Culture arménienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Culture de l'Arménie)
Aller à : navigation, rechercher

La culture de l'Arménie s'est développée au cours des siècles de son histoire mouvementée et a ainsi acquis un caractère unique. Nombre de ses aspects ont également été marqués par le cadre géographique dans lequel elle a évolué. Tout en préservant ses spécificités, elle a été influencée par la culture des pays voisins, l'Iran, la Géorgie, la Russie et la Turquie, ainsi que par celle de nations méditerranéennes comme la Grèce ou l'Italie. Enfin, à travers la diaspora arménienne, elle a influencé la culture occidentale, et réciproquement.

Arts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Art arménien.

L'art arménien désigne les réalisations artistiques du peuple arménien. Compte tenu des vicissitudes de l'histoire arménienne, son domaine dépasse largement non seulement celui du territoire de l'actuelle République d'Arménie, mais également celui que l'on appelle la Grande-Arménie historique (délimitée au nord par la Koura, à l'ouest par l'Euphrate, au sud par le Tigre et à l'est par le bassin de l'Araxe). En font partie également l'art du royaume arménien de Cilicie au Moyen Âge, et les réalisations de la diaspora arménienne, comme en témoignent des monuments aussi éloignés l'un de l'autre que la cathédrale arménienne de Lviv dans l'actuelle Ukraine ou la cathédrale du Saint-Sauveur à Ispahan en Iran.

La conversion des Arméniens au christianisme constitue l'événement majeur autour duquel on peut articuler une histoire de l'art arménien : un art païen du VIe siècle av. J.-C. au IVe siècle ap. J.-C., et un art chrétien du IVe au XVIIIe siècles. C'est dans ce contexte religieux chrétien que le génie artistique arménien s'épanouira pleinement.

Littérature[modifier | modifier le code]

Le poète Raffi.
Article détaillé : Littérature arménienne.

La littérature arménienne proprement dite se développe parallèlement à la poésie de ce même pays, les deux étant très liées. Elle connaît au fil de son histoire plusieurs âges d'or et plusieurs courants littéraires : l'historiographie du Ve siècle siècle, la poésie du Xe au XIVe siècles, et la « révolution littéraire arménienne » du XIXe siècle.

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique arménienne.

La musique arménienne est un mélange de musique folklorique, avec l'emblématique duduk, et de musique sacrée. Elle a de plus subi les influences des pays voisins, avec les musiques arabe, turque, iranienne, azérie et kurde.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinéma arménien.

Le cinéma arménien est né avec son premier film documentaire, Soviet Armenia en 1924. Dirigé par Hamo Beknazarian, Namus[1] est le premier film muet arménien, en 1926.

Sergueï Paradjanov est un de ses maîtres, avec notamment Les Chevaux de feu ou La Couleur de la grenade.

Architecture arménienne[modifier | modifier le code]

Gavit de Geghard.
Article détaillé : Architecture arménienne.

L'architecture arménienne s'est développée au fil des siècles de manière singulière. Des spécificités sont apparues, comme les gavits et les jamatouns[2]. La très grande majorité des constructions, notamment caractérisées par la coupole, sont religieuses, les forts se font plus rares ; l'évolution de l'architecture arménienne est en effet parallèle voire similaire à l'évolution architecturale des monastères d'Arménie. L'architecture chrétienne est principalement constituée de plusieurs périodes de développement : il y a tout d'abord l'essor des IVe, Ve et VIe siècles, qui voient la formation de cet art original, qui aboutit à un âge d'or au VIIe siècle. Après une période sombre au VIIIe siècle vient la « Première Renaissance » arménienne (IXe - XIIe siècles) puis la seconde vers la fin du Moyen Âge. Au XVIIIe siècle, l'architecture perd peu à peu ses caractéristiques arméniennes, dans le sens où l'architecture adoptée est plus internationale (notamment soviétique) ; cela n'empêche cependant pas au XXe siècle le développement d'une architecture dite « néo-arménienne ».

Langue[modifier | modifier le code]

Page manuscrite de l'Histoire de l'Arménie, de Moïse de Khorène.
Article détaillé : Arménien.

L'arménien est une langue qui constitue à elle seule un groupe indépendant au sein de la famille des langues indo-européennes. On distingue en réalité trois états de langue différents :

Le nombre total de locuteurs est évalué à 7 millions (dont un peu plus de 3 millions en Arménie).

L'arménien présente des ressemblances avec le grec ancien (nombreux parallèles étymologiques, utilisation de l'augment, traitement particulier des laryngales de l'indo-européen), comme l'a souligné le linguiste français Antoine Meillet. D'autre part, les consonnes du proto-arménien ont connu la première mutation consonantique, ce qui le rapproche quelque peu des langues germaniques. Au cours de son histoire, il a emprunté de nombreux mots au persan, puis au grec (VIe siècle), au turc (à partir du XIe siècle), au français (à l'âge des croisades, puis à l'époque moderne), au latin (XVIe - XVIIIe siècles) et au russe (époque moderne).

L'arménien s'écrit au moyen d'un alphabet spécifique créé au Ve siècle par Mesrop Machtots.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Brochettes d'agneau.
Article détaillé : Cuisine arménienne.

La cuisine arménienne n'est pas seulement celle de la république d'Arménie mais aussi celle de la diaspora arménienne née en partie à la suite du génocide de 1915-1917. Les deux cultures étant relativement différentes, leur cuisine l'est tout autant.

En plus d'avoir été influencée tout au long de son histoire par ses pays voisins (Grèce, Moyen-Orient, Balkans, Iran ou Turquie), l'Arménie leur a également grandement rendu la pareille. Aussi, on trouvera un grand nombre de plats communs à la gastronomie libanaise, grecque, turque ou arménienne.

Sports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sports en Arménie.

Les sports en Arménie couvrent un grand nombre de disciplines. Le pays participe à toutes les compétitions sportives internationales organisées à travers le globe et dispose des sportifs et sportives de haut niveau dans toutes les catégories de sport. Ainsi elle a mûri depuis son indépendance et dispose de multiples champions et organise des compétitions internationales, comme la lutte, la boxe, l'haltérophilie, l'athlétisme, le tir, la natation, le judo, le football, le rugby, ... L'Arménie participe aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin, avec 25 sportifs participant aux épreuves dans sept sports différents

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Namus sur l’Internet Movie Database
  2. Les douze capitales d'Arménie, spécificités de l'architecture arménienne, Raymond Hasratian, Monum, éditions COFIMAG.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :