Culture Sintachta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La culture Sintachta, également connue sous le nom de culture Sintachta-Petrovka[1] ou bien culture Sintachta-Arkaïm[2], est une culture archéologique de l'âge du bronze du nord de la steppe eurasienne, datée de la période 2100-1800 avant notre ère[3].

Les plus anciens chariots ont été retrouvés dans les tombes de Sintachta, et la culture est considérée comme une candidate sérieuse pour l'origine de cette technologie, laquelle s'est étendue à travers l'ancien monde et a joué un rôle important dans la guerre antique. Les établissements de Sintachta sont aussi remarquables pour l'intensité de l'extraction du cuivre et de la métallurgie du bronze qui y sont effectuées, ce qui est inhabituel pour une culture des steppes.

En raison de la difficulté d'identifier les restes des sites Sintachta existants sous les restes de cultures ultérieures qui se sont établies sur les mêmes sites, la culture n'a été que récemment distinguée de la culture d'Andronovo[2]. Elle est maintenant reconnue comme une entité séparée faisant partie de « l'horizon Andronovo »[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ludmila Koryakova, « An Overview of the Andronovo Culture: Late Bronze Age Indo-Iranians in Central Asia », The Center for the Study of the Eurasian Nomads (CSEN),‎ 9 May 1998 (consulté le 16 September 2010)
  2. a et b (en) Ludmila Koryakova, « Sintashta-Arkaim Culture », The Center for the Study of the Eurasian Nomads (CSEN),‎ 26 April 1998 (consulté le 16 September 2010)
  3. (en) David Anthony, Social Complexity in Prehistoric Eurasia: Monuments, Metals, and Mobility, Cambridge University Press,‎ 2009 (ISBN 978-0-511-60537-6, lien DOI?), « The Sintashta Genesis: The Roles of Climate Change, Warfare, and Long-Distance Trade », p. 47-73