Culture du Nigeria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Masque Edo du XVIe siècle

L'actuel Nigeria a été le siège de nombreuses civilisations. Les plus anciennes traces de peuplement au Nigeria correspondent à la civilisation Nok (premier millénaire avant l'ère chrétienne) il laissé les plus anciennes statues d'Afrique noire connues. Actuellement, 175 langues sont parlées sur l'ensemble du territoire.

Le nombre de langues parlées au Nigeria varie entre 250 et 300. Le chiffre de 176 semble inexact et nettement en dessous de chiffres qui ont été retenus jusqu'à présent par les linguistes

Art[modifier | modifier le code]

L´art nigérian est très célèbre pour ses sculptures en bois (fétiche, masque). Ses masques servent lors de pièce de théâtre.

Notons une plaquette en ivoire datant du XVIe siècle qui illustre un combat entre deux navigateur blancs sur un vaisseau. Il s´agit probablement d´un combat entre négriers britannique et portugais. Les deux blancs sont représentés avec des cheveux excessivement long.

Parmi les artistes contemporains, l'anglo-nigérian Yinka Shonibare s'est construit une réputation internationale.

Religions[modifier | modifier le code]

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Le catholicisme s'est développé au Nigeria pendant la deuxième moité du XIXe siècle. Minoritaires, les catholiques romains sont environ 18 millions[1]. Beaucoup d'entre eux vivent dans l'Ouest du pays, dont une grande partie des Igbo. Ils font l'objet de persécutions, se traduisant notamment par des destructions d'églises[2]. Le cardinal Francis Arinze est originaire du Nigeria.

Littérature[modifier | modifier le code]

Parmi les écrivains et poètes nigérians reconnus internationalement on trouve : Chinua Achebe, Odia Ofeimum, Sola Osofisan, Chidi Anthony Opara, Ogaga Ifowodo, Maik Nwosu, Obi Nwakanma, Ben Okri, l'écrivain et producteur Ken Saro-Wiwa et le prix nobel de littérature Wole Soyinka.

Musique[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les musiciens nigérians on peut citer : le spécialiste de musique jùjú, King Sunny Adé, la chanteuse de jazz Sade Adu d'origine nigériane et dont l'œuvre a été récompensée par un Grammy Award, le créateur de l'Afrobeat, Fela Kuti ainsi que ses fils (Seun Kuti et Femi Kuti), Dele Sosimi, Keziah Jones, Nneka

Cinéma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nollywood.

Médias[modifier | modifier le code]

En 2009, le classement mondial sur la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières situe le Nigeria au 135e rang sur 175 pays[3]. Une « situation difficile » y a été observée[4].

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Toyin Falola, Culture and customs of Nigeria, Greenwood Press, Westport, Conn., 2001, XVIII-202 p. (ISBN 0-313-31338-5)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Drums of the Yoruba of Nigeria, Smithsonian Folkways recordings, Washington, D.C., 1953
  • (en) Music of the Jos Plateau and other regions of Nigeria (collec. Stanley Diamond), Smithsonian Folkways recordings, Washington, D.C., 1965
  • (en) Music of the Idoma of Nigeria, Smithsonian Folkways recordings, Washington, D.C., 1969
  • (en) Music from the villages of Northeastern Nigeria (enreg. Paul Newman), Smithsonian Folkways recordings, Washington, D.C., 1971
  • (fr) Nigeria : Griots Hausa (collec. Charles Duvelle), Universal Division Mercury, Antony, 2001

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sons of the moon: the Ngas of central Nigeria, film documentaire de Frank Speed et Deirdre LaPin, The Royal Anthropological Institute, Londres, 1984, 25' (filmé en 1974-1975)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :