Déficit en mévalonate kinase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Déficit en mévalonate kinase
Classification et ressources externes
Mevalonic.jpg
patient touché par un déficit en mévalonate kinase (âge : 21 mois), montrant des caractères craniofaciaux associés à cette maladie
OMIM 251170
DiseasesDB 29843
MeSH D054078
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le Déficit en mevalonate kinase (ou MKD pour Mevalonate kinase deficiency)[1], encore nommé Acidurie mévalonique (mevalonic aciduria pour les anglophones[2] est une maladie rare autosomale récessive (environ 200 cas répertoriés dans le monde) dite MVK.

La maladie[modifier | modifier le code]

C'est une maladie métabolique rare, caractérisée par une impossibilité de normalement biosynthétiser le cholestérol et les isoprénoïdes[3], en raison d'une déficience en une enzyme, la Mévalonate kinase (dont la production est codée par le « gène MVK »)

cycle du mévalonate
Transmission de type autosomale récessive

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce désordre métabolique et le syndrome dont il est responsable ont été pour la première fois médicalement décrit en 1985[4].

Présentation clinique[modifier | modifier le code]

La maladie débute généralement dans l'enfance, avec des épisodes de 3 à 6 jours de fièvre, qui seront récurrents.
La fréquence de retour des crises varie selon les individus.
Cette fréquence est généralement plus élevée dans l'enfance (25 fois par an en moyenne) et diminue à l'âge adulte[1].

  • Une forme moins sévère est dite hyperimmunoglobulinemia D syndrome (HIDS)
  • une forme plus dure est dite Acidurie mévalonique (mevalonic aciduria ou MVA).

Symptômes[modifier | modifier le code]

Ce sont typiquement :

et parfois apparaissent des aphtes buccaux (ou vaginaux chez la femme).

Quelques patients développent des malformations congénitales, des troubles mentaux ou un retard de développement mental marqué et/ou psychomoteur (ataxie, hypotonie, des problèmes d'yeux et des crises d'épilepsie[1]).

Rarement, une amyloïdose entraîne une déficience rénale qui peut conduire à la mort.

Facteurs de déclenchement de crise[modifier | modifier le code]

Les crises sont plus ou moins récurrentes, mais une vaccination, un acte chirurgical, une blessure ou un stress peuvent aussi les déclencher[1].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Les analyses d'urine révèlent une accumulation d'acide mévalonique (en raison du déficit en enzyme mévalonate kinase[5] (ATP:mevalonate 5-phosphotransferase; EC 2.7.1.36).

Les taux sanguin d'immunoglobuline D (IgD) et d'immunoglobuline A (IgA) sont souvent anormalement élevés (pour des raisons mal comprises, et sans relations apparentes avec les symptômes)[1].

Pour les patients atteint de la forme bénigne (HID), entre les crises la vie est normale, et l'espérance de vie ne semble pas diminuée[1].
Ceux qui sont affectés de la forme dure (MVA), ont une qualité de vie très dégradée et une morphologie anormale (tête plus petite et allongée)[1]. Hormis pour les cas les plus grave, l'espérance de vie semble normale[1].

Additional images[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h NIH (Gouvernement des États-Unis, Genetic Conditions ; Mevalonate kinase deficiency
  2. 251170 (en)
  3. (en) Mancini J, Philip N, Chabrol B, Divry P, Rolland MO, Pinsard N, « Mevalonic aciduria in 3 siblings: a new recognizable metabolic encephalopathy », Pediatr. Neurol., vol. 9, no 3,‎ May-Jun 1993, p. 243–246 (PMID 8352861, DOI 10.1016/0887-8994(93)90095-T)
  4. (en) Berger R, Smit GP, Schierbeek H, Bijsterveld K, le Coultre R, « Mevalonic aciduria: an inborn error of cholesterol biosynthesis? », Clin. Chim. Acta, vol. 152, no 1-2,‎ octobre 1985, p. 219–222 (PMID 4053401, DOI 10.1016/0009-8981(85)90195-0)
  5. (en) Bretón Martínez JR, Cánovas Martínez A, Casaña Pérez S, Escribá Alepuz J, Giménez Vázquez F, « Mevalonic aciduria: report of two cases », J. Inherit. Metab. Dis., vol. 30, no 5,‎ octobre 2007, p. 829 (PMID 17578678, DOI 10.1007/s10545-007-0618-7)