Cuisine tchadienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La cuisine tchadienne repose principalement sur le millet, les viandes et dans certains régions le poisson.

La « boule » de millet, sorte de polenta, est le plat le plus populaire que l'on peut consommer quotidiennement : il est appelé « gu » en zaghawa , « tibi » en tedaga, « tii » par les Daza et « asida » ou « esh » en arabe tchadien[1]. Une variante répandue est le « kissar» ou « Kisâr », crêpe de millet ou de riz[2], plus consommée en ville qu'à la campagne.

Le millet sert aussi à confectionner la bière nommée « merisä »[3]. Les repas dans la zone sahélienne s'accompagnent de thé, vert ou rouge.

Le Tchad est un pays d'élevage et on y consomme beaucoup de viandes grillées : poulet, chèvre, zébu, boeuf, mouton (plus cher) et dromadaire (en faible proportion). Le « doulouf » se compose de jarret de bœuf avec une saute tomates, oignons et épices. Le poisson est consommé autour du lac Tchad et des fleuves Logone et Chari, le capitaine est très apprécié[4].

Parmi les assaisonnements courants, le gombo frais ou sec, l'arachide, les tomates séchées, les piments et les oignons[5].

Les dattes sont de consommation courante, surtout dans les régions nord. Elles servent entre autres à la confection de pâtisseries, comme les « diplas » ou les « adjiné asarak »[6].

Les recettes les plus connues dans la région sahélienne sont :

  • le charmout ou viande séchée à base de gombo sec ;
  • le mouloukhiye ou légume gluant ;
  • le daraba ou légume gluant décliné en fruit conique ;
  • le tan koul (sauce longue) gluant préparé au sud du Tchad ;
  • l'oseille : feuilles d'oseille préparé avec de la viande ou du poisson auquel la pâte d'arachide ou la farine de sésame sont employées pour assaisonner.

Le Tchad est aussi célèbre pour être le berceau de la spiruline, récoltée par les Kanembous sur les rives du lac Tchad. Cette algue bleue est une cyanobactérie riche en protéines (70 %) utilisée aujourd'hui pour combattre la malnutrition[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-José Tubiana, Cuisine et société en Afrique, Karthala, coll. « Hommes et société »,‎ 2002, p. 233
  2. « Tchad : Gastronomie », sur http://www.geo.fr (consulté le 25 novembre 2013)
  3. Marie-José Tubiana, Cuisine et société en Afrique, Karthala, coll. « Hommes et société »,‎ 2002, p. 240
  4. Dominique Auzias, Tchad, Le Petit Futé,‎ 2007, p. 87
  5. Marie-José Tubiana, Cuisine et société en Afrique, Karthala, coll. « Hommes et société »,‎ 2002, p. 235
  6. Dominique Auzias, Tchad, Le Petit Futé,‎ 2007, p. 89