Cuisine camerounaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maquereau braisé avec des frites de plantains et du miondo.

La cuisine camerounaise varie selon les régions géographiques du pays (flore, faune, climat ...) et selon les ethnies et les interdits religieux comme dans le nord musulman.

De façon générale, l'alimentation des Camerounais est largement basée sur les produits végétaux comme le mil, le manioc les arachides, l'igname, la patate douce, le ndolé et les fruits tropicaux (banane, banane plantain, ananas, mangue, papaye…). Les Camerounais consomment aussi de la viande (bœuf, chèvre, porc, veau,(sous forme farcie ou grillée) ...) et beaucoup de poissons et de crevettes (sous forme grillée ou fumée et fraîche en eau douce), particulièrement dans les régions maritimes avec un emploi important de diverses épices.

Spécialités[modifier | modifier le code]

Quelques préparations culinaires font la fierté du Cameroun comme :

  • Le ndolé ou metet, préparation à base de feuilles de vernonia, de pâte d'arachides fraîches, d'épices, de viande, de poisson séché ou de crevettes. Il peut être accompagné de miondo, de plantains mûrs bouillis, de plantains mûrs frits, de manioc, de bâton de manioc...
  • Le miondo, bâton de pâte de manioc roulée dans une feuille de bananier,
  • Le n'domba, viande ou poisson cuit(e) à l'étouffée avec des épices dans des feuilles de bananier spécialité de la région forestière du centre et du sud,
  • Le foufou, pâte à base de farine mil, de manioc ou de maïs. On préfère dire Foufou pour le manioc et couscous pour le mil, maïs, sorgho.
  • Le poulet DG, poulet frit avec des bananes plantains et des épices,
  • Les beignets (preparation à base de mais ou de manioc ou de banane ou de farine, frite dans l'huile en forme de boule, comme le « Ça va se savoir »), accompagné de haricots rouges frits ou de bouillie de riz ou de mais
  • L'odontol, alcool traditionnel fabriqué à partir de vin de palme ou de maïs en grains ...
  • Le koki encore appelé Koga est un gâteau traditionnel à base de pâte certaines variétés de haricot (cornilles), ou de mais, ou de patate douce, ou de plantain, additionnée d'huile de palme nature, et pafois de feuilles de taro cuite emballée en forme de boule dans des feuilles de bananier et consommé par les populations côtière du littoral et Sud ainsi que dans la région de l'ouest et du centre.
  • Le mbongo tchobi ou sauce ébène qui est un plat de poisson frais ou de viande, assaisonné d'un mélange d'épices soigneusement triées qui donnent une couleur noire à la sauce,
  • Le kondre lire kondrè, repas de l'ouest du Cameroun à base de plantain et de chèvre
  • L'ovianga très prisé au Sud Cameroun c'est un plat de viande de brousse savamment épicé accompagné de plantain pilé.
  • Le nnam ngoa, nju (à l'ouest) ou mets de pistache fait d'une pâte épicée de graines de courge cuite dans des feuilles de bananier.
  • Le Sanga très consommé de la région du Sud et du centre.Il s'agit d'un mets composé de légumes verts (feuilles de morelle noire comestible ou feuilles de melon) cuits avec du jus de noix de palme et du maïs et mangé avec ou sans sucre.On y rajoute parfois un peu de piment.
  • L'okok qui est très apprécié au sud et au centre. C'est un plat à base de feuilles de gnenum africanum,de poudre d'arachides grilléeset de jus de noix de palme.
  • Le Nkui, une sauce bamileke extraordinaire tant elle est succulente et gluante
  • le kouakoukou qui est un macabo rapé avec une sauce blanche composé d'arachide et de poisson
  • le couscous mais (nsah ou kpen) ou manioc qui s'accompagne de différentes sauces telles le ndolé cité plus haut, la sauce gombo, la sauce pistache ou de légumes
  • le taro et la sauce jaune qui viennent de l'ouest une sauce savamment composée de plus de trente epices
  • Le kpem consommé au centre et fait à base de feuilles de manioc pilées et de jus de noix de palme. On y rajoute parfois des aubergines africaines
  • Le mboam kpem qui est une cuisson à l'étouffée des feuilles de manioc pilées dans des feuilles de bananier.
  • Le poisson braisé (maquereau, bar, sole), cuit sur barbecue.
  • Les soya qui sont des brochettes de viande ou des petits morceaux de viande cuites sur barbecue.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) K.E. Idowu, Auntie Kate's cookery book, Macmillan Education, Londres, 1982, 188 p. (ISBN 0-333-34778-1)
  • Jean Grimaldi et Alexandrine Bikia, Le grand livre de la cuisine camerounaise, Sopecam, Yaoundé, 1985, 258 p.
  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « La cuisine », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 236-238 (ISBN 978-2-86950-464-6)
  • Pierre Nya-Njike, L'art culinaire camerounais, L'Harmattan, Paris, 1997, 161 p. (ISBN 2-7384-5748-7)