Culture de l'Érythrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Architecture moderniste de l'immeuble Fiat Tagliero à Asmara (1938)

Cet article concerne la culture de l'Érythrée.

Cultures[modifier | modifier le code]

Mariage en Érythrée (2005)

Même si on parle souvent de « culture érythréenne », il n'y en a pas une seule, mais plusieurs, assez diverses. Officiellement il y a neuf groupes ethniques[1], et si on compte les Illiit comme un groupe séparé, et pense aussi aux "Tukrir" ou Haoussas qui habitent à Keren et à Tesseney, il y en a davantage. Mais souvent on a tendance à confondre la culture des Habesha (en) des hauts-plateaux avec la culture de l'Érythrée, puisque les Habesha sont le groupe dominant de l'Érythrée. Ils sont dans leur majorité chrétiens orthodoxes (voir l'image du monastère fameux de Debre Bizen) et tigrinophones, parlant tigrinnya comme leurs voisins éthiopiens du Tigray.

Scène culturelle moderne[modifier | modifier le code]

En Érythrée il y a une tradition de production de films en tigrinnya, surtout des comédies, mais aussi des vidéos de groupes musicaux. Depuis la présence italienne les cinémas font partie de la scène culturelle des villes de l'Érythrée, surtout à Asmera.

Médias[modifier | modifier le code]

En 2009, le classement mondial sur la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières situe l'Érythrée au 175e rang sur 175 pays[2]. Une « situation très grave » y a été observée[3]. Le développement d'Internet y est très contrôlé[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Giulio Calegari, L'arte rupestre dell'Eritrea : repertorio ragionato ed exegesi iconografica, Società italiana di scienze naturali, Museo civico di storia naturale di Milano, Milan, 1999, 174 p.
  • (en)(it) Anna Godio, Architettura italiana in Eritrea / Italian architecture in Eritrea, La Rosa, Turin, 2008, 270 p. (ISBN 88-7219-063-0)
  • (en) Chefena Hailemariam, Language and education in Eritrea : a case study of language diversity, policy and practice, Aksant, Amsterdam, 2002, 299 p. (ISBN 90-5260-081-3)
  • Nafi Hassan Kurdi, L'Érythrée : une identité retrouvée, Karthala, Paris, 1994, 188 p. (ISBN 2-86537-498-X)
  • (en) Ghirmai Negash, A history of Tigrinya literature in Eritrea : the oral and the written, 1890-1991, Research school of Asian, African and Amerindian studies, Leyde, 1999, 240 p. (ISBN 90-5789-022-4)
  • (en) Peter R. Schmidt, Matthew C. Curtis et Zelalem Teka (dir.), The archaeology of ancient Eritrea, Red Sea Press, Trenton, NJ ; Asmara (Erythrée), 2008, XIX-469 p. (ISBN 1-56902-284-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Eritrea’s 9 ethnic groups », Ministry of Information, 21 mars 2014 [1]
  2. Reporters sans frontières  : Classement mondial 2009 [2]
  3. RSF : Érythrée [3]
  4. RSF : Pays sous surveillance [4]