Cynotherium sardous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Dhole de Sardaigne (Cynotherium sardous Studiati, 1857) est une espèce éteinte de la famille des Canidae[1], la seule du genre Cynotherium.

Au Pléistocène, cette espèce était endémique de la Sardaigne et de la Corse, îles qui étaient reliées par un pont terrestre à cette époque. Il a commencé à s’éteindre à partir du moment où les hommes se sont installées sur l’île[2].

Cette espèce s’est adaptée à son environnement insulaire (peu de place, proies petites et rapides[3]) et est devenue plus petite au cours du temps[1].

Il semble que Xenocyon soit l’ancêtre du genre Cynotherium. Parfois, on le considère comme un dérivé des dernières populations de Canis arnensis (ou Canis mosbachensis)[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Lyras G.A., Van der Geer A.E., Dermitzakis M., De Vos J., « Cynotherium sardous, an insular canid (Mammalia: Carnivora) from the Pleistocene of Sardinia (Italy), and its origin », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 26, no 3,‎ 2006, p. 735–745 (DOI [735:CSAICM2.0.CO;2 10.1671/0272-4634(2006)26[735:CSAICM]2.0.CO;2]) (en)
  2. (en) Gippoliti, Spartaco & Amori, Giovanni, « Ancient introductions of mammals in the Mediterranean Basin and their implications for conservation », Mammal Review, vol. 36, no 1,‎ 2006, p. 37–48 (DOI 10.1111/j.1365-2907.2006.00081.x) (en)
  3. (en) Lyras G., Van der Geer A., « Adaptations of the Pleistocene island canid Cynotherium sardous (Sardinia, Italy) for hunting small prey », Cranium, vol. 23, no 1,‎ 2006, p. 51–60 (en)
  4. (en) Abbazzi L., M. Arca, C. Tuveri & L. Rook, « The endemic canid Cynotherium (Mammalia, Carnivora) from the Pleistocene deposits of Monte Tuttavista (Nuoro, Eastern Sardinia) », Rivista Italiana di Paleontologia e Stratigrafia, vol. 111, no 3,‎ 2005, p. 497 (en)
  • Studiati, 1857 : Description des fossiles de la brèche osseuse de Monreale de Bonaria près de Cagliari. in A. La Marmora, Voyage en Sardaigne, vol. 3, p. 651–704.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :