Cycle visuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cycle de la vision, ou cycle visuel, est régi par la photo-isomérisation du rétinal. Lorsque le rétinal 11-cis absorbe un photon, il passe de l´état 11-cis à l´état tout-trans. Cette isomérisation est à l´origine de l´influx nerveux par phototransduction. Le rétinal 11-cis est ensuite régénéré par voie enzymatique.

Le cycle visuel.

Dans le détail, le cycle visuel dans une cellule bâtonnet de mammifère comprend sept étapes. Les étapes 1, 2 et 7 se déroulent dans les cellules de l´épithélíum pigmentaire de la rétine (EPR). Les étapes 3 à 6 ont lieu dans les segments extérieurs des cellules bâtonnets.

Principe[modifier | modifier le code]

Isomérisation du rétinol et hydrolyse de la liaison ester[modifier | modifier le code]

Tout-trans-rétinyl ester H2O → 11-cis-rétinol + acide gras par une RPE65 isomérohydrolase[1]

Oxydation du rétinol[modifier | modifier le code]

11-cis-rétinol + NAD+ → 11-cis-rétinal + NADH + H+ par une 11-cis-rétinol déshydrogénase

Passage dans un bâtonnet (segment externe).[pas clair]

Fixation du 11-cis rétinal sur l´aporhodopsine par formation d´une imine[modifier | modifier le code]

11-cis-retinal + aporhodopsine → rhodopsine + H2O

Capture du signal photonique, le 11-cis rétinène est isomérisé en tout-trans[modifier | modifier le code]

Rhodopsine + hν → métarhodopsine II

Hydrolyse spontanée de l´imine, libération du rétinal[modifier | modifier le code]

Métarhodopsine H2O → aporhodopsine + tout-trans-rétinal

Réduction du rétinal[modifier | modifier le code]

Tout-trans-rétinal + NADPH + H+ → tout-trans-rétinol +NADP+ par une tout-trans-rétinol déshydrogénase

Passage dans une cellule pigmentaire.[pas clair]

Estérification du rétinol[modifier | modifier le code]

Tout-trans-rétinol + acide gras → tout-trans-rétinyl ester + H2O par une lécithine rétinol acyltransférase (LRAT)[2].

Dans ce domaine, le biochimiste George Wald a reçu une partie du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1967 pour son travail sur les pigments de la rétine[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gennadiy Moiseyev, Ying Chen, Yusuke Takahashi, Bill X. Wu et Jian-xing Ma, « RPE65 is the isomerohydrolase in the retinoid visual cycle », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 102, no 35,‎ 2005, p. 12413–12418 (DOI 10.1073/pnas.0503460102)
  2. (en) Minghao Jin, Quan Yuan, Songhua Li et Gabriel H. Travis, « Role of LRAT on the Retinoid Isomerase Activity and Membrane Association of Rpe65 », Journal of Biological Chemistry, ASBMB, vol. 282, no 29,‎ 2007, p. 20915–20924 (DOI 10.1074/jbc.M701432200)
  3. (en) « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1967 », sur nobelprize.org (consulté en 9 décembre 2013)