Déchet industriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fumée rejetée par une industrie
L'eutrophisation est causée par l'enrichissement d'un écosystème par des produits chimiques.

Un déchet industriel est un type de déchet produit par l'activité d'industries. Il s'oppose donc aux ordures ménagères qui sont des déchets issus de l'activité quotidienne des ménages. Les secteurs les plus visés sont généralement les secteurs manufacturiers, de la construction, des services et de l’agriculture. Dans le cadre de la responsabilité élargie du producteur, le producteur est responsable de la gestion de ses déchets jusqu'à leur élimination ou leur valorisation finale[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Les déchets industriels se divisent en trois catégories, en fonction de la dangerosité de ces derniers pour l'environnement ou l'être humain: les déchets industriels banals (DIB), les déchets industriels dangereux (anciennement déchets industriels spéciaux) et les déchets industriels inertes issus principalement de l'activité du BTP[2].

Les déchets industriels banals ne représentent pas de dangers selon le code de l'environnement. Ceux-ci ne sont pas dangereux au sens où ils n'ont aucune caractéristique chimique toxique. Quelques exemples notables de DIB sont les textiles, les papiers, les cartons ou encore le bois. Ces déchets sont par ailleurs plus faciles à valoriser ou à recycler que des déchets industriels dangereux qui demandent des conditions particulières de protection.

Parallèlement, parmi les déchets industriels dangereux, anciennement appelés déchets industriels spéciaux, on retrouve les déchets toxiques, les déchets chimiques ou encore les déchets nucléaires. Ceux-ci nécessitent des techniques de précautions particulières de protection de l'environnement et d'un contrôle administratif renforcé en matière de stockage ou de transport.

Enfin, les déchets inertes sont des déchets qui ne sont pas dangereux et qui sont principalement issus du BTP. Pour autant, leur catégorisation peut être trompeuse, comme l'a montré l'exemple du plâtre qui, mélangé avec certaines substances, peut produire du gaz malodorant[3].

Valorisation[modifier | modifier le code]

Il est possible de valoriser des déchets qui ont une valeur positive et qui peuvent trouver une nouvelle utilité, soit en recyclant, soit par des procédés qui permettraient d'en tirer de nouveaux matériaux ou en optimisant le contenu énergétique des déchets. D'autre part, l’élimination finale consiste en la destruction ou le dépôt définitif sur ou dans le sol.

De plus en plus d'industries considèrent l'élimination coûteuse.

Plusieurs secteurs préfèrent ainsi donner une valeur commerciale positive à leurs déchets et tentent d'en tirer une valeur d’échange positive. Par exemple, la production de laitier de sidérurgie qui entre dans la fabrication de ciment laitier et consomme 70 % moins d'énergie que le ciment Portland[4]. On parle alors dans ce cas d'économie circulaire, d'écologie industrielle voire de mine urbaine.

Certains experts du BRGM ont toutefois tempéré l'intérêt des mines urbaines pour l'approvisionnement de matières premières, tout en soulignant leur importance dans la protection de l'environnement[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]