Cyclone Zoe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyclone Zoe
Zoe en intensification
Zoe en intensification

Apparition
Dissipation

Catégorie maximale Cyclone catégorie 5
Pression minimale 890 hPa
Vent maximal
(soutenu sur 1 min.)
290 km/h sur une minute
240 km/h sur dix minutes

Dommages confirmés
Morts confirmés Aucun
Blessés confirmés

Zones touchées Îles Salomon

Trajectoire de Zoe dans le Pacifique sud
Trajectoire de Zoe dans le Pacifique sud
Échelle de Saffir-Simpson
D T 1 2 3 4 5
Saison cyclonique 2002-2003 dans l'océan Pacifique Sud

Le cyclone Zoe est le plus intense cyclone tropical à jamais avoir été observé dans le Pacifique sud du point de vue pression avec 890 hPa[1]. Seul le cyclone Monica a égalé ses vents de 240 km/h soutenus sur 10 minutes[1] ou 290 km/h sur 1 minute[2]. Le nom Zoe a été retiré des listes de noms de cyclones tropicaux futurs par l'Organisation météorologique mondiale[3].

Évolution météorologique[modifier | modifier le code]

Une zone de convection a été pour la première fois observée le et devnt la dépression tropicale 04F le 25 décembre à environ 670 km à l’Est de Funafuti aux Tuvalu[4]. La dépression dériva vers l’ouest-sud-ouest tout en s’intensifiant. Elle fut reclassée cyclone tropical Zoe (selon la classification du Pacifique sud qui correspond à une tempête tropicale dans l’échelle de Saffir-Simpson) en fin de journée le 25[5].

Le 26 décembre, Zoe de développa rapidement et en fin de journée devint de force d’ouragan de catégorie 1 (échelle de Saffir-Simpson). Tôt le 28 décembre, Zoe avait atteint son maximum d’intensité avec des vents de 240 km/h soutenus sur 10 minutes[1] et une pression centrale de 890 hPa. Cette pression en ferait le plus intense cyclone tropical de l’histoire, tous bassins confondus, et le plus puissant en dehors de l’océan Pacifique nord-ouest. Cette pression est cependant un estimé fait selon la technique de Atkinson/Holiday, qui relie la vitesse des vents avec la pression centrale, et non une mesure directe[6].

Du 28 au 29 décembre, Zoe ne se déplaça que peu, exécutant un cercle dans le sens des aiguilles d’un montre, et demeura sensiblement de même intensité. Le cyclone passa sur plusieurs île de la province de Temotu des îles Salomon durant cette période. Le 29, le système recommença son déplacement, cette fois vers le sud-est[7]. Il rencontra cependant un plus fort cisaillement des vents en altitude et une température de surface de la mer plus froide ce qui l’affaiblit[8].

Zoe redevint une dépression tropicale tôt le à 390 km au sud-ouest de Nadi, Fidji[9]. Toutes les alertes cycloniques furent annulées le même jour quand il devint un cyclone extratropical.

Impacts[modifier | modifier le code]

Le cyclone Zoe n’a pas touché de masses continentals mais il a cependant affecté plusieurs îles avec une population totale de 1 700 personnes. Les pires dommages ont été enregistrés sur l’île de Tikopia qui a subi le passage du mur de l'œil de Zoe. Les résidents ont parlé d’une onde de tempête de 5 à 10 mètres. Au moins soixante-dix maisons ont été détruites et les rapports décrivent la dévastation comme « totale ». Presque tout sur l’île fut déchiqueté ou soufflé et au moins deux villages ont été balayés par les flots. Miraculeusement, on ne rapporte aucune perte de vie, les habitants ayant trouvé refuge dans les terrains plus élevés durant la tempête.

Sur l’île d’Anuta, quatre-vingt-dix (90) pour cent des maisons sont demeurées intactes et sixante-dix pourcent des récoltes ont été sauvées. Les autorités ont cependant perdu contact avec l’île durant une semaine. Vanuatu fut inondée par l’eau de mer et les habitants ont pu pêcher dans leurs jardins. Aucun dommage ne fut signalé dans les îles Fidji où les vents n’ont atteint que 67 km/h à Yasawa avec des rafales à 78 km/h à Nadi.

À cause de son impact, le nom Zoe a été retiré des listes de noms de cyclones tropicaux futurs par l'Organisation météorologique mondiale[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Centre météorologique régional spécialisé de Nadi, « Tropical Disturbance Advisory Number A11 », Université de l'État de Floride,‎ 28 décembre 2002 06h TU (consulté en 2008-02-22)
  2. (en) Joint Typhoon Warning Center, « Tropical Cyclone ZOE list of advisories and warnings », Australia Severe Weather,‎ 28 décembre 2002 (consulté en 2008-02-22)
  3. a et b (fr) « Rapport no. TCP-24 : Plan d'opération concernant les cyclones tropicaux dans le Pacifique sud et le sud-est de l'Océan Indien », Programme concernant les cyclones tropicaux, Organisation météorologique mondiale,‎ 2004 (consulté en 2008-02-22), p. 27-30[PDF]
  4. (en) Centre météorologique régional spécialisé de Nadi, « Tropical Disturbance Advisory Number A1 », Université de l'État de Floride,‎ 25 décembre 2002 18h TU (consulté en 2008-02-22)
  5. (en) Centre météorologique régional spécialisé de Nadi, « Storm Warning 017 », Université de l'État de Floride,‎ 26 décembre 2002 00h TU (consulté en 2008-02-22)
  6. (en) Joint Typhoon Warning Center, « South Pacific and South Indian Ocean tropical Cyclones », US Navy (consulté en 2008-02-22)
  7. (en) Centre météorologique régional spécialisé de Nadi, « Tropical Disturbance Advisory Number A15 », Université de l'État de Floride,‎ 29 décembre 2002 06h TU (consulté en 2008-02-22)
  8. (en) Centre météorologique régional spécialisé de Nadi, « Tropical Disturbance Advisory Number A17 », Université de l'État de Floride,‎ 29 décembre 2002 18h TU (consulté en 2008-02-22)
  9. (en) Centre météorologique régional spécialisé de Nadi, « Tropical Disturbance Advisory Number A26 », Université de l'État de Floride,‎ 1er janvier 2003 00h TU (consulté en 2008-02-22)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]