Cyclocity

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Cyclocity (Bruxelles), un ancien service bruxellois de Vélos en libre-service, application du système Cyclocity. 
Un vélo du service vélo'v à Lyon.
Vélos du service Vélib' dans leur station à Paris.

Cyclocity est un système, en partie breveté, de vélos en libre-service développé et commercialisé par JCDecaux[1]. Cyclocity est aussi le nom de la filiale de JCDecaux chargée du développement et de l'exploitation de ce système.

Le fondateur de la société JCDecaux, Jean-Claude Decaux, présenté comme un cycliste convaincu, aurait initié lui-même le projet[réf. souhaitée]. Installé et expérimenté à Vienne (Citybike Wien), le système a été mis en place pour la première fois à grande échelle sous le nom de vélo'v à Lyon en [2]. Avec environ 20 000 vélos et 1 202 stations, le Vélib', mis en place à Paris en , est la déclinaison la plus grande du système.

En , JCDecaux annonce avoir atteint le chiffre de 200 millions de locations pour ses vélos en libre-service dans le monde entier, alors qu'il gère un parc de 47 000 vélos et 3 800 stations implantés dans 67 villes dans dix pays[2].

Des systèmes concurrents ont été développés en outre par Clear Channel (avec son système SmartBike), les concepteurs du système BIXI à Montréal, Effia (avec son système Vélossimo) et Smoove, une start up montpelliéraine.

Concept[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vélos en libre service.

Si Clear Channel et JCDecaux se disputent le principe du vélo partagé, on retrouve l'origine d'un tel concept dès les années 1970 au Danemark. La mise en place d'un système de vélos en libre-service gratuit a été mis en service dans les années 1995 à Copenhague, des vélos sont empruntables dans la ville avec une simple pièce de monnaie comme pour les Caddies de supermarché[réf. souhaitée]. Le système a été développé dans d'autres villes du nord de l'Europe où ce modeste système anti-vol suffit, la transposition n'étant pas évidente partout. Le développement d'une offre performante et sécurisée par des industriels (spécifiquement donc des annonceurs ayant l'habitude de gérer le mobilier urbain) a alors vu le jour.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1967 - Pour lutter contre la pollution, l'élu local Luud Schimmelpennink propose à la ville d'Amsterdam un projet de 2 000 vélos 'blancs', qui pourront être utilisés gratuitement par les habitants de la ville.
  • 1975 - La ville de La Rochelle propose 350 vélos jaunes sur 3 points de location en complément de son offre de transport public.
  • - Lancement de Bycyklen à Copenhague, Danemark : 1 000 vélos sont proposés gratuitement dans 120 stations en libre service.
  • - Clear Channel lance Vélo à la carte à Rennes « Premier libre-service de vélos informatisé au monde »[3].
  • 1999 : lancement du projet dans le cadre de la direction industrielle de JCDecaux.
  • 2002 - Lancement de Viennabike par une association à Vienne en Autriche, sur le modèle des Bycyklen mais le service faillit au bout de quelques semaines.
  •  : dépôt du brevet fondateur du système.
  •  : lancement de la phase pilote sur le site de la Clef de Saint-Pierre[4].
  • fin 2002 : lancement d’une première génération de Cyclocity destinée aux projets de Vienne en Autriche (CitybikeWien, remplacement de Viennabike), Gijón et Cordoue en Espagne.
  • 2002/3 : dépôt d'un brevet pour une solution d'accès par carte bancaire sécurisée
  • 2003 : industrialisation, production et mise en service de Vienne en , Córdoba et Gijón en .
  • 2004 : dépôt de 8 brevets concernant la sécurité de l’usager et du vélo.
  • 2005 : production de 2 000 vélos, bornes, serveurs commerciaux, serveurs monétiques ; lancement de vélo'v à Lyon et Villeurbanne. Cyclocity reçoit le Trophée du Vélo et le prix Usine Nouvelle.
  • 2006 : Nouveaux prix : le Janus de l’industrie décerné par l’Institut français du design et le prix Entreprises et environnement.
  • 2007 : JCDecaux reçoit le Grand Prix Stratégie du Design pour Vélib.

Principe du système[modifier | modifier le code]

Une station (vide) à Vienne.
Une station à Göteborg, Suède.

Cyclocity est l'application du concept de vélos partagés en tant que service, généralement proposé par une collectivité locale, au travers d'une délégation de service public assurée par JCDecaux et sa filiale Cyclocity.

Le système est composé, tout d'abord, de stations disséminées dans la ville ou la zone à couvrir. Chaque station est composée de plusieurs bornes d'attache de vélos et d'une borne informatique qui sert d'interface entre les utilisateurs et le système de gestion. Des vélos sont disponibles en nombre suffisant dans chaque station.

Après enregistrement, un utilisateur peut emprunter un vélo dans une station au moyen d'une carte et d'un code. À la fin de l'utilisation, le vélo peut être rendu dans n'importe quelle autre station en le raccrochant à une borne d'attache. Suivant les systèmes, les utilisateurs peuvent s'enregistrer auprès du gestionnaire (pour les systèmes gratuits ou pour les abonnements communément appelés longue durée) ou bien directement sur les bornes informatiques en station, normalement au moyen d'une carte de paiement (abonnement dit de courte durée). Une caution est généralement demandée, soit lors de l'inscription préalable soit en utilisant l'empreinte de la carte de paiement.

La location est normalement limitée dans le temps et, pour les systèmes payants, le coût horaire augmente avec la durée de location. Certains systèmes payants proposent ainsi une première demi-heure gratuite, l'heure suivante étant payante et les heures supplémentaires étant ensuite facturées le double. Dans cette configuration, le renouvellement du parc de vélos à disposition est très rapide, favorisant ainsi l'utilisation pour de courts trajets de station à station. Cela est possible avec un nombre important de stations offrant un bon maillage de la ville ou de la zone à desservir, le point de départ et surtout le point d'arrivée de l'utilisateur devant être proches d'une station[5]. Le système devient alors comparable à un réseau de transport où chaque station du réseau serait reliée aux autres directement, contrairement à un service de transport en commun où des correspondances peuvent être nécessaires. L'utilisateur assure alors son propre transport, entre les stations, au moyen du vélo mis à disposition. JCDecaux avait alors qualifié son système de « réseau de transport individuel ».

Ce système est facilement complémentaire avec un réseau de transport en commun. Avec des stations judicieusement placées (gare, station de métro), un même trajet peut se faire alternativement, pour partie, avec un vélo et un transport en commun. Contrairement à ce qui se passerait avec un vélo dont il aurait la propriété, l'utilisateur n'a plus à sa charge le vélo dès qu'il a achevé son trajet avec celui-ci : ce principe offre des avantages en termes de mobilité mais aussi des combinaisons multimodales inédites.

Les syndicats dénoncent les conditions de travail des salariés chargés de la maintenance des vélos[6].

Un service associé au mobilier urbain[modifier | modifier le code]

JCDecaux a « inventé » l'Abribus financé par la publicité. Ce concept a été étendu à l'ensemble du mobilier urbain, où l'affichage publicitaire le finance ainsi au travers d'une délégation de service public assurée par l'industriel. Cyclocity est ainsi proposé en tant que service s'ajoutant à celui de la gestion du mobilier. Et l'émergence de ce service est arrivé à temps pour le principal opérateur français alors que de nombreuses délégations de service public pour l'affichage urbain arrivent à échéances, lui servant d'argument commercial tant financièrement que vis-à-vis de la concurrence.

L'affichage publicitaire devait à l'origine financer l'intégralité du service, comme ce fut le cas à Lyon[7]. Devant le coût du système — il semblerait que le service, pour être attractif, doit proposer une période de gratuité, permettant ainsi des sauts de puce gratuits aux abonnés — Cyclocity est devenu un service onéreux. Cependant, devant la réussite de sa vitrine lyonnaise et devant l'enthousiasme des mairies, les collectivités locales se sont lancées dans ce service finalement coûteux pour ces dernières. Les bénéfices directement liés à l'affichage urbain ont connu une très forte augmentation et les rétributions exigées par les collectivités locales (qui se renégocient au renouvellement du contrat) ont logiquement suivi. Si, par exemple à Paris, le lancement du service n'a pas été directement financé par la ville, celui-ci l'a été par une baisse des prétentions de la mairie sur ses rétributions liées à l'affichage publicitaire. À Marseille par contre, où la délégation de service public concernant l'affichage a dû être scindée en deux lots, le service Le Vélo se fait grâce à un financement de la ville.

L'offre est restée longtemps accolée à la gestion de l'affichage publicitaire et du mobilier urbain. Aucune déclinaison du système seul n'a été proposé dans un premier temps. JCDecaux disposant du système de service de vélos partagés le plus abouti notamment techniquement (8 brevets ont été déposés) et ayant fait ses preuves, ce service a pu se révéler comme argument commercial pour récupérer ou conserver certaines délégations de services. À Toulouse cependant, un appel d'offres pour un service de vélopartage sans délégation du marché publicitaire a été lancé et finalement remporté par JCDecaux, ville où par ailleurs le marché publicitaire est géré par son concurrent. Précédemment, un système concurrent indépendant du marché d'affichage publicitaire avait été mis au point par EFFIA et lancé à Orléans (Vélo'+).

Services en fonction[modifier | modifier le code]

Ceci est la liste des services Cyclocity/JCDecaux en service dans le monde, pour une liste complète des services du genre, autre que Cyclocity, voir Vélos en libre-service.

Pays Ville Nom Mise en service Nombre de vélos Nombre de stations Commentaires
Drapeau : Lituanie Vilnius CycloCity 200 24 ouvert du 15 avril au 15 octobre
Drapeau de l'Australie Brisbane CityCycle 1 200 100
Drapeau de l'Autriche Vienne Citybike 60
Drapeau de la Belgique Bruxelles Villo! 2 500 180
Drapeau de la Belgique Namur Li bia velo 240 24
Drapeau de l'Espagne Cordoue Eco-bici 35 4
Drapeau de l'Espagne Gijón Gijón-Bici 64 8
Drapeau de l'Espagne Séville SEVICI 2 500 250
Drapeau de l'Espagne Santander TUSBic
Drapeau de l'Espagne Valence Valenbisi 2 750 275
Drapeau de la France Lyon vélo'v 4 000 343
Drapeau de la France Paris Vélib' 20 000 1 202
Drapeau de la France Besançon VéloCité 200 30
Drapeau de la France Marseille le vélo 1 000 130
Drapeau de la France Toulouse VélôToulouse 2 400 242
Drapeau de la France Mulhouse VéloCité 200 40
Drapeau de la France Rouen Cy'clic 250 20
Drapeau de la France Amiens Vélam 313 26
Drapeau de la France Nantes bicloo 950 103
Drapeau de la France Nancy vélOstan'lib 250 25
Drapeau de la France Cergy-Pontoise VélO2 360 41
Drapeau de la France Créteil Cristolib 160 18
Drapeau de l’Irlande Dublin dublinbikes 450 40
Drapeau du Japon Toyama CyclOcity 150 15
Drapeau du Luxembourg Luxembourg Vel'oh 250 54
Drapeau de la Slovénie Ljubljana BicikeLJ 30
Drapeau de la Suède Göteborg Styr & ställ 1 000 60 ouvert du 1er mars au 30 novembre

Services fermés[modifier | modifier le code]

Pays Ville Nom Mise en service Nombre de vélos Nombre de stations Fermeture
Drapeau de la France Aix-en-Provence V'hello 200 16 [8]
Drapeau de la France Plaine Commune Velcom 250 47

Production[modifier | modifier le code]

Conçus par l'équipementier cycliste français Lapierre, les vélos de location proposés par JCDecaux dans le cadre des systèmes Cyclocity sont fabriqués en Hongrie, près du village de Tószeg, par une filiale du groupe néerlandais Accell[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation sur le site du groupe.
  2. a et b « Vélos: 200 M de locations pour JCDecaux », sur Le Figaro,‎ 29 septembre 2010 (consulté le 30 septembre 2011)
  3. Clear Channel France - Vélo à la carte
  4. Site regroupant diverses zones d'activités, zones industrielles et sur les communes de Elancourt et Plaisir dans les Yvelines où est implanté JCDecaux.
  5. Pour le réseau parisien Vélib', une station tous les 350 mètres environ est prévue comme c'est le cas dans un réseau de transports en commun : le long d'une ligne, les standards usuels sont d'un arrêt tous les 150 à 300m pour un bus et de 400m pour un tramway.
  6. Carole Bianchi et Charles Centofanti, « Nouvelle grève des salariés Vélib' », sur 20minutes.fr (consulté le 6 janvier 2013)
  7. La communauté urbaine du Grand Lyon est cependant restée assez réservée sur l'impact financier du service.
  8. « Les V’Hellos, c’est vraiment fini ! », sur Blog de Brigitte Devesa,‎ 31 mai 2011 (consulté le 20 août 2012)
  9. « Les Vélib’ sont fabriqués dans la campagne hongroise », sur ladepeche.fr,‎ 11 juillet 2008 (consulté le 2 août 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]