Culture des Castros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Castro de Baroña, Galice
Castro de Troña, Pías, Ponteareas, Pontevedra

La culture des Castros (Cultura Castreja en portugais, Cultura Castrexa en galicien et Cultura castreña en espagnol et asturien) est une expression utilisée en archéologie pour désigner la culture du nord-ouest de la péninsule Ibérique (région qui correspond approximativement au Portugal, à la Galice et aux Asturies) pour une période qui va de la fin de l’âge du bronze (IXe siècle av. J.-C.) jusqu’au Ier siècle ap. J.-C. La caractéristique la plus notable de cette culture, ce sont les villages fortifiés et les hill forts, connus sous le nom de Castros (du latin castrum : château). La zone géographique de ces villages s’étend de la rivière Cares à l’est et jusqu’au Douro au sud.

La région qui borde la rivière Ave dans la zone centrale de cette culture possède les plus grands castros, connus sous les noms de Citânias ou Cividades (du latin civitas : cité), en raison de leur structure quasi-urbaine : Citânia de Sanfins, Citânia de Briteiros, Cividade de Bagunte, et Cividade de Terroso. Cependant, il existe au moins un castro de taille moyenne de la région, le Castro do Vieito[1], qui partage avec ces grandes agglomérations certains des éléments considérés comme révélateur d'un proto-urbanisme (rues pavimentées, organisation em quartiers, cabane communautaire).

Histoire[modifier | modifier le code]

La culture des Castros a commencé à se développer pendant l’âge du bronze final comme le résultat d’une forte influence culturelle sur les populations indigènes, venue d’Europe centrale et des régions atlantiques et méditerranéennes. Dans la période de formation qui a suivi (jusqu’au Ve siècle av. J.-C.) Les Castros se sont étendus du sud vers le nord et du littoral vers l’intérieur de la péninsule ibérique. Cette culture a continué son extension et son développement pendant deux siècles, jusqu’à ce que l’influence de la République romaine commence à se faire sentir au cœur de l’aire culturelle des Castros, au cours du IIe siècle av. J.-C. La culture subit quelques transformations pendant la conquête romaine et la formation de la province romaine de Galice, au centre de la zone, jusqu’à sa disparition définitive au IVe siècle ap. J.-C.

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie des Castros est basée sur différentes sortes d’agricultures. Cette importante production est notamment composée de céréales comme le blé et l’orge et aussi des légumes comme les haricots et les navets. Différents fruits, comme les châtaignes, sont aussi récoltés. Des animaux, vaches, chevaux, moutons et porcs sont l’objet d’élevage et d’autres, comme le cerf, sont chassés. Des poissons, comme le colin, et des coquillages sont courants.

Castro de São Lourenço en Esposende, Portugal.

L’exploitation minière et la métallurgie constituent une part de l’économie. Or, fer, cuivre, étain, et plomb sont les minerais les plus couramment extraits. Ces métaux sont raffinés et fondus pour fabriquer différents outils. La céramique est aussi pratiquée dans la région. La bijouterie des Castros a ses racines dans l’âge du bronze et va être progressivement influencée par les cultures d’Europe centrale et de la Méditerranée. Les pièces les plus caractéristiques de cette bijouterie sont les bracelets et les boucles d’oreille. La sculpture est plus couramment pratiquée dans le sud et va s’accroître durant l’occupation romaine.

Leurs armes sont principalement des épées ou des poignards.

Religion[modifier | modifier le code]

Le panthéon religieux est important si l’on en juge d’après les inscriptions d’époque romaine et Astures et comporte sans aucun doute un culte et des cérémonies qui a pour but d’harmoniser la population avec les forces de la nature. Les rites funéraires sont pour la plupart inconnus, à l’exception de la Cividade de Terroso, où la crémation est en usage.

Exemples[modifier | modifier le code]

Castro de Coaña, Asturias, Espagne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]