Délifrance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Délifrance

Description de l'image Logo_delifrance.jpg.
Création 1983
Forme juridique Société anonyme
Slogan « La boulangerie inspirée »
Siège social Drapeau de France Ivry-sur-Seine (France)
Direction Jean-Manuel Levêque (PDG)
Activité Restauration, boulangerie
Société mère Nutrixo (via Vivescia Industries)
Effectif 3300 (2013)
Site web www.delifrance.com
Chiffre d’affaires 600 millions d'euros (2013)
Un restaurant Délifrance dans le centre commercial Amoy Plaza à Hong Kong.
Délifrance à Venlo aux Pays-Bas.

Délifrance est une chaîne de restaurants de franchise et une marque française spécialisée dans la boulangerie et la pâtisserie, créée en 1983 et appartenant aux Grands Moulins de Paris. C’est aussi une entreprise de production de produits surgelés dans ces domaines de la boulangerie industrielle et de la restauration hors domicile.

L'entreprise offre des produits de boulangerie « à la française » tels que les croissants, gâteaux, fougassettes, pains au chocolat, brioches, pralines ou encore des baguettes. Les restaurants Délifrance servent en outre des boissons, du café et des pâtes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'enseigne de restaurants Délifrance a été créée en 1983[1] avec un premier restaurant qui a ouvert ses portes aux Pays-Bas dans la ville d'Amsterdam. La chaîne s'est depuis étendue à plus de 500 restaurants à travers le monde, mettant à profit le «goût français», et concurrençant à l’étranger l’enseigne Paul, dont le positionnement est proche[2] .

En 2013, le chiffre d'affaires de la société est d'environ 600 millions d'euros pour 3.300 salariés[3]. Il se positionne comme le 4e acteur de la boulangerie industrielle en Europe[4]. L’entreprise possède des usines en France, au Royaume-Uni, et en Italie (où est produite la gamme Panitaly)[3],[4].

Implantations[modifier | modifier le code]

En dix ans, l’entreprise a créé une vingtaine de filiales commerciales et a absorbé Appétit de France, Krabansky, Touflet Gourmet, Sofrapain, Farandole gourmande, Sefa et Le Pain croustillant au Royaume-Uni. Sa croissance se fait par moitié de façon organique et par moitié via des acquisitions. Elle est surtout présente en Europe[5].

Mais dès les années 1980, la société a cherché à s'implanter en Afrique, en Amérique du Nord et en Asie. Finalement, c’est Singapour qui a été choisi comme tête de pont en Asie[6].

« Demandez à un Singapourien quelle société française il connaît, il ne vous citera ni Thomson , ni Alcatel pourtant bien implantées dans son pays, mais une entreprise que les Français, eux, ne connaissent pas : Délifrance », écrit ainsi en 1996 le journaliste Frédéric Lemaître du journal Le Monde[6]. De 1982 à 1985, les premières tentatives de partenariat pour monter des boulangeries industrielles avec des partenaires locaux échouent. L'entreprise change alors d’axe marketing en associant aux produits de la boulangerie et de la viennoiserie, le café français. Trois nouvelles boutiques sont créés sur ce modèle en 1986 dans les quartiers d'affaires de Singapour. Les consommateurs y découvrent le pain et les sandwichs français, puis s’y habituent. L'implantation s’est prolongée ensuite dans les zones résidentielles et touristiques. En dix ans, Délifrance a inauguré à Singapour quarante cafés-restaurants et plus d'une dizaine de dépôts de baguettes. A partir de cette base, l'entreprise s’est étendue également en Chine (à Hongkong, Pékin, ..), en Australie, en Malaisie et aux Philippines. Outre ses magasins, Délifrance possède souvent une usine de boulangerie industrielle par pays, tout en important sa farine, ainsi qu'une usine de pâtisserie industrielle et une usine centrale à Singapour pour des produits sous vide surgelés[7].

Pour s’implanter, Délifrance choisit souvent de s’appuyer sur des partenariats locaux, tel aux Philippines, jusque fin 2010, avec Jollibee. En 2010, les deux sociétés ont rompu leurs liens[8].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Lemaître, « Le succès des croissants Delifrance de Singapour », Le Monde,‎ 14 juin 1996 (lire en ligne).
  • Jean-Claude Pomonti, « Singapour séduit toujours les Français », Le Monde,‎ 4 avril 1998 (lire en ligne).
  • (en) Rédaction Le Point, « La multiplication des petits pains », Le Point,‎ 15 juin 2006 (lire en ligne).
  • (en) Doris Dumlao, « Jollibee selling Delifrance », Philippine Daily Inquirer,‎ 9 août 2010 (lire en ligne).
  • Emmanuelle Couturier, « Trente ans de pains et de viennoiseries chez Délifrance », L’Hôtellerie Restauration,‎ 22 mai 2013 (lire en ligne).
  • Rédaction Zepros, « Délifrance fête ses 30 ans », Zepros,‎ 22 mai 2013 (lire en ligne).
  • Rédaction Les Échos, « Delifrance investit 27 millions d'euros », Les Échos,‎ 4 novembre 2013 (lire en ligne).
  • (nl) Myrtille Vromans, « Délifrance bestaat 30 jaar », Lunchroom,‎ 29 novembre 2013 (lire en ligne).
  • A. K. Mousset, « Délifrance veut renouer avec la croissance », Le quotidien Les Marchés,‎ 20 mars 2015 (lire en ligne).
  • (it) « Délifrance sbarca al Franco Mare ed è delizia per occhi e palato », La Gazzetta di Lucca,‎ 24 mars 2015 (lire en ligne).

Sources sur le web[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]