Culture de Tsaroubintsy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Culture de Tsaroubintsy

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Un couvercle en terre cuite de la période de Tsaroubintsy (Ukraine)

Définition
Lieu éponyme nécropole de Tsaroubintsy (au bord du Dniepr)
Auteur V. V. Chvojka
Caractéristiques
Répartition géographique Biélorussie, Ukraine
Période entre le IIIe siècle av. J.-C. et le Ier siècle
Type humain associé Homo Sapiens Sapiens
Tendance climatique continental
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Deux cultures au contact : Tsaroubynets (en rouge) et Przeworsk (en vert).

Objets typiques

villages fortifiés, ustensiles en fer (faux), rotation des cultures

La culture de Tsaroubintsy s’est épanouie du IIIe siècle av. J.-C. au Ier siècle au nord de la Mer Noire, depuis la haute et moyenne vallée du Dniepr et la vallée de la Pripiat jusqu'au sud de la vallée de la Bug à l'ouest. Les sites archéologiques de Tsaroubintsy sont particulièrement nombreux entre les vallées de la Desna et du Ros, ainsi qu'au bord de la Pripiat. Ils ont été décrits en 1899 par l’archéologue Tchéco-ukrainien V. V. Chvojka, et cette culture, maintenant attestée par 500 sites de fouilles, tire son nom d'un village des bords du Dniepr où des urnes funéraires ont été exhumées. La culture de Tsaroubintsy est généralement associée aux Protoslaves[1].

Ethnogenèse[modifier | modifier le code]

La culture de Tsaroubintsy était composite, influencée tout à la fois par les colons germano-celtes de la civilisation de La Tène (Bastarnae et Skires notamment) et des nomades des steppes (Scythes et Sarmates). L'influence des peuples des steppes est particulièrement manifeste dans le domaine de la céramique, de l’armement, des ustensiles domestiques et des effets personnels. Au IIIe siècle, cette culture fut balayée par les Goths et supplantée par la culture de Tcherniakov[2].

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Le nombre de faucilles mises au jour montre que les hommes de Tsaroubintsy étaient principalement des agriculteurs. Pobol estime que la région a connu à ce moment la transition entre la culture sur brûlis et la rotation des cultures. Par ailleurs, les hommes de Tsaroubintsy pratiquaient l'élevage : on a retrouvé des ossements d'ovins, de bovins, de chevaux et de porcs. Certains vestiges indiquent qu'ils pratiquaient le trafic de fourrures avec des cités grecques du Pont-Euxin.

Quelques villages sont entourés d'un fossé et de levées en terre, sans doute pour se défendre d'attaques des tribus venues de la steppe[3]. Les maisons sont tantôt de plain-pied, tantôt semi-enterrés ; des poteaux supportent les cloisons, le centre est occupé par le foyer, et de grands puits coniques sont creusés à proximité.

Les habitants pratiquaient la crémation. Les cendres étaient soient déposées dans une grande urne funéraire faite à la main, soit jetées dans un grand puits et entourées de nourriture et de bijoux : bracelets spiraux et fibules du type de La Tène (moyen et tardif).

Déclin[modifier | modifier le code]

La désintégration de la culture de Tsaroubintsy semble due à un courant d’émigration dans plusieurs directions, car on observe que la densité des villages au centre de la région décroît, tandis que des colonies du Tsaroubintsy tardif se forment le long de deux grand axes : l’influence de la culture de Tsaroubintsy est manifeste dans l'est des Carpates et en Podolie, et, à un moindre degré, vers le nord dans les forêts. Ce courant migratoire est provoqué par l'aridité croissante du climat, qui pousse la population à quitter ses collines fortifiées pour rejoindre les grandes vallées fluviales plus au sud. Ce mouvement vers le sud a mis les hommes de Tsaroubintsy au contact des groupes sarmates (du bassin du Don) migrant vers l'ouest et des peuplades Thraco-celtiques. Dès le IIIe siècle, le berceau originel de la civilisation de Tsaroubintsy était ré-occupé dans sa partie centrale par la culture de Kiev, et à l'ouest (Ruthénie, Pologne) par les peuples de la culture de Wielbark.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. référence, citation ou lienD'après Mallory (1997), p. 106
  2. D'après (en) Todd, The early Germans
  3. Cf. James P. Mallory, Encyclopedia of Indo-European Culture, p. 657

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Zarubintsy culture » (voir la liste des auteurs)
  • James P. Mallory et Douglas Q. Adams, Encyclopedia of Indo-European Culture, Londres et Chicago, Taylor & Francis,‎ 1997 (ISBN 1884964982), « Zarubintsy Culture »
  • Pavel M. Dolukhanov, The Early Slavs. Eastern Europe from the Initial Settlement to the Kievan Rus, Longman,‎ 1996, p. 148-151.
  • Andrew Villen Bell, Andrew Bell-Fialkoff, The role of migration in the history of the Eurasian steppe: sedentary civilization vs. "barbarian" and nomad, Palgrave Macmillan,‎ 2000 (ISBN 0-312-21207-0)