Curtiss BT2C

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Curtiss BT2C
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : États-Unis Curtiss
Rôle Bombardier léger et torpilleur embarqué.
Statut Jamais entré en service opérationnel.
Premier vol 1945.
Nombre construits 9 exemplaires[1]
Équipage
1 pilote
Motorisation
Nombre 1
Type moteur en étoile Wright R-3350-24[2]
Puissance unitaire 2500 ch.
Dimensions
Envergure 14,50 m
Longueur 11,79 m
Hauteur 5,00 m
Surface alaire 38,60 m2
Masses
À vide 5 565 kg
Maximale 8 628 kg
Performances
Vitesse maximale 560 km/h
Plafond 8 550 m
Rayon d'action 2 300 km
Armement
Interne Deux canons de calibre 20 mm.
Externe 1800 kg de charges externe ou une torpille.

Le Curtiss BT2C est avion militaire américain apparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale mais qui ne fut jamais utilisé en opération. Il était destiné à servir à bord des porte-avions de l'US Navy[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Développements[modifier | modifier le code]

En décembre 1943 l'US Navy annonça son intention de disposer d'un nouvel avion embarqué chargé de missions de bombardements et de torpillage destiné à servir principalement sur le théâtre d'opérations du Pacifique. L'avion en question devait obligatoirement[1] être un monoplace et avoir comme propulseur un moteur en étoile.

Trois constructeurs y répondirent : Curtiss, Douglas, et Martin. Du fait des missions données à ces avions ils reçurent les désignations respectives de BT2C, BT2D, et BTM[2].

Les ingénieurs de Curtiss tirèrent en partie les enseignements de l'échec[1] du BTC pour concevoir le BT2C. Pour la motorisation ils conservèrent le Wright R-3350-24 en étoile du BTC-1 mais abandonnèrent le principe de la doublehélice contrarotative au profit d'une hélice quadripale plus classique.

Essais[modifier | modifier le code]

Curtiss BT2C vu au roulage.

Le premier prototype fit ses essais de roulage en mars 1945, tandis que le premier vol intervint en août[2] de la même année. À cette époque le Martin BTM avait déjà volé depuis un an et le Douglas BT2D depuis quelques mois. L'avenir du BT2C se présentait donc mal.

Les essais en vol se déroulèrent sur la base aéronavale américaine de Patuxent River[1]. À l'issue de ceux-ci en octobre 1945 huit avions de présérie du BT2C furent commandés pour divers tests. Cependant en avril 1946 le contrat fut officiellement rompu, et les neuf avions envoyés chez un ferrailleur.

Il est à noter que les Douglas BT2D et Martin BTM ont eux connu la construction[2] en série sous les désignations respectives d'AD Skyraider et AM Mauler. Entre temps leur définition avait mué afin d'en faire des avions d'attaque au sol.


Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le Curtiss BT2C se présente sous la forme d'un monoplan à aile basse cantilever monomoteur. Sa propulsion fait appel à un moteur en étoile Wright d'une puissance de 2500 chevaux. Il dispose d'un train d'atterrissage classique escamotable et d'une crosse d'appontage rétractable[1] sous l'empennage monodérive. Le cockpit monoplace possède une verrière dite en forme de goutte d'eau. L'armement de l'avion reposait sur deux canons mitrailleurs de calibre 20 mm dans les ailes et sur une charge externe de bombes ou de torpilles à concurrence de 1800 kg.

Notes & Références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Encyclopédie Toute l'aviation, Éditions Atlas,‎ 1993
  2. a, b, c et d Alain Pelletier, Les bombardiers et torpilleurs navals américains, Larivière,‎ 1999 (ISBN 2-907051-20-2)
  3. Le grand atlas de l'aviation, Editions Atlas,‎ 1994 (ISBN 2-7312-1468-6)