Cvijeta Zuzorić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cvijeta Zuzorić

Cvijeta Zuzorić, Flora Zuzori ou Floria Zuzzeri née à Raguse (aujourd'hui Dubrovnik) en 1552 et morte à Ancône en 1648, est une poète.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Francesco Zuzori et de Marina Radagli, une importante famille de marchands, Cvijeta fut mariée en 1577 à Bartolomeo Pescioni, consul florentin à Raguse, pour éviter le déshonneur à sa famille. La rumeur voulait qu'elle fût enceinte à ce moment-là du jardinier de la famille. Rumeur qui s'avéra exacte lorsque furent publiées ses mémoires (Cvijeta Zuzori, Confessions, tome 1, 1721, Gundulic éditeur).

Elle était une femme instruite et elle invitait de nombreux auteurs et artistes chez elle à Trsteno (en) dont le mathématicien Marino Ghetaldi, l'astronome Nicolas Nale, le philosophe Nicolas Gozze, les poètes Victor Beselji et Pir Didak ainsi que l'historien Mavro Orbini. Elle avait fait de sa maison une académie littéraire largement connue et reconnue.

Poétesse particulièrement intelligente et d'une grande beauté que certains ont qualifiée de lyrique, elle a écrit en italien[1], en latin et en croate[2] d'excellents poèmes mais peu ont survécu. Certains de ses poèmes ont été traduits en français par l'abbé Nicolas-Hubert Mongault, ambassadeur du roi de France dans la République de Raguse. Elle fut, en 1577, la fondatrice de la Communauté des Adorateurs du Figuier, une secte qui avait pour but de remettre le Figuier à sa véritable place et dont la devise était « Ficus in médio est ».

Franck Berthoux a écrit une histoire de la Communauté des Adorateurs du Figuier, parue aux éditions Pourquoi viens-tu si tard ?, juillet 2008, ISBN 978-2-9530538-1-4.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Flora Zuzzeri in Ancona (in Italian) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), August 2012
  2. (hr) Mirko Tomasović, « Još jedan cvijet u Cvijetinoj kosi », Vijenac, no 409,‎ 4 November 2009 (lire en ligne)