Cyrus Vance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cyrus Vance, Jr..
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vance.
Cyrus Vance

Cyrus Roberts Vance (né le 27 mars 1917 à Clarksburg, Virginie-Occidentale – mort le 12 janvier 2002 à New York) est un homme politique américain. Il fut Secrétaire d'État des États-Unis (chargé des relations du Département d'État soit principalement les Affaires Étrangères) de 1977 à 1980 sous le mandat du président Jimmy Carter.

Partisan de la négociation sur le recours à la force et l'escalade vers les conflits armées, il démissionnera en avril 1980 pour protester contre une mission secrète organisée pour libérer les otages américains en Iran.

Son fils Cyrus Vance, Jr. est actuellement procureur du comté de New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Orphelin, Cyrus Vance est adopté par son oncle, John W. Davis, un célèbre juriste et homme politique démocrate.

Diplômé de la Kent School en 1935 et en droit de Yale en 1942, Cyrus Vance fait son service dans l'US Navy jusqu'en 1946.

Sa carrière professionnelle se déroule dans un cabinet juridique de New York avant son entrée au gouvernement comme secrétaire aux armées du Président John F. Kennedy. C'est à ce titre qu'il envoie l'US Army dans le nord du Mississippi pour permettre l'intégration d'étudiants noirs dans les universités de l'un des états les plus ségrégationnistes du sud.

Il est ensuite Vice-secrétaire à la défense dans l'administration du Président Lyndon Johnson et soutient dans un premier temps la guerre du Viêt Nam avant de changer d'avis à la fin des années 1960.

En 1968, il est délégué à la conférence sur la paix à Paris.

En 1977, il devient Secrétaire d'État des États-Unis (affaires étrangères) dans l'administration Carter. Son expérience passée en fait un pacifiste et relance les négociations et le renforcement des liens économiques avec l'Union soviétique.

Cyrus Vance et le Président Jimmy Carter, le 3 juillet 1977.

"Colombe", il est en conflit permanent avec le conseiller à la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski.

Vance tente également d'avancer sur les programmes de limitations d'armes nucléaires (accords SALT II) avec l'URSS. Il est un acteur central de la décision gouvernementale redonnant la zone du Canal à Panama et dans les Accords de Camp David entre Israël et l'Égypte d'Anouar el-Sadate. En 1977, il tente également d'imposer au gouvernement rhodésien et aux mouvements de guérilla noirs un projet de règlement anglo-américain pour rétablir la légalité en Rhodésie mais sans succès.

En février 1978 à Malte, il tenta encore en compagnie du secrétaire britannique au Foreign Office David Owen et de Andrew Young l'ambassadeur américain aux Nations Unies de convaincre les leaders du Front patriotique, Joshua Nkomo et Robert Mugabe d’accepter le plan anglo-américain de règlement négocié en Rhodésie sans succès.

Ses pourparlers avec la Chine seront marginalisés à la suite de la chute du Shah d'Iran et il doit faire face à la prise d'otages à l’ambassade américaine de Téhéran. Dans le même temps, l'URSS envahit l'Afghanistan.

En avril 1980, Vance démissionne suite à une expédition militaire secrète organisée pour libérer les otages sans qu'il en soit informé et qui échoue lamentablement.

Par la suite, Vance, qui était retourné à son métier d'avocat, interviendra encore dans quelques missions diplomatiques en tant que médiateur en Bosnie-Herzégovine et en Croatie ou en tant qu'observateur en Afrique du Sud au milieu des années 1990.

Il est mort le 12 janvier 2002 de la maladie d'Alzheimer. Son épouse est décédée en 2008.