16 avril 2005, une cinquantaine de militants d'extrême gauche lancent pierres et projectiles contre l'hôtel où se déroulait l'acte[2],[3].
Le 5 juillet 2005, DN a dénoncé une tentative d'agression contre le responsable local du parti à La Corogne[4].
En septembre 2005, lors d'un hommage autorisé au héros de la Reconquista Pélage à Cangas de Onís aux Asturies, une centaine de militants d'extrême gauche provoquent d'importants incidents, 14[5] d'entre-eux seront arrêtés, et 3 policiers furent blessés au cours des échauffourées[6].
En mai 2007, à Burgos, deux membres du parti régionaliste d'extrême gauche Resaca Castellana agressent violemment à coup de barre de fer[7],[8] le candidat de Démocratie nationale.
Le 15 novembre 2007, un militant est agressé à Valladolid[9]
Le 22 décembre 2007 à Valladolid, 2 jeunes militants du parti sont agressés après avoir assisté à une manifestation contre l'avortement[10] [11].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections régionales, nationales et européennes[modifier | modifier le code]

Le parti se présente pour la première fois aux élections européennes de 1994 sous l'étiquette de Alternativa Demócrata Nacional et obtient 4 698 voix (0,03 %).
Lors des élections européennes de 1999, DN obtient 8 053 voix (0,04 %).
Lors des élections générales de 2000, Démocratie nationale avait formé une coalition avec le Mouvement social républicain et le Parti national des travailleurs. La coalition Espagne 2000 obtient 9 562 voix (0,04 %).
Lors des élections régionales de 2003, DN se présente à Madrid, à Alicante et dans trois provinces de Castille-La Manche (Tolède, Cuenca et Albacete). Le parti se présente également dans la région de Murcie en coalition avec le Parti national des travailleurs.
En mars 2004, DN obtient 15 180 voix (0,06 %) aux générales de 2004 puis 6 314 voix soit 0,04 % des voix aux européennes de juin 2004[12].
Lors des élections régionales de 2005 en Galice, DN présente sa candidature pour la province de La Corogne.
Lors de l'élection régionale en Catalogne de 2006, Démocratie nationale avait formé un liste de coalition avec le parti Alternative espagnole (AES).
Pour les régionales de 2007, le parti s'était présenté à Madrid, Valence, Murcie, aux Asturies, à Santa Cruz de Ténérife et dans trois provinces de Castille-et-León (Salamanque, Burgos et Valladolid).
Lors des européennes de 2009, DN a obtenu 10 071 voix soit 0,06 % des votes[12].

Élections municipales[modifier | modifier le code]

1999[modifier | modifier le code]

Municipalité Province Voix  % Conseillers municipaux
Alcala de Henares Madrid 235 0,32 %
San Fulgencio Alicante 140 8,66 % 1

2003[modifier | modifier le code]

Municipalité Province Voix  % Conseillers municipaux
Alcala de Henares Madrid 1286 1,43 %
Torrejón de Ardoz Madrid 582 1,19 %
Los Santos de la Humosa Madrid 19 2,21 %
Badajoz Badajoz 128 0,19 %
La Corogne La Corogne 173 0,14 %
Monzon Huesca 260 3,04 %
Alicante Alicante 293 0,20 %
Crevillent Alicante 128 0,85 %

2007[modifier | modifier le code]

Municipalité Province Voix  % Conseillers municipaux
Madrid Madrid 1571 0,10 %
Hospitalet de Llobregat Barcelone 251 0,30 %
Santa Coloma de Gramenet Barcelone 89 0,24 %
Salt Gérone 15 0,19 %
Reus Tarragone 53 0,15 %
Valence Valence 255 0,06 %
Serra Valence 8 0,41 %
Canals Valence 41 0,51 %
Alborache Valence 14 2,11 %
Crevillent Alicante 45 0,30 %
Herradón de Pinares Ávila 91 21,93 % 2
Salamanque Salamanque 188 0,23 %
Carbajosa de la Sagrada Salamanque 5 0,22 %
Burgos Burgos 479 0,51 %
Tardajos Burgos 104 22,13 % 1
Villacaryo Burgos 49 1,97 %
León León 37 0,05 %
Oviedo Asturies 249 0,22 %
Pontevedra Pontevedra 69 0,16 %
Jaén Jaén 89 0,15 %
Huelva Huelva 105 0,17 %
Murcie Murcie 339 0,17 %
Jumilla Murcie 116 1,06 %
Talayuela Cáceres 22 0,54 %
Montijo Badajoz 88 0,97 %
Adeje Santa Cruz de Ténérife 66 0,74 %
Granadilla Santa Cruz de Ténérife 63 0,50 %
Ibiza Baléares 70 0,45 %

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

^