Culture du riz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rizières traditionnelles en terrasse dans les environs de Guilin, en Chine (2008).

La culture du riz (ou riziculture) est apparue au Néolithique. La culture du riz en terrain non-inondé est la plus ancienne ; elle est encore pratiquée par des populations traditionnelles comme certains indigènes des Philippines. Mais elle ne produit pas les énormes rendements fournis par les rizières inondées, qui se sont imposées partout où le climat le permet. La croissance du riz nécessite en effet de fortes chaleurs et de grandes quantités d'eau : contrairement au blé, sa production est limitée aux zones tropicales et sub-tropicales, et aux marges des zones tempérées.

La riziculture a été l'une des bases de la révolution verte des années 1960 à nos jours, non sans impacts socio-économiques sur les populations paysannes (exode urbain entrainé par la mécanisation) ; le recours massif à l'agrochimie[1] (engrais, pesticides), puis aux plantes transgéniques) a eu un coût important pour biodiversité, pour les auxiliaires de l'agriculture et pour la santé des riziculteurs[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Homme a commencé à cultiver le riz il y a près de 10 000 ans lors de la révolution néolithique. Il se développe d'abord en Chine puis dans le reste du monde. Oryza rufipogon, dont dérive les riz cultivés, existe depuis moins de 680 000 ans. Le riz était connu des anciens Grecs depuis les expéditions d'Alexandre le Grand en Perse. Le riz est mentionné dès 1393 en France, dans le Mesnagier de Paris, mais c'est encore un produit d'importation. Les musulmans l'introduisent en al-Andalus (péninsule Ibérique). En Italie, il apparaît en 1468. En France, des tentatives de cultures sont réalisées au XVIIe siècle, mais ce n'est que dans la seconde moitié du XXe siècle que cette culture se développe, en Camargue parallèlement à l'aménagement du delta du Rhône.

La culture traditionnelle du riz[modifier | modifier le code]

Rizière inondée près de Taichung (Taïwan, 2004).

La « riziculture irriguée », qui produit un riz aquatique, le « riz irrigué », est le type de culture le plus répandu et le plus intensif. Environ les trois quarts de la production de riz proviennent de cet agrosystème où les méthodes traditionnelles permettent d'en produire 5 à 10 tonnes par cycle et par hectare. Dans les régions chaudes et fertiles jusqu'à trois récoltes par an sont faites.

Certaines des rizières en terrasse du sud de la Chine et du nord des Philippines ont plus de deux mille ans. Ces paysages spectaculaires témoignent de l'ingéniosité des paysans riziculteurs. Comme en plaine, ils ont réussi à créer et entretenir des réseaux de digues de 40 à 60 cm assurant un niveau d’eau d’environ 10 cm dont le riz a besoin pour se développer normalement – de la semence à la récolte.

L’acheminement de l’eau[modifier | modifier le code]

Il joue un rôle important et varie selon les conditions de chaque endroit. Par exemple, l’eau de pluie est collectée dans les champs à haute altitude où l’eau des rivières est retenue à l’aide de digues. Souvent il est nécessaire d’amener l’eau dans les champs à l’aide de canaux, de tunnels ou d’aqueducs. À côté de nombreux systèmes parfois ingénieux, l’eau provient souvent de rivières, de lacs ou de réservoirs et est tout simplement versée dans les champs à l’aide de seaux.

Culture traditionnelle[modifier | modifier le code]

Labourage à l'aide d'un buffle (Viêt Nam, 2005).

Ce mode de culture existe aujourd’hui encore. Les buffles, attelés par les agriculteurs, tirent la charrue dans une boue gluante. Ainsi, les restes végétaux et le fumier sont enfouis. Un travail exténuant, pour les hommes comme pour les bêtes. Les mottes de terre soulevées sont soigneusement décomposées, car plus la terre est homogène, mieux les semences pourront pousser. Pour terminer, le champ est nivelé. On vérifie que les digues n’ont subi aucun dommage et on les libère des mauvaises herbes. Les canards affamés exterminent systématiquement les parasites tels que les chenilles et les larves.

La croissance du riz[modifier | modifier le code]

L'utilisation de jeunes plants en bon état est essentiel pour la récolte.

Pendant les travaux de préparation, les jeunes plants germent dans des plates-bandes de semences. Celles-ci proviennent de grains de première qualité triés par les femmes qui parcourent les champs avant les grandes récoltes et coupent les pannicules les mieux développées et les plus saines. Quelle que soit la manière de semer, il faut que la semence gonfle et germe légèrement dans de l’eau propre. Lorsque les jeunes plants ont atteint une taille suffisante, ils sont déterrés avec précaution et repiqués dans les champs inondés à 20 cm les uns des autres.

Vannage du riz en Indonésie, entre 1914 et 1918.

Cinq à six mois plus tard, le riz, d’un jaune doré, peut être récolté. Trois semaines avant la récolte, l’eau est évacuée. Les pannicules dorées sont coupées à la faucille, puis séchées au soleil, éparses ou liées. Le battage s’effectue ensuite sur le sol ou sur des planches en bois. Les grains ainsi obtenus sont ensuite « vannés », c’est-à-dire lancés en l’air avec des corbeilles plates pour que le vent emporte la glume légère. Tous ces processus sont aujourd'hui de plus en plus mécanisés.

Riziculture et pisciculture[modifier | modifier le code]

Une technique traditionnelle d'élevage de carpes en association avec la riziculture a fait l'objet d'études récentes, montrant qu'elle permettait d'utiliser 2/3 de pesticides en moins et 1/4 de fertilisants en moins[4]. Les carpes permettent en effet de lutter efficacement contre Magnaporthe grisea, un champignon affectant le riz, ou d'autres parasites comme le rice planthopper (en)[4]. Par ailleurs, elles permettent de réguler la quantité d'azote et ainsi de faire un moindre usage des fertilisants[4].

La riziculture en Europe[modifier | modifier le code]

Bien qu'introduit par les arabes andalous depuis le Moyen Âge, et bien que cuisiné sous des formes originales dans les divers pays producteurs, la riziculture est restée marginale en Europe. La production y est de 2.5 millions de tonnes, soit moins de 0,5 % de la production mondiale. Elle concerne, par ordre et en pourcentage de la production 2002 (source FAO) : l'Italie 53 %, l'Espagne 31 %, la Grèce 6 %, le Portugal 6 % et la France 4 %. Sont produites diverses variétés de « japonica » (grains mi-longs et ronds) sous le nom de "Carolino" en Espagne et au Portugal.

Le Portugal, premier pays européen pour la consommation per capita, produit également un grain long pour garniture "Agulha" et du Basmaiti Brajma.

La France produit entre autres le riz camarguais rouge (mais on le trouve également de couleur blanche), qui est devenu célèbre grâce à sa couleur.

Article détaillé : Riziculture en Italie.

La riziculture aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1694, un brick hollandais parti de Madagascar, doublant le Cap de Bonne-Espérance, fut pris dans une tempête et échoua dans la baie de Charleston, en Caroline du Sud. Le bateau était endommagé à tel point qu’il fallut le réparer sur place. La population accueillit chaleureusement l’équipage. Prêt à repartir, le capitaine remercia le gouverneur de son hospitalité et lui offrit, en guise de cadeau d’adieu, un sac de « Golden Seed Rice » (semences de première qualité). Un geste qui ne devait pas rester sans conséquences !

En 1850, l’Arkansas plantait déjà du riz, mais ce n’est qu’avec la chute lente et inexorable du prix du coton, encore prédominant à l’époque, que le riz gagna en importance. L’Arkansas avait aussi perdu beaucoup d’hommes pendant la guerre de Sécession et ils cherchèrent, avec succès, de la main-d’œuvre en Europe, en Allemagne et surtout en Suisse. À quel point les émigrants suisses ont contribué à faire de l’Arkansas l’un des plus grands producteurs de riz actuels toujours est-il qu’aujourd’hui les États-Unis font partie des plus grands exportateurs de riz de la planète.

Au début du XXe siècle, une série d’ouragans dévastèrent les dernières cultures de riz de la Caroline du Sud, qui abandonna la riziculture en 1927. La riziculture se déplaça toujours plus vers l’Ouest ainsi que vers l’Arkansas, dont l’hymne officiel dit aujourd’hui encore : « là où les rizières foisonnent ».

Moyens techniques[modifier | modifier le code]

Récolte du riz

Des machines équipées de techniques laser nivellent les champs gigantesques et calculent au millimètre près l’eau nécessaire à un parfait système d’irrigation. Des machines spéciales construisent les barrages. À 8 ou 10 mètres de hauteur, des avions sèment la semence gorgée d’eau dans les champs inondés.

La récolte s’effectue la plupart du temps à l’aide de plusieurs puissantes moissonneuses-batteuses roulant à des distances échelonnées. Les puissantes machines se déplacent avec un bruit sourd dans les immenses rizières pour récolter le paddy dans les véhicules silos les accompagnant.

Récolte[modifier | modifier le code]

Contrairement aux autres céréales et à la moisson manuelle, les plantes de riz ne sont pas coupées avec la tige ; on récolte uniquement les panicules. Le « paddy » est transporté des champs aux installations de séchage, puis entreposé dans des silos. Débarrassé de la glume, nettoyé puis trié dans d’énormes moulins à riz (rizeries), il peut alors être stocké ou exporté facilement grâce à, entre autres, son volume réduit. On l’appelle dès lors « riz cargo » ou « riz complet ». Suivant les besoins, il subit encore d’autres stades de traitement avant d’être commercialisé sous diverses appellations. En plus de 300 ans de riziculture, les États-Unis ont développé les méthodes technologiques les plus sophistiquées pour le traitement du riz.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

L’Arkansas est le plus grand producteur de riz des États-Unis, suivi par la Louisiane, la Californie, le Texas, le Mississippi et le Missouri.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Woodburn, A.T. (1990) The current rice agrochemicals market, in Pest Management in Rice, (eds B.T. Grayson, M.B. Green and C.L. Copping) Elsevier Applied Science, New York, pp. 15–30 CrossRef
  2. Pingali, P.L. and Roger, P.A. (1995) Impact of Pesticides on Farmers’ Health and the Rice Environment, Kluwer Academic Publishers, Norwell, Mass., USA
  3. Rola, A.C. et Pingali, P.L. (1993) Pesticides, Rice Productivity and Farmers’ Health: An Economic Assessment, IRRT, Los Baños, Philippines.
  4. a, b et c Fish and rice flourish together in paddies, Nature, 17 novembre 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Heong, K.L., Escalada, M.M. et Mai, V. (1994) An analysis of insecticide use in rice: case studies in the Philippines and Vietnam. International Journal of Pest Management, 40. 173–178.
  • (en) Heong, K.L., Escalada, M.M. et Lazaro, A.A. (1995a) Misuse of pesticides among rice farmers in Leyte, Philippines, in Impact of Pesticides on Farmers’ Health and the Rice Environment, (eds P.L. Pingali and P.A. Roger), Kluwer Press, Californie, pp. 97–108.
  • (en) Heong, K.L., Thu Cuc, N.T., Binh, N. et al. (1995b) Reducing early season insecticide applications through farmers’ experiments in Vietnam, in Vietnam and IRRI: a Partnership in Rice Research, IRRT and Ministry of Agriculture and Food Industry, Hanoi, Vietnam, pp. 217–222.