Culture des tumulus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La culture des tumulus est une culture protohistorique caractérisée par la pratique de la sépulture par inhumation du corps des défunts qui s'est développée en Europe centrale pendant le Bronze moyen (environ : 1600 - 1200 av. J.-C.).

Tumulus

Histoire[modifier | modifier le code]

La culture des tumulus suit immédiatement celle d'Unétice, se développant sur le même territoire au-delà de la Bavière et le Württemberg, s'étendant depuis le Rhin jusqu'aux Carpates occidentales, et depuis les Alpes jusqu'à la mer Baltique.

La culture des tumulus est suivie par celle des champs d'urnes au cours de l'époque du Bronze tardif qui marque le passage à la pratique de la crémation des défunts.

Caractéristique[modifier | modifier le code]

La culture des tumulus est caractérisée par la pratique de la sépulture par inhumation du corps : le mort est inhumé dans une fosse creusée dans le sol et recouverte d'un tumulus, c'est-à-dire un monticule de terre de forme généralement circulaire ou ovale, édifié au-dessus de la sépulture qui pouvait être aussi bien individuelle que collective.

Les tombes étaient parfois édifiées à l'aide de plaques de pierre, d'abord brutes puis progressivement équerrées. Les archéologues y ont trouvé des restes osseux d'animaux probablement issus de sacrifices ainsi que d'autres objets d'usage quotidien.

Pendant cette période, l'usage du bronze se généralise avec la production de pièces en série à l'aide de moules en pierre. La métallurgie prend une importance économique fondamentale car elle permet d'améliorer l'armement et l'outillage. En outre, les décorations métalliques commencent à proliférer.

Les habitats sont vastes et situés dans les hauteurs comme les sommets de collines, assumant des fonctions de défense naturelle. Parfois, ils sont entourés de murs en bois et pierre avec un ou plusieurs fossés. Les cabanes qui pour la plupart ont une forme rectangulaire ou trapézoïde sont construites en bois et en autres matériaux périssables.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Nora Kershaw Chadwick, J. X. W. P. Corcoran, I celti,‎ 1970, 27 p. (lire en ligne)
  • (en) Barbara Ann Kipfer, Dizionario Enciclopedico di Archeologia,‎ 2000