Cystide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En biologie, cystide désigne deux types d'organes différents :

  1. chez les champignons Basidiomycota :
    les cystides sont des éléments stériles se trouvant au sein de l'hyménium.
    Les cystides sont utilisés par les mycologues pour déterminer ou différencier certains champignons.
  2. chez les bryozoaires ;
    Cystide est le nom donné à la loge (ou « logette ») plus ou moins rigide qui abrite chaque individu[1]. Elle est recouverte d'un épiderme[2].

Mycologie[modifier | modifier le code]

Formes des cystides des champignons[modifier | modifier le code]

Cystides muriqués de champignons
  • cystide acuminée : cystide terminée en pointe allongée ;
  • cystide ampullacée : en forme d'ampoule, cystide renflée à la base et munies d'un long col ;
  • cystide becquée : terminée au sommet par un rétrécissement allongé et plus ou moins aigu, à la manière d'un bec ;
  • cystide capitée : cystides terminées par un brusque renflement arrondi ;
  • cystide diverticulée : cystide ornée d'excroissances ou d'appendices plus ou moins courts ;
  • cystide lagéniforme : cystide en forme de bouteille enflée ;
  • cystide moniliforme : cystide qui présente une succession de brusques renflements et de brusques étranglements ;
  • cystide mucronée : cystide présentant à son extrémité un appendice plus ou moins pointu, un mucron, forme de biberon ;
  • cystide muriquée : cystide muni de pointes courtes et robustes : cystides dont le sommet est couronné de cristaux.

Cystides spécifiques[modifier | modifier le code]

  • gléocystide : cystide à paroi mince, immergée dans l'hyménium, contenant des gouttelettes de nature huileuse.
  • lamprocystide : cystide conique à parois épaisses, incrustées, émergeant ou non de l'hyménium.

Zoologie[modifier | modifier le code]

couronne de tentacules du zoïde du bryozoaire Dakaria subovoidea, émergeant partiellement de sa logette (dite cystide) au sein de sa colonie

Tous les bryozoaires forment des structures coloniales dont l'élément de base est dit « cystide ».

La première cystide d'une colonie se forme après la métamorphose de la larve planctonique[1] qui en est à l'origine.

C'est dans cette loge que s'abrite le polype. Ce dernier peut s'y invaginer pour s'y protéger, ou au contraire s'épanouir à l'extérieur et déployer son lophophore dans l'eau (le lophophore est l'organe principalement composé d'une couronne de tentacules ciliés - souvent disposés en éventail ou en forme de fer à cheval - qui permet au polype de capter et porter à sa bouche les microparticules alimentaires en suspension dans l'eau).

Les cystides sont recouvertes d'un épiderme, souvent fragile[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hondt, J. L. D. (1974). La métamorphose larvaire et la formation du ‘cystide’chez Alcyonidium polyoum (Hassall, 1841), Bryozoaire Ctenostome. Archives de Zoologie expérimentale et générale, 115, 577-605
  2. a et b Gasser F (1962) L’épiderme du cystide de Plumatella repens (Linné)(bryozaire ectoprocte phylactoleme) precisions histologiques, cytologiques et histochimiques. Arch Zool Exp Gén, 101, 1-13.