Cuissarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cuissardes noires en PVC.

La cuissarde est une botte ayant la possibilité de s'étendre au-dessus du genou. Les tailles varient selon la hauteur des jambes et peuvent parfois même recouvrir les cuisses.

Comme toutes les bottes, les cuissardes sont généralement fabriquées à base de différents matériaux allant d'une variété de cuirs, au matériaux synthétiques (vinyle, polyuréthane ou latex) et aux différentes fabrications (tissu, microfibre polyester). Certaines cuissardes possèdent une fermeture éclair. Le style du talon part du talon aiguille en métal à la talonnette. Comme les autres bottes, elles peuvent être montées sur semelles compensées.

Les cuissardes sont considérées, par un bon nombre de personnes, comme érotiques ou excitantes. Elles sont utilisées dans la mode fétichiste, dans le fétichisme de la botte et dans le fétichisme de la chaussure. Les cuissardes moins chères sont généralement portées par les prostituées et dominatrices professionnelles. Les cuissardes sont souvent associées au sadomasochisme. Néanmoins, elles sont fréquemment vendues par des stylistes de couture[1] tout simplement à cause de leur attirance érotique.

Mode[modifier | modifier le code]

La cuissarde à l'origine « armure » devient objet de mode dès les années 1930, à l'image de l'actrice Bette Davis qui l'adopte[2]. Vers 1968, plusieurs créateurs tels Pierre Cardin, Paco Rabanne, ou Roger Vivier pour YSL, commercialisent des cuissardes : Brigitte Bardot, Sylvie Vartan ou Jane Birkin apparaissent ainsi vêtues[2]. Certains auteurs déclarent que la popularité de l'image Pretty Woman avec ses cuissardes à talon aiguille baisse la crédibilité des cuissardes au niveau de garde-robe basique[3] ; la cuissarde est objet de fantasme[2].

Fétichisme[modifier | modifier le code]

Femme vêtue d'un catsuit de latex noir et de cuissardes.

Les cuissardes ont été considérées comme partie intégrante des vêtements fétichistes, au plus tard, à partir des années 1950, à l'époque où Irving Klaw les inclut dans ses photographies. Elles sont ensuite devenues un objet couramment utilisé dans la photographie fétichiste. En 1982, l'américain Bob Guccione photographie Corinne Alphen portant une paire de cuissardes noires pour l'un des articles de son magazine Penthouse. La même année, Dwight Hooker photographie la mannequin Candy Loving pour le 25e anniversaire du magazine Playboy portant une paire de cuissardes blanches[4]

Quelques vendeurs européens se sont spécialisés dans les cuissardes haut de gamme. Il semblerait que ce soit le magasin Little Shoe Box basé à Londres, au Royaume-Uni, qui aurait inventé et stylisé les cuissardes en cuir. Cependant, la Little Shoe Box, cesse ses opérations en 2005, après quarante ans d'existence. Deux autres magasins, Leatherworks (Londres), Ltd. et Jean Gaborit de Paris perpétuent la tradition dans la production des cuissardes de haute qualité. Jean Gaborit se spécialise également dans la cuissarde stylisée.

Iconographie et symbolisme dans les films[modifier | modifier le code]

Les films dans lesquels les cuissardes sont portées incluent :

  • Dans le film de 1990, Pretty Woman, la protagoniste, Vivian Ward (jouée par Julia Roberts), porte des cuissardes noires en PVC et elle y est une prostituée.
  • Dans le film de 2006, Le Diable s'habille en Prada, la protagoniste, Andy Sachs (jouée par Anne Hathaway), porte durant une petite partie du film des cuissardes noires en cuir. La garde-robe d'Andy pour cette scène ainsi que le reste du film est créditée par la costumière et styliste Patricia Field.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les vertiges de la cuissarde l'express.fr 08 octobre 2008
  2. a, b et c Clémene Pouget, « La cuissarde en 4 dates », L'Express Styles, Groupe Express, no 3247,‎ 25 septembre 2013, p. 26
  3. "Thigh High Boots Trend — Like it or Not Here it Comes." Red Carpet Fashion Awards, 3 septembre 2009. http://www.redcarpet-fashionawards.com/2009/09/03/thigh-high-boots-trend-like-it-or-not-here-it-comes/. Consulté le 3 septembre 2010.
  4. Hooker, Dwight : « Picture Perfect », Playboy, janvier 1979, p. 196–205.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]