Délégation générale à la langue française et aux langues de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) est, en France, un service rattaché au ministère de la Culture et de la Communication. Elle a pour mission d'animer, à l'échelon interministériel, la politique linguistique de la France, concernant à la fois la langue française et les langues régionales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée en 1989 sous le nom de Délégation générale à la langue française (DGLF)[1], elle est devenue en 2001 la Délégation générale à la langue française et aux langues de France afin de prendre en compte les langues régionales[2].

Elle avait succédé au Commissariat général à la langue française (aussi appelé Haut Commissariat à la langue française), créé en 1984[3] en remplacement du Haut Comité pour la défense et l'expansion de la langue française, lui-même créé en 1966 par le général de Gaulle[4] et renommé Haut Comité de la langue française en 1973[5].

Missions[modifier | modifier le code]

La DGLFLF veille au respect de la loi du 4 août 1994 en France, dite loi Toubon et en particulier au décret d'application de 1996 relatif à l'enrichissement de la langue française et de ses dispositions sur l'usage de la langue. Elle coordonne pour cela, avec la Commission générale de terminologie et de néologie, la mise au point de listes terminologiques par les commissions spécialisées de terminologie et l'Académie française. Concrètement, elle a participé à la mise en œuvre de FranceTerme, dictionnaire terminologique mis à la disposition du grand public sur internet.

Elle participe aux programmes d'enseignement du français aux migrants. Elle soutient l'utilisation des langues régionales dans les médias et les spectacles. Elle a notamment piloté en 2014 une expérimentation rendant accessible la base Joconde du ministère de la Culture en 14 langues dont 4 langues régionales : le breton, le basque, l'occitan et le catalan[6].

Elle a assuré jusqu'à 2005 le secrétariat du Conseil supérieur de la langue française.

Elle organise chaque année la Semaine de la langue française et de la francophonie au mois de mars.

Dans le cadre du plan ministériel pour l'outre-mer, la délégation générale de la langue française et aux langues de France / ministère de la Culture et de la Communication, a organisé, à Cayenne, du 14 au 18 décembre 2011, les états généraux du multilinguisme dans les outre-mer (EGM-OM)[7],[8] . Cette manifestation a rassemblé quelque 250 participants venus non seulement de Guyane, mais aussi de l'ensemble des territoires d'outre-mer, de métropole et de pays voisins avec pour objectifs de formuler des recommandations générales pour la mise en œuvre d'une politique des langues en outre-mer[9]. La DGLFLF a choisi de rédiger les actes des EGM-OM sur wikibooks.

Liste des délégués généraux[modifier | modifier le code]

Les délégués généraux à la langue française, puis à la langue française et aux langues de France, ont été successivement :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 89-403 du 2 juin 1989 instituant un conseil supérieur de la langue française et une délégation générale à la langue française, JORF no 144 du 22 juin 1989, p. 7729, NOR PRMX8900068D.
  2. Décret no 2001-646 du 18 juillet 2001 modifiant le décret no 89-403 du 2 juin 1989 instituant un Conseil supérieur de la langue française et une délégation générale à la langue française et abrogeant le décret no 96-1101 du 10 décembre 1996 portant statut d'emploi du délégué général à la langue française, JORF no 166 du 20 juillet 2001, p. 11694, texte no 38, NOR MCCB0100364D.
  3. Décret no 84-91 du 9 février 1984 instituant un commissariat général et un comité consultatif de la langue française, JORF no 35 du 10 février 1984, p. 554, sur Légifrance.
  4. Décret no 66-203 du 31 mars 1966 portant création d'un Haut Comité pour la défense et l'expansion de la langue française, JORF no 82 du 7 avril 1966, p. 2795, sur Légifrance.
  5. Décret no 73-194 du 24 février 1973 modifiant le décret no 66-203 du 31 mars 1966 portant création d'un Haut Comité pour la défense et l'expansion de la langue française, JORF no 50 du 28 février 1973, p. 2204.
  6. JocondeLab présente près de 300000 œuvres d'art en 14 langues, 01net, 28/01/2014
  7. L'actualité du ministère de la Culture et de la Communication
  8. Des langues qui peuvent tout dire, des langues qui parlent à tous, Xavier North, Culture et recherche n°125, Automne 2011
  9. Article de Tahiti Infos consacré aux États généraux du multilinguisme dans les outre-mer
  10. Décret du 5 juillet 1989 portant nomination du délégué général à la langue française, JORF no 156 du 6 juillet 1989, p. 8433, NOR PRMX8910299D.
  11. Décret du 3 novembre 1993 portant nomination du délégué général à la langue française, JORF no 256 du 4 novembre 1993, p. 15269, NOR PRMX9300974D.
  12. Décret du 22 octobre 2001 portant nomination du délégué général à la langue française et aux langues de France, JORF no 246 du 23 octobre 2001, p. 16707, NOR MCCX0105149D.
  13. Décret du 30 septembre 2004 portant nomination du délégué général à la langue française et aux langues de France, JORF no 229 du 1er octobre 2004, texte no 76, NOR MCCB0400773D.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]