Culture de l'Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La première phrase du dernier livre de l'éminent iranologue Richard Nelson Frye à propos de l'Iran est la suivante :

« La gloire de l'Iran a toujours été sa culture. » (Greater Iran, xi)

Cette culture s'est manifestée sous diverses facettes au cours de l'histoire de l'Iran, facettes qui sont présentées dans cet article. Les éléments principaux de la culture iranienne sont : la langue persane et la mythologie iranienne, tirée du Zoroastrisme et du Culte de Mithra, l'Islam sous sa forme chiite principalement, ainsi que tout l'art, la poésie et la littérature persane, kurde, azérie...

Art perse[modifier | modifier le code]

L'art iranien a connu de nombreuses évolutions. L'esthétique unique en Perse est évidente depuis les reliefs Achéménides de Persépolis aux mosaïques de Bishapour. La période islamique a considérablement modifié les styles et les pratiques artistiques, chaque dynastie ayant un point d'attention particulier. L'ère Qajare fut la dernière étape de l'art persan classique, avant que le modernisme ne soit introduit en Iran et se fonde dans les éléments des écoles esthétiques traditionnelles.

Langue perse et littérature[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Littérature persane et Persan.

La langue iranienne est une langue indo-européenne -influencée par l'arabe dans son vocabulaire- qui a été utilisée de manière continue depuis 2500 ans. Elle fait partie du sous groupe des langues iraniennes.

La littérature persane a inspiré Goethe, Ralph Waldo Emerson et de nombreux autres. La langue iranienne est souvent considérée comme un moyen particulièrement efficace pour écrire de la poésie.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Cinéma iranien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinéma iranien.

Avec plus de 300 récompenses internationales ces 25 dernières années, le cinéma iranien continue à être encensé dans le monde entier. Le réalisateur le plus connu est sans doute Abbas Kiarostami.

Musique iranienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique d'Iran.

La musique en Perse remonte aux jours de Barbod à la cour royale sassanide. La musique persane est celle dans laquelle de nombreuses cultures musicales (e.g. Flamenco) puisent leurs racines lointaines[1]

Architecture iranienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecture iranienne.

Maisons de thé traditionnelles en Iran[modifier | modifier le code]

Il y existe un nombre incalculable de maisons de thé traditionnelles (chai khaneh) en Iran, et chaque province présente ses propres caractéristiques par rapport à cette tradition ancienne. Cependant, il y a certains traits qui sont communs à toutes les maisons de thé, spécialement les aspects les plus visibles: le chai (thé) fort et le toujours présent Ghalyun. Presque toutes les maisons de thé servent du baqleh, des fèves cuites à la vapeur (dans leur cosse), servies avec du sel et du vinaigre, ainsi qu'une grande variété des desserts et de pâtisseries. De nombreuses maisons de thé servent aussi des repas complets, à bases de kababs ou de spécialités régionales.

Tapis persan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tapis persan.

Gottfried Semper a dit des tapis qu'ils étaient des "moyens originaux pour séparer l'espace". Le tissage de tapis a donc été développé par les civilisations anciennes en tant que base de l'architecture. Les Tapis persans ont une histoire qui remonte à plus de deux millénaires.

Jardin persan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jardin persan.

Le jardin persan était dessiné afin de ressembler au paradis sur terre. On peut voir la place particulière qu'occupe le jardin persan dans l'architecture, les ruines et les peintures de l'Iran.

Cuisine iranienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine iranienne.

Dans la mythologie perse, la nourriture est si délicieuse et tentante que Ahriman (le diable) l'utilise pour corrompre le roi de la terre, causant ainsi l'apparition de deux serpents sur les épaules du roi, le transformant alors en un tyran; Zahhāk, le roi dragon.

Sports persans[modifier | modifier le code]

  • Le jeu de polo est originaire d'Iran. Les tribus iraniennes le jouaient aux temps anciens, et on pouvait assister à des parties jusqu'à la révolution islamique de 1979, moment où le jeu fut associé à la monarchie. Le polo est toujours joué en Iran, mais seulement dans les régions rurales et de manière discrète.
  • La Zurkhaneh iranienne.

Femmes dans la culture iranienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Femme iranienne.

Les femmes dans la culture iranienne ont toujours eu une place particulière. Le Zoroastrisme a fait de l'égalité des sexes un principe de base, et les femmes avaient un rôle important depuis l'époque Achéménide et sassanide. Ferdowsi, dans son Shâh Nâmâ, décrit une vingtaine de femmes qui sont toutes sages, intelligentes et respectables. Dans les Mille et une nuits, c'est une femme, Shéhérazade qui est la protagoniste principale de l'histoire.

Calendrier et Fêtes traditionnelles iraniennes[modifier | modifier le code]

Le Calendrier de Hejri-Sjamsi est le calendrier iranien, mis au point par Omar Khayyam. Des fêtes traditionnelles iraniennes sont réparties tout au long de l'année :

Héritage culturel de la Perse antique[modifier | modifier le code]

Prince Muhammad-Beik de Géorgie, 1620. Peint par Reza Abbasi. La peinture est conservée à Berlin, au Museum Für Islamische Kunst.

Comme le tapis persan qui montre des couleurs nombreuses et des formes disposées de manière chaude et créative, la culture perse est le ciment qui maintient ensemble les peuples d'Asie centrale et occidentale. Le célèbre iranologue Richard Nelson Frye a dit :

J'ai mis l'accent de nombreuses fois sur le fait que les peuples actuels d'Asie centrale, qu'ils parlent une langue iranienne ou turque, ont une culture, une religion, un ensemble de valeurs sociales et de traditions que seul une langue sépare.

La culture de la Perse s'est donc développée sur plusieurs milliers d'années. Mais, historiquement, les peuples de la République islamique d'Iran, du Tadjikistan, de l'Ouzbékistan, du Turkménistan, de l'Afghanistan, d'Azerbaïdjan et du Kirghizstan ont la même origine, et sont reliés les uns aux autres en tant que partie du vaste ensemble appelé monde iranien. L'Arménie, la Géorgie et le Dagestan ont aussi été dans la sphère d'influence de la culture perse, et cela se voit en observant les ruines, vestiges et les œuvres littéraires de cette région[2].

En particulier, l'Iran, l'Afghanistan et le Tadjikistan sont les pays qui ont réussi à conserver le plus leur identité persane, alors que les autres mentionnés montrent toujours des traces considérables de leur passé iranien.

Contributions iraniennes à l'humanité[modifier | modifier le code]

De l'humble brique au moulin à vent, les iraniens ont mixé l'art et la créativité. Ce qui suit est une liste de quelques contributions / inventions de l'Iran. La liste n'est pas destinée à servir le chauvinisme, mais plutôt destinée à illustrer le fait que comme d'autres civilisation anciennes, l'Iran/Perse est fière d'être un contributeur de longue date à l'évolution de l'humanité.

  • (10 000 av. J.-C.) - Plus vieille domestication connue de la chèvre[3]
  • (8 000 av. J.-C.) - Plus vieille culture du pain. Les premières céréales cuites ont été découvertes en Iran. La graine de l'époque portait le nom d'engrain.
  • (6 000 av. J.-C.) - La brique. Les plus vieilles briques trouvées et datées sont perses, des environs de 6 000 av. J.-C.
  • (5400 av. J.-C.) - Vin. Plus ancienne preuve irréfutable de production de vin[4].
  • (5000 av. J.-C.) - Invention du Tar, qui a mené au développement de la guitare[5],[6]
  • (3500 av. J.-C.) - La Roue. On situe généralement l'invention de la roue vers 3500 avant J.-C. à Sumer en basse Mésopotamie.
  • (3400 av. J.-C.) - L'écriture. Les premiers documents écrits sont datés précisément et ont pour origine le site archéologique de Jiroft.
  • (3000 av. J.-C.) - La ziggurat. La ziggurat de Sialk précède celle de Ur ou de n'importe laquelle autre des 34 ziggurats de Mésopotamie (sorte de temple de forme semi pyramidale dédié aux dieux selon certains et à l'astronomie selon d'autres).
  • (2000 av. J.-C.) - Les Tulipes ont d'abord été cultivées en perse antique[7],[8]
  • (1700 av. J.-C.) - La climatisation et le moulin à vent[9],[10] et par extension la tour du vent (badgir) sorte d'éolienne à axe vertical. Conçue pour capter la moindre brise et la diriger vers l'intérieur de la maison, elle crée ainsi un effet naturel de climatisation et de ventilation.
  • (1400 av. J.-C.) - Le jeu de Backgammon apparaît dans l'est de l'Iran.
  • (1400 à 600 av. J.-C.) - Le Zoroastrisme, une religion qui a eu un impact important sur le judaïsme et donc indirectement sur le christianisme et l'Islam. Certains experts, cependant, disent que Zoroastre est en fait né en 6184 av. J.-C. et était lui-même un partisan de la religion appelée Mehr introduite par Mehabad qui vivait 3593 ans avant Zoroastre, c’est-à-dire en 9777 av. J.-C.[11],[12]. Zoroastre n'était peut-être pas un persan, mais peut-être un Bactrien, peuple étroitement lié aux perses.
  • (1000 av. J.-C.) - Le Qanat premier système d'irrigation des sols pour l'agriculture.
  • (576 à 529 av. J.-C.) - Sous le règne de Cyrus II, le cylindre de Cyrus est réalisé. Il est considéré comme la première déclaration universelle des droits de l'homme. Il a été découvert en 1879 à Babylone et est maintenant conservé au British Museum[13],[14]
  • (576 à 529 av. J.-C.) - Cyrus, pendant son règne, libère les juifs de leur captivité à Babylone.
  • (521 av. J.-C.) - Le jeu de Polo[15]
  • (500 av. J.-C.) Le service de poste[16],[17]
  • (500 av. J.-C.) - Source de l'introduction du poulet domestiqué en Europe.
  • (500 av. J.-C.) - Première culture de l'épinard.
Une ancienne glacière appelée yakhchāl, construite à Kerman, Iran pour stocker de la glace pendant l'été.
  • (400 av. J.-C.) - Yakhchals, réfrigérateurs anciens. (voir photo)
  • (400 av. J.-C.) - Crème glacée[18],[4]
  • (250 av. J.-C.) - D'après les fouilles archéologiques, les parthes auraient créé les premières batteries. Leur utilisation originelle est encore incertaine, bien qu'il soit envisagé qu'elles aient été utilisées pour la Galvanoplastie[19].
  • (250 av. J.-C.) Creusement original d'un canal de suez[20],[16]
  • (271) - premier hôpital d'enseignement
  • (700) - Le biscuit.
  • (762) - Dessin de Bagdad : la ville originale a été basée sur des précédents perses comme Firouzabad en Perse. Les deux architectes engagés par le calife al-Mansur étaient Nowbakht, un ancien zoroastrien persan et Mashallah un juif du Khorasan[21]
  • (800) - Algèbre et Trigonométrie : de nombreux Iraniens, dont le premier fut Al-Khawarizmi, ont été directement responsables pour les avancées en algèbre, en médecine et en chimie mais aussi de la découverte de la trigonométrie[22],[23].
  • (864-930) - Premier usage systématique de l'alcool en médecine : Rhazès[24]
  • (1000) - Introduction du papier en occident[25]
  • (935 - 1020) - Ferdowsi écrit le Shâh Nâmâ (Livre des Rois) qui permit la renaissance de la culture iranienne et l'expansion de la spère d'influence culturelle iranienne.
  • (980 - 1037) - Avicenne, un médecin, rédige le Canon de la médecine, un des manuels fondateurs de la médecine moderne.

Notes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Islamic Science and Engineering. Donald Hill. May 1994. Edinb U Press.
  2. The Crest of the Peacock : The Non-European Roots of Mathematics. George Ghevarghese Joseph. July 2000. Princeton U Press.
  3. Introducing Mathematics. Ziauddin Sardar. Totem Books. 1999.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :