Cyclone Hyacinthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hyacinthe (homonymie).
Cyclone Hyacinthe
{{#if:
Image satellite du cyclone Hyacinthe le 25 janvier 1980 ; l'œil est situé entre Madagascar (sur le bord gauche de l'image) et La Réunion et Maurice (au centre, non visibles).
Image satellite du cyclone Hyacinthe le 25 janvier 1980 ; l'œil est situé entre Madagascar (sur le bord gauche de l'image) et La Réunion et Maurice (au centre, non visibles).

Apparition 17 janvier 1980
Dissipation 29 janvier 1980

Catégorie maximale Cyclone catégorie 2
Pression minimale Madagascar : ?
Maurice : ?
La Réunion : 978 hPa
Vent maximal
(soutenu sur 1 min.)
Madagascar : ?
Maurice : ?
La Réunion : 137 km/h

Dommages confirmés Madagascar : ?
Maurice : ?
La Réunion : ?
Morts confirmés Madagascar : ?
Maurice : ?
La Réunion: 25
Blessés confirmés Madagascar : ?
Maurice : ?
La Réunion : ?

Zones touchées Drapeau de La Réunion La Réunion
Drapeau de Madagascar Madagascar
Drapeau de Maurice Maurice

Image illustrative de l'article Cyclone Hyacinthe
Trajectoire non disponible.
Saison cyclonique 1979-1980 dans le sud-ouest de l'océan Indien

Le cyclone Hyacinthe est un cyclone tropical en activité en janvier 1980 dans le sud-ouest de l'océan Indien. Il a touché Maurice, La Réunion et Madagascar. Sa trajectoire chaotique le fait revenir dans des régions déjà traversées, voire fortement ralentir ce qui le fait stagner au-dessus des mêmes régions pendant plusieurs jours. Ainsi, la pluviométrie abondante, notamment à la Réunion, constitue des records mondiaux toujours en vigueur plus de trente ans après leur établissement[1]. Les pluies, qui provoquent des glissements de terrain, associées aux vents cycloniques, provoquent la mort d'au moins 25 personnes et de lourds dégâts.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le cyclone Hyacinthe se forme le 17 janvier 1980 au nord de l'île Maurice et se dissipe le 29 janvier 1980 au sud-est de Madagascar et au sud des Mascareignes[2]. Il est classé catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson dès sa formation et passe catégorie 2 le lendemain[2]. Il redescend en catégorie 1 le 20 janvier en fin de journée avant de repasser en catégorie 2 le 23 en fin de journée[2]. Il est rétrogradé catégorie 1 le 27 janvier à la mi-journée et devient une tempête tropicale le lendemain avant de se dissiper rapidement[2].

Régions touchées[modifier | modifier le code]

Maurice[modifier | modifier le code]

La région de Maurice touchée par le cyclone est l'île du même nom, dans les premiers jours suivant la formation du cyclone[2].

Réunion[modifier | modifier le code]

Vue du boulevard Bank à Saint-Pierre le 19 janvier 1980 après le premier passage du cyclone Hyacinthe.
La ravine Blanche en crue au Tampon.

À La Réunion où le cyclone fait 25 morts, de lourds dégâts sont à déplorer[3],[4]. L'œil du cyclone passe trois fois à proximité de l'île : le 18 janvier à une centaine de kilomètres au nord ce qui occasionne très peu de vent mais de fortes pluies, dans la nuit du 24 au 25 à 125 kilomètres au sud-ouest avec les mêmes conséquences météorologiques et le 27 janvier à 70 kilomètres au sud avec toujours de fortes pluies mais accompagnées de vents cycloniques[5],[4]. Entre le 16 et le 27 janvier, la pression atmosphérique enregistrée la plus basse est de 978 hPa au Port et les vents les plus forts sont de 137 km/h à l'aéroport de Gillot[3].

La proximité du cyclone avec l'île pendant deux semaines se traduit notamment par une forte pluviométrie quasi permanente. De nombreux records de pluviométrie sont enregistrés et constituent toujours des valeurs extrêmes trente ans après[6] : 3 240 millimètres sur trois jours à Grand Îlet du 24 au 27, les autres étant établis au cratère Commerson avec 4 869 millimètres en quatre jours du 24 au 27, 4 979 en cinq jours du 23 au 27, 5 075 en six jours du 22 au 27, 5 400 en sept jours du 22 au 28, 5 510 sur huit jours du 21 au 28, 5 678 sur dix jours du 18 au 27 et 6 083 sur quinze jours du 16 au 30[7]. Ces mesures sont à comparer aux records mondiaux annuels de précipitations qui se situent autour de 12 000 millimètres. Cette pluviométrie est plus importante sur les hauteurs que sur les côtes et plus dans le sud de l'île que dans le nord[4]. Le secteur le plus arrosé étant celui de la plaine des Remparts autour du cratère Commerson situé en amont de la rivière Langevin, ce cours d'eau connait une crue exceptionnelle puisque son débit passe à 500 m3⋅s-1, ce qui n'est observé que pour la troisième fois en 80 ans[4]. Ce sont les trois stations météorologiques du bassin versant de la rivière Langevin qui ont enregistré le record de pluviométrie en une heure pour ce cyclone avec des valeurs comprises entre 83 et 93 millimètres[4]. Dans le cirque de Salazie, la mare à Poule d'Eau est partiellement comblée par un éboulement[8].

Madagascar[modifier | modifier le code]

Le cyclone touche Madagascar entre le 20 et le 23 janvier sur sa côte orientale, notamment entre la baie d'Antongil et la région de Vatovavy-Fitovinany[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :