Cyrtocara moorii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cyrtocara moorii

Description de cette image, également commentée ci-après

Cyrtocara moorii

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Perciformes
Sous-ordre Labroidei
Famille Cichlidae
Genre Cyrtocara

Nom binominal

Cyrtocara moorii
Boulenger, 1902

Synonymes

  • Cyrtocara moorei Boulenger, 1902
  • Cyrtocara moori Boulenger, 1902
  • Haplochromis moori (Boulenger, 1902)
  • Haplochromis moorii (Boulenger, 1902)[1][2]

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après

Le lac Malawi seul endroit où réside à l'état sauvage Cyrtocara moorii

Cyrtocara moorii ou parfois « Bossu du Malawi[1] » ou encore « haplo à bosse[1] » est une espèce de poissons de l'ordre des Perciformes et de la famille des Cichlidae. Il est endémique du lac Malawi, on le rencontre sur tout le pour tour du lac[3]. Cette espèce est communément dénommé différement par plusieurs peuples de pécheurs autour du lac: « Utaka » et « Bamusi » en Nyanja au Malawi « Bampuhedi » et « Chakhuta » en Tonga au Malawi et « Mbuna-chiphungu » en Tumbuka également au Malawi[4].

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce possède un corps comprimé latéralement et assez haut. Une bosse caractéristique très prédominante sur le front est présente à l'âge adulte. Le mâle comme la femelle possède un fond de coloration bleu/argenté, qu’ils acquièrent quasi directement à la naissance.

Localité[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique du lac Malawi en Afrique. Contrairement à beaucoup d'autres espèce de cichlidae du lac que l'on rencontre qu'a certain lieux de pèche précis du lac, Cyrtocara moorii se rencontre sur tout le pour tour du lac[3]. Le lac Malawi fait partie des grands Lacs de la vallée du grand rift africain, qui traverse la partie orientale de l'Afrique du nord au sud. Certains de ces lacs sont parmi les plus profonds, les plus grands et les plus anciens du monde[5].

Taille[modifier | modifier le code]

Cette espèce mesure adulte une taille maximale avoisinant les 20 centimètres[6], parfois un peu plus en aquarium pour les plus vieux spécimens. Selon Aquabase[7] environ 25 centimètres pour le mâle et 20 centimètres pour la femelle[1].

Dimorphisme[modifier | modifier le code]

magnifique vieux mâle avec une bosse frontal très prononcé et presque "informe"

Adulte cette espèce de cichlidae n'est pas toujours très simplement différentiable. En effet le mâle comme la femelle est de couleur bleue. Cependant principalement en période de reproduction, on remarquera le mâle légèrement plus grand et de coloration plus soutenue ; la femelle moins dominante est plus terne. Le mâle possède également la terminaison des nageoires impaires plus effilées. Ce sont les mâles qui creusent de petites nids dans le sable ou ils attirent les femelles. Parfois les professionnels retournes les poissons et comparent les orifices génitaux afin de déterminer les sexes. Chez les spécimens complètement adulte le mâle est bleu et caractérisé par la présence d'une "bosse" frontal, plus prononcée que la femelle. Cette dernière possède 3 tâches plus sombre sur le corps (plus ou moins visibles en fonction de l'état de stresse).

Alimentation[modifier | modifier le code]

En aquarium Cyrtocara moorii se nourrit de tous types nourritures sauf de vers genre ver de vase rouge. Il appréciera les nourritures traditionnels conseillers, fraiche : artémias, krill, ou sèches : paillette et granulée de taille adapter avec ça prise en gueule.

Maintenance[modifier | modifier le code]

C. moorii est un « Utacca » qui se maintient sans difficulté avec tous les autres cichlidae du lac Malawi. Des espèces comme celle des genres Sciaenochromis et/ou Labidochromis lui sera de bon compagnon. En bac spécifique un volume de 300L pour un couple ou un trio est le minimum conseillé. Le décor sera composé essentiellement de pierre, auquel on pourra rajouter quelques plantes robustes du genre Anubias ou Vallisneria (Vallisneria gigantea).

Caractéristique physico-chimique[modifier | modifier le code]

Cette espèce vit dans son milieux dans une eau douce à un pH compris entre 7.2 et 8.8 ; un dH compris entre 10 et 18 à des profondeur de 3 mètres à 15 mètres. La température varie de 24°C à 26°C[6].

Reproduction[modifier | modifier le code]

incubateur buccal maternel, le mâle défend un territoire. (selon IUCN moins farouchement qu'un certain nombres d'autres espèces[3]) Cyrtocara moorii est un cichlidé semblable à la plupart des autres cichlidae du lac Malawi quant à sa façon de se reproduire. Le mâle construit un nid dans le sable en forme de cuvette ou contre une pierre, qu'il défend farouchement contre tout intrus. Des observations montrent qu'il est possible (surtout en aquarium), de le voire se reproduire sur une simple pierre plate. Les œufs déposés par la femelle sont fertilisées avant et après la prise en bouche par cette dernière. Les œufs et larves sont incubés envieront trois semaines avant le lâcher. Si le frai est prélevé pour un élevage, il serra nourri de préférence de nauplie d'artémias et de poudre et paillette traditionnelle pour jeune cichlidae.

Statut IUCN[modifier | modifier le code]

L'Union internationale pour la conservation de la nature IUCN place cette espèce en "Préoccupation Mineur" (LC) : « Endémiques au lac Malawi, distribué à grande échelle sans grandes menaces généralisées identifiés »[3]

Croisement, hybridation, sélection[modifier | modifier le code]

Il est impératif de maintenir cette espèce et le genre Cyrtocara seul ou en compagnie d'autres espèces, d'autres genre, mais de provenance similaire (lac Malawi), afin d'évité toute facilité de croisement. Le commerce aquariophile a également vu apparaître un grand nombre de spécimens provenant d'Asie et d'Europe de l'est notamment et aux couleurs des plus farfelus ou albinos. Dû à la sélection, hybridation et autres procédés chimiques et barbares de laboratoires.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

Liens sources externes[modifier | modifier le code]

Cartes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :