Currier and Ives

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Currier and Ives était un atelier de gravure américain dirigé par Nathaniel Currier (1813–1888) et James Merritt Ives (1824–1895) qui se trouvait à New York. La société réalisa plus d'un million de gravures entre 1835 et 1907.

Le Pont de Brooklyn à New York par Currier and Ives en 1883

Travaux de Currier[modifier | modifier le code]

Awful Conflagration of the Steam Boat Lexington. (1840)

Currier travaille tout d'abord comme graveur pour la société « Stodart & Currier » qui devient ensuite « N. Currier » de 1835 à 1856. Les journaux n'avaient pas à l'époque la possibilité d'imprimer directement des photographies; cependant le public était friand d'images concernant l'actualité. En 1835, Currier réalisa la gravure Ruins of the Planter's Hotel, New Orleans, which fell at two O’clock on the Morning of the 15th of May 1835, burying 50 persons, 40 of whom Escaped with their Lives (Ruines du Planter's Hotel de La Nouvelle-Orléans qui s'effondra à deux heure le matin du 15 mai 1835, ensevelissant 50 personnes dont 40 survécurent), qui eut un succès assez modeste.

En 1840, il réalisa Awful Conflagration of the Steam Boat Lexington. In Long Island Sound on Monday Eveg, Jany 13th, 1840, by which melancholy occurrence over 100 persons perished[1], qui remporta un énorme succès. Currier obtint aussitôt l'insertion d'une gravure par semaine dans le Sun de New York.

Association avec Ives[modifier | modifier le code]

A Brush for the Lead, lithographie par Currier and Ives, 1867.

En 1852, Currier engagea son beau-frère James Ives, comme comptable[2]. Ives fit montre de sa valeur en modernisant la comptabilité de la société, réorganisant l'inventaire et rationalisant le processus d'impression. Currier fit donc, en 1857, d'Ives son associé formant dès lors la fameuse société Currier & Ives[2].

Currier and Ives décrivaient eux-mêmes leur entreprise comme « Publishers of Cheap and Popular Pictures »[3],[4]. Leurs images devinrent très populaires entre 1857 et 1907, Currier and Ives produisirent plus d'un million de lithographies peintes ensuite à la main. Un groupe d'artistes produisaient les lithographies alors que les couleurs étaient appliquées à la chaîne, par des immigrantes, pour la plupart allemandes[5]. Chacune d'entre elles n'appliquait qu'une seule couleur sur l'épreuve. Leurs travaux représentaient des images de la vie aux États-Unis, dont de très belles scènes hivenales, des courses de chevaux, des portraits, des navires, des événements sportifs et les terribles batailles de la Guerre de Sécession.

Mort de Currier et de Ives[modifier | modifier le code]

The American Fireman, lithographie par Currier and Ives, 1858.

Currier mourut en 1888. Ives resta dans la société jusqu'à sa mort, en 1895. En raison du développement des techniques d'offset et de photogravure, la demande de lithographie déclina peu à peu et Currier and Ives fermèrent leur portes en 1907.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction : Spectaculaire explosion du vapeur Lexington. Dans la sonde de Long Island la veille du lundi 13 janvier 1840 qui causa la mort de plus de 100 personnes
  2. a et b Hoffmann, p. 97.
  3. Hillstrom, p. 238.
  4. Traduction : « Éditeur d'images bon marché et populaires »
  5. Bush, p. 107.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Clive Bush, The dream of reason: American consciousness and cultural achievement from Independence to the Civil War, New York : St. Martin's Press, 1978, 1977. (ISBN 9780312219604)
  • Currier and Ives in Frank W. Hoffmann, Arts & entertainment fads, New York : Haworth Press, 1990. (ISBN 9780866568814)
  • Kevin Hillstrom et Laurie Collier Hillstrom, The industrial revolution in America, Santa Barbara, Calif. : ABC-CLIO, 2005. (ISBN 9781851096206)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :