Cyclone d'Apia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyclone d'Apia
{{#if:
Vue de la baie d'Apia après le passage du cyclone (mars 1889). Au premier plan des restes d'épave de la SMS Eber, au second plan l'épave du USS Trenton
Vue de la baie d'Apia après le passage du cyclone (mars 1889). Au premier plan des restes d'épave de la SMS Eber, au second plan l'épave du USS Trenton

Apparition avant le 13 mars 1889
Dissipation après le 13 mars 1889

Catégorie maximale Cyclone catégorie 1
Pression minimale inconnue
Vent maximal
(soutenu sur 1 min.)
120 km/h

Dommages confirmés
Morts confirmés plus de 147
Blessés confirmés

Zones touchées

Image illustrative de l'article Cyclone d'Apia
Trajectoire non disponible.
Saison cyclonique 1889 dans le Pacifique sud

Le cyclone d'Apia est un cyclone tropical qui frappa les îles Samoa et en particulier la baie d'Apia le 16 mars 1889 pendant la crise de Samoa.


Évolution météorologique[modifier | modifier le code]

La pression atmosphérique commence à tomber les heures précédant la tempête et la population locale rappelle aux marins que la baie a déjà connu un cyclone tropical trois ans auparavant. Le cyclone arrive à partir du 15 avec des vents de plus de 160 km/h.

Impact[modifier | modifier le code]

Trois navires de la marine américaine: les USS Trenton, USS Vandalia et USS Nipsic mouillaient depuis le 13 mars dans la baie d'Apia, ainsi que deux canonnières et une corvette de la marine impériale allemande: les SMS Eber, SMS Olga et SMS Adler. Les deux pays s'opposaient à propos de la souveraineté des îles.

En effet, la région était exploitée par des compagnies de plantations allemandes, mais les missions américaines renseignaient la flotte américaine qui fournissait en armement les tribus rebelles, notamment celle commandée par Mataafa Josefo. Le combat du 18 décembre précédent avait fait plus d'une vingtaine de morts chez les fusiliers marins allemands. Un navire britannique, le HMS Calliope était aussi en observation dans la bai et des navires commerciaux naviguaient aux alentours.

Ce sont treize navires en tout qui se réfugient dans la baie avant l'arrivée de la tempête. Les officiers qui sont des marins expérimentés savent que la seule issue est d'atteindre la haute mer. Cependant aucun ne donne - peut-être par fierté nationale - l'ordre de sortir de la baie qui s'ouvre au nord sur le Pacifique, tandis qu'une barrière de corail se trouve au sud. Seul le HMS Calliope qui a des moteurs puissants parvient finalement à sortir.

Lorsque le cyclone vient à frapper, le résultat est catastrophique. Les bateaux sont ancrés les uns à côté des autres et certains ne bougent qu'à la dernière minute. Ils sont jetés les uns contre les autres. L'USS Trenton est jeté contre le rivage dans l'après-midi et échoue sur la barrièe de corail à dix heures du soir. L'USS Vandalia s'écrase sur cette même barrière en début d'après-midi. L'USS Nipsic coule devant la plage. Il est renfloué plus tard et réparé. La SMS Olga est projetée à terre, et parvient aussi plus tard à être réparée. Le SMS Adler et le SMS Eber sont pris à l'entrée de la baie par le début du cyclone et s'écrasent l'un contre l'autre avant de couler rapidement en eau profonde. Ce sont eux qui connaissent les plus lourdes pertes et ils sont totalement détruits. Les six navires marchands se trouvant dans la baie sont aussi sévèrement endommagés et réduits à l'état d'épave.

Finalement, ce sont plus de deux cents marins, dont une grande majorité d'Allemands, qui trouvent la mort.

Détails[modifier | modifier le code]

Les bateaux de guerre connaissent les pertes et dommages suivants: