Culture d'Ertebølle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte du Néolithique européen à l'apogée de l'expansion danubienne, environ 4500 à 4000 av. J.-C. La zone correspondant à la culture d'Ertebølle avant son expansion baltique est indiquée en rouge, au niveau du Danemark.

La culture d'Ertebølle est une culture du Mésolithique final du sud de la Scandinavie. Elle s'est développée approximativement de -5300 à -4200. Sa phase finale est caractérisée notamment par la production de céramique.

Description[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom au site archéologique d'Ertebølle, situé dans le village du même nom, dans le Jutland danois. Sa découverte remonte aux années 1890, lorsque les chercheurs du musée national danois y ont découvert des amas coquilliers mêlant des coquilles d'huîtres, de moules, d'escargots ainsi que des os, des andouillers et des objets en silex.

Comme la culture d'Ertebølle est relativement comparable à celle d'Ellerbeck, qui se trouvait au Schleswig-Holstein, les chercheurs parlent souvent de culture d'Ertebølle-Ellerbeck.

La culture d'Ertebølle remplaça la culture du Mésolithique ancien de Kongemose au Danemark. Elle était limitée au nord par les cultures de Nøstvet et de Lihult. L'histoire de la culture d'Ertebølle est généralement divisée en deux phases : une première phase qui dure de 5 300 à 4 500 av. J.-C. et une seconde qui dure de 4 500 à 3 950 av. J.-C..

Au cours des années 1960 et 1970, une autre culture étroitement liée à la culture d'Ertebølle fut mise en évidence dans le Noordoostpolder aux Pays-Bas, près du village de Swifterbant et de l'ancienne île d'Urk. Appelée « culture de Swifterbant », elle démontre une transition entre les chasseurs-cueilleurs et les agriculteurs, élevant principalement des vaches et des porcs et cultivant de l'orge et de l'amidonnier[1].

Aux environs de 4 100 av. J.-C., cette culture a commencé à s'étendre le long des côtes de la mer Baltique, jusqu'à l'île de Rügen, mais de façon résiduelle.

La disparition progressive de cette culture mésolithique correspond à l'adoption de l'économie agro-pastorale néolithique transmise par les porteurs de la culture des vases à entonnoir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (en) T. Douglas Price, Europe's First Farmers, Madison, Cambridge University Press,‎ 2000 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André L. Gourhan (dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, French & European Publications,‎ 1988, 1232 p. (ISBN 9780828825979), p. 381-382.