Culture thaïlandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La culture thaïlandaise, influencée par le bouddhisme et l'hindouisme, est très ancienne. Elle partage de nombreux points communs avec celle des pays voisins (Laos, Cambodge et Birmanie). L’afflux répété des immigrants chinois a également eu une grande influence.

Danse traditionnelle (Province d'Uttaradit, 2008)

Arts[modifier | modifier le code]

L’art visuel thaï a été influencé par le bouddhisme. L’art contemporain combine toujours à la fois des éléments traditionnels et des techniques modernes.

La littérature thaïlandaise[1], influencée par la culture indienne, ne présente aucun texte antérieur au XVIIIe siècle, en raison de la fragilité des supports. La littérature religieuse y a une grande place, avec notamment le Traiphum (description des trois mondes) du roi Lü Thaï (XIVe siècle), ou les Cinquante Jataka apocryphes (récits des vies antérieures du Bouddha, distincts des 547 jataka reconnus en Inde). Il existe une version nationale du Ramayana de l’Inde, le Ramakien, écrite au tournant du XIXe siècle par les rois Rama Ier et Rama II. La poésie est très importante, avec des romans en vers et des genres variés, dont le Nirat, poésie de la séparation où s'est illustré le grand poète Sunthorn Phu.

Le théâtre traditionnel thaïlandais, très influencé par celui des Môns et des Khmers, est également d'origine indienne. Le rôle de la danse y est primordial. Il est divisé en trois types : Khon, Lakhon et Likay, ce dernier étant la forme la plus populaire.

Religions[modifier | modifier le code]

94.6 % des Thaïlandais sont bouddhistes, 4,6 % des musulmans, 0,7 % des chrétiens et le reste de diverses religions[2]. Le lieu de pèlerinage brahmaniste joue un rôle important dans la religion traditionnelle thaïe, influencé par l'Inde.

Coutumes[modifier | modifier le code]

Une des coutumes thaïes est le « Waï», geste de salutation très semblable au Namaste des Indiens. Utilisé pour le bonjour, l’adieu, il apparait sous différents styles qui ont tous la même signification : normalement un thaï fait une «révérence» avec les mains comme geste de prière.

Article détaillé : Wai.

Les démonstrations d’affection en public sont courante entre amis mais très peu entre homme et femme. Par conséquence, il est très rare de voir des couples s’embrassant ou se tenant les mains.

Toucher la tête de quelqu’un ou placer le pied au niveau de la tête de quelqu’un est considéré comme impoli. En effet, les thaïlandais considèrent que le pied est une partie sale et grossière du corps, alors que la tête est une partie noble et élevée. Cela a influencé la manière de s’asseoir des thaïs ; les pieds sont disposés sur le côté du corps, un peu cachés, en évitant de les montrer aux autres. Montrer ou toucher les choses avec le pied est considéré comme une action vulgaire.

Il est ainsi considéré comme extrêmement impoli de poser le pied sur les monnaies thaies, parce qu’on y voit l’image de la tête du roi. Semblablement, au temple, il faut éviter de montrer le pied devant le Bouddha.

Offrande à un bonze

L'usage veut aussi que les thaïlandais ôtent leurs chaussures avant d’entrer dans une maison et franchissent le seuil sans y poser le pied.

De nombreuses coutumes thaïes sont liées à la position des moines dans la société. Ceux-ci ne doivent pas entrer en contact physique avec une femme. Pour leur faire des offrandes, celles-ci placent leurs dons directement dans leur bol, à leurs pieds ou sur un tissu placé sur une table ou par terre. Dans les temples, les moines vont s’asseoir sur la plate-forme la plus élevée.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Curry rouge thaï
Article détaillé : Cuisine thaïlandaise.

La cuisine Thaïlandaise mélange de nombreuses saveurs :

  • sucré : du sucre, des fruits, des poivrons
  • épicé : des piments
  • aigre : du vinaigre, des citrons, des tamarins
  • salé : de la sauce de soja, de la sauce de poisson

Mariage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mariage thaï.

Le mariage thaï est une cérémonie religieuse. Les couples demandent la bénédiction des moines au temple local avant de se marier. Généralement, ils demandent aux moines leur horoscope et le jour propice au mariage.

Le mariage traditionnel thaï débute par la révérence du couple devant une image de Bouddha. Ils récitent en même temps les chants de la prière bouddhiste, avant d'allumer de l’encens et des bougies devant l'image. Les parents des futurs mariés les unissent alors en plaçant sur la tête de chacun d’eux un cordon en forme de couronne reliée entre elles, pour symboliser le lien qui les unit. Le couple va ensuite offrir de la nourriture, des fleurs et des médicaments aux moines. De l'argent peut aussi être offert au temple.

Les moines commencent la prière en Pâli, avec l’intention de transmettre les aumônes et la bénédiction au couple en utilisant le cordon. Plus tard, le moine dirigeant va connecter celui-ci au récipient d’eau pour le sanctifier. Cette manière de transmettre l’aumône via le cordon jusqu’à l’eau sanctifiée, est également utilisé pour le transmettre aux morts.

Le principe de la dot thaïe est connu sous le nom de « Sin Sodt » : Traditionnellement, l’homme paye une certaine somme à la famille de son épouse afin de compenser son départ du cercle familial. De cette manière, il lui prouve aussi qu‘il est capable d’entretenir financièrement leur fille.

Aujourd’hui, il existe aussi le mariage moderne, influencé par la culture occidentale. Il est accompagné d’une fête dans un hôtel, à la maison ou ailleurs. La nuit, après la fête, le couple est envoyé par ses parents, ses amis et ses proches dans une chambre d’hôtel ou dans sa nouvelle maison : il y trouve un lit décoré avec des pétales des roses et de petites choses romantiques pour sa nuit de noce.

Fêtes[modifier | modifier le code]

Loy Krathong à Nan, nov. 2007

Les fêtes les plus importantes sont célébrées au Nouvel an Thaï ou Songkran, du 13 au 15 avril. C’est le commencement de l’été en Thaïlande. Un rituel important de la célébration est le fait de jeter de l’eau. L’eau qu’on jette contient de l’eau ayant servi au nettoyage des bouddhas ; on asperge également de l’eau parfumée sur les mains des plus âgés. Une petite quantité de poudre parfumée à base de talc est utilisée pour la fête. Aujourd’hui, la fête de l’eau a intensifié l’utilisation des tuyaux, des tonneaux, des pistolets à eau pour les enfants et aussi des quantités de poudre.

Une autre fête est Loy Krathong, qui a lieu au 12e jour du calendrier lunaire thaï (en), souvent en novembre. Loy signifie flotter, Krathong est un petit radeau traditionnel qui est fait d’un morceau de bananier décoré de feuilles de bananier, de fleurs, de bougies, d'encens etc. On lance un petit radeau pour se débarrasser de ses mélancolies, de ses malheurs, de ses soucis, avant de commencer une nouvelle vie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Jacq-Hergoualch, Le Siam, Guide Belles Lettres des Civilisations, Les Belles Lettres 2004, ISBN 2-251-41023-6, chapitre VIII, La Littérature, p. 141 sq.
  2. (en) https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/th.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Arne Kislenko, Culture and Customs of Thailand, Greenwood, 2004, 224 p. (ISBN 978-0313321283)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :