Culture de Hambourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Limite méridionale de l'extension de la calotte glaciaire lors de la glaciation de Riss (-300 000 ans à –120 000 ans BP ; ligne jaune) et lors de la dernière glaciation (ligne rouge)

La culture de Hambourg ou Hambourgien est une culture de chasseurs de rennes des plaines du nord-ouest de l'Europe de la fin du Paléolithique supérieur (13 500 ans à 11 100 av. J.-C.). Elle se situe chronologiquement entre la fin de la dernière glaciation (appelée Devensian glaciation en Grande-Bretagne, Weichsel glazial[1] en Allemagne et en Europe du Nord, glaciation de Würm[2] pour les Alpes) et le début de l'interstade de Meiendorf.

Historique des recherches[modifier | modifier le code]

Les inventeurs de la culture de Hambourg sont l'archéologue Gustav Schwantes et son élève Alfred Rust, qui fouilla à partir de 1930 le site de Meiendorf, au nord de Hambourg[3]. Au début des années 1980, on retrouva pour la première fois des vestiges hamburgiens en Scandinavie, à Jels, dans le Jutland du sud. Au sud de la Suède, à Finja (Scanie), des traces de la culture de Hambourg ont été aussi retrouvées. Les recherches récentes (2005) montrent qu'en été les hommes de la culture de Hambourg remontaient loin vers le nord en suivant l'estran le long de la côte de Norvège : le niveau de la mer était alors plus bas de 50 m que le niveau actuel.

Répartition[modifier | modifier le code]

Les sites de la culture de Hambourg sont proches de la limite des calottes glaciaires qui recouvraient le nord de l'Europe[4]. La limite des glaces lors de la glaciation weichsélienne passe précisément au nord-est de Hambourg en Allemagne.

La culture de Hambourg a été identifiée sur de nombreux sites d'Europe du Nord, dont celui de Meiendorf au nord de Hambourg[5].

La culture de Hambourg recouvrait la zone comprise de nos jours entre le nord de la France, le sud de la Scandinavie et la Pologne. Ces terres récemment libérée des glaces de l'inlandsis et recouvertes à l'époque par une végétation variant de la steppe à la toundra (avec des lichens, des saules nains, et quelques bouleaux, sureaux et genévriers), étaient parcourues par de grands troupeaux de rennes qui migraient en été du sud vers le nord.

Industrie lithique[modifier | modifier le code]

Pointe de Hambourg : dénommée Kerbspitz en allemand, cette pointe de silex avec un épaulement (Kerbe = entaille) est typique de la culture de Hambourg.

Les outils de pierre taillée utilisés par les hommes de la culture de Hambourg sont caractéristiques : grattoirs, kerbspitzen (pointes à un épaulement), poinçons, burins utilisés pour travailler la corne et les bois de cervidé, et même lames zinken (outils tranchants probablement montés par paires sur des ciseaux du genre forces). Les harpons retrouvés étaient faits d'os ou de bois de cervidé.

Dans les couches superficielles (phase plus récente), on a trouvé des pointes de type Havelte[6], dont le double épaulement forme un pédoncule qui facilite la fixation de la pointe à la hampe. Ce perfectionnement, retrouvé couramment dans les sites de la culture d'Ahrensburg, paraît correspondre à une évolution commune aux cultures du nord-ouest.

On pourrait s'attendre à rencontrer de nombreuses variations typologiques au sein d'une zone de répartition géographique aussi vaste ; cependant l'individualité de la culture de Hambourg en tant que complexe technologique n'a pas été remise en question à ce jour[4].

Habitats[modifier | modifier le code]

En Allemagne du nord, de nombreux campements hamburgiens ont été fouillés : dans les abondants dépôts de détritus entourant ces camps, les ossements et andouillers de rennes étaient largement prédominants. Il s'agissait de petits campements disséminés, habités par un faible nombre d'humains. Par endroits, des pierres étaient disposées en cercle : il s'agissait peut-être de poids servant à maintenir des tentes de type teepee.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Weichsel : nom allemand de la Vistule.
  2. Würm : affluent du Danube.
  3. Alfred Rust, Das altsteinzeitliche Rentierjägerlager Meiendorf, Neumünster, 1937.
  4. a et b Terberger, T., « From the First Humans to the Mesolithic Hunters in the Northern German Lowlands, Current Results and Trends », In: Across the western Baltic, Keld Møller Hansen et Kristoffer Buck Pedersen (éds.), 2006, ISBN 87-983097-5-7, Sydsjællands Museums Publikationer vol. 1.
  5. voir List of archeological sites by continent and age (en).
  6. Havelte : ville du nord des Pays-Bas. Voir la pointe de flèche représentée dans l'article culture d'Ahrensburg.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]