Cubs de Chicago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chicago Cubs

Saison 2014 des Cubs de Chicago

Description de l'image  Chicago Cubs Logo.svg.
Informations sur l'équipe
Fondation 1870
Ligue Nationale
Division Centrale
Noms Chicago White Stockings (1870-1871, 1874-1889)
Chicago Colts (1890-1897)
Chicago Orphans (1898-1901)
Chicago Cubs (depuis 1902)
Surnoms The Cubbies, The North Siders
Couleurs Bleu et rouge
Propriétaire Héritiers de Joseph Ricketts
Manager Rick Renteria
Stade Wrigley Field
Description de l'image  Wrigley-field-sign-daytime-in-chicago-ill-usa.jpg.

Les Cubs de Chicago (Chicago Cubs en anglais) sont une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball située à Chicago (Illinois, États-Unis). Ils évoluent dans la division Centrale de la Ligue nationale.

Malgré leur incapacité à remporter un titre depuis 105 ans, les Cubs, qui n'ont pas joué en Série mondiale depuis 1945 et n'ont pas remporté une finale depuis 1908, sont l'une des franchise les plus populaire et la plus lucrative de MLB, ce qui leur vaut d’ailleurs le surnom de Lovable Losers.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Chicago White Stockings (1870-1889)[modifier | modifier le code]

Le franchise est fondée en 1870 sous le nom des White Stockings de Chicago . Ils jouent dans la National Association of Professional Base Ball Players en 1871 puis en 1874 et 1875 avant de rejoindre Ligue nationale nouvellement créée en 1876. Les White Stockings remportent le premier fanion mis en jeu par la ligue nationale en signant une saison record avec 52 victoires contre 14 défaites soit 78,8 % de taux de réussite. Chicago fait encore mieux en 1880 en enregistrant 67 victoires contre seulement 17 défaites (79,8 %). Les White Stockings sont clairement l'équipe des années 1880 avec cinq titres gagnés entre 1880 et 1886.

Parmi les joueurs qui s'illustrèrent à cette période, citons Cap Anson (1876-1889), Albert Spalding (1876-1878), Larry Corcoran (1880-1885) et Fred Goldsmith (1880-1884), notamment.

Des Colts aux Orphans (1890-1901)[modifier | modifier le code]

La franchise est rebaptisé Colts de 1890 à 1897, puis Orphans de 1898 à 1901. Cette période est marquée par un premier passage à vide au niveau sportif. Six fois sous la barre des 50 %, la rapport victoire/défaite chute à 38,1 % lors de la saison 1901.

Le second âge d'or (1902-1908)[modifier | modifier le code]

La franchise est définitivement rebaptisée Cubs en 1902. Les Cubs enlèvent trois fanions consécutivement de 1906 à 1908, et remportent deux fois les séries mondiales en 1907 et 1908. Les Cubs s'inclinent seulement lors des séries mondiales de 1906 face aux White Sox de Chicago, à la surprise générale.

À la base de ces succès, un jeu dans l'avant-champ particulièrement efficace avec Joe Tinker, Johnny Evers, Frank Chance et Harry Steinfeldt.

World Series 1908

La longue attente (depuis 1909)[modifier | modifier le code]

Les Cubs n'ont pas gagné les séries mondiales depuis 1908, la plus longue disette de toutes les franchises des quatre circuits professionnels majeurs nord-américains. Leur dernière apparition dans la grande classique automnale date de 1945, perdue contre les Tigers de Détroit.

En 1916, les Cubs quittent West Side Park qu'ils utilisaient depuis 1893 pour s'installer à Wrigley Field, enceinte inaugurée en 1914 d'abord nommée Weeghman Park de 1914 à 1920 puis Cubs Field de 1920 à 1926.

Les Chicago Cubs en 2004

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2003, les Cubs ont perdu en série de Ligue nationale contre les Marlins de la Floride dans une série de matches fort palpitants. Alors que les Cubs menaient 3 à 1 dans la série, les Marlins sont revenus au score pour gagner trois matches consécutifs, se qualifiant ainsi pour la Série mondiale. Lors du sixième match, un évènement inhabituel se produit en huitième manche. Alors que Chicago mène 3-0 sur la Floride, Luis Castillo envoie la balle puissamment dans le territoire des fausses balles sur le champ gauche. Moisés Alou, le voltigeur des Cubs, saute alors pour tenter d'attraper la balle, et ainsi retirer Castillo. Mais au moment où Alou, les yeux sur la balle, s'apprête à refermer son gant pour la saisir, bon nombre de spectateurs étendent leurs bras pour essayer d'attraper ce qui deviendrait un souvenir précieux. L'un d'eux, Steve Bartman, dévie la course de la balle et empêche Alou faire le retrait. Cet incident soulève l'ire du joueur de champ gauche et de tous les partisans des Cubbies. Puisque les Marlins marquent huit points par la suite et qu'ils éliminent les Cubs au match suivant, Steve Bartman deviendra la cible de la colère enflammée des partisans déçus. Cet évènement est désormais reconnu comme The Inning (La Manche) aux États-Unis.

En 2007, les Cubs remportent le championnat de la division Centrale de la Ligue Nationale pour la seconde fois en cinq ans, mais s'inclient en trois matchs en Série de division contre les Diamondbacks de l'Arizona.

Le 20 septembre 2008, les Cubs l'emportent sur les Cards de Saint-Louis au Wrigley Field pour s'assurer du premier rang de la section Centrale. Avec ce championnat de division, les Cubs s'assurent une place en séries d'après-saison pour une deuxième année consécutive, ce qui ne s'était pas produit depuis les saisons 1906, 1907 et 1908.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Michael Wuertz
Ryan Theriot
Derrek Lee
Alfonso Soriano

Trophées et honneurs individuels[modifier | modifier le code]

Cubs au Temple de la renommée du baseball[modifier | modifier le code]

Cap Anson

Joueurs élus principalement pour leurs performances sous les couleurs des Cubs.

 

Autres joueurs du Temple de la renommée qui évoluèrent parfois brièvement avec les Cubs.

 

Numéros retirés[modifier | modifier le code]

Autres trophées et honneurs[modifier | modifier le code]

   

Les stades des Cubs[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Wrigley Field

En 1876 et 1877, les White Stockings jouent leurs matches à domicile sur un terrain situé sur la Street Grounds avant de déménager au Lakefront Park où le club s'installe du 14 mai 1878 au 11 octobre 1884. Sa capacité est de 3 à 5000 places puis de 10 000 places en 1884. La dimension très réduite du champ droit nécessite l'application de la règle du Ground rule double : tous les coups passant la clôture du champ droit sont comptabilisés comme des doubles et pas comme des coups de circuit. Cette règle n'est pas en application lors de la saison 1884 expliquant le nombre important des coups de circuit enregistrés cette saison-là sur ce terrain. Les White Stockings frappent ainsi 131 home runs à domicile contre seulement 10 en déplacement.

Les White Stockings s'installe ensuite au West Side Park, enceinte de 10 300 places ceinturée par une piste de cyclisme. Le club y joue tous ses matches à domicile de 1885 à 1890, puis utilise en 1891 et 1892 ce stade en alternance avec le South Side Park. Lors de la saison 1893, les matches à domicile des Colts sont disputés au South Side Park et au West Side Grounds. Le West Side Grounds est utilisé comme seul stade des Colts de 1895 à 1915. La capacité de cette enceinte passe de 13 000 places en 1894 à 16 000 places en 1915.

Le Wrigley Field est inauguré le 23 avril 1914 par les Chicago Whales en Federal League sous le nom Weegham Park, du nom du propriétaire des Whales. Après la cessation d'activités, Charles Weegham achète la franchise des Cubs qui évolue dans cette enceinte depuis le 20 avril 1916. Le Weegham Park est rebaptisé Cubs Park en 1919[1] nom qu'il garde jusqu'en 1926. Il est alors rebaptisé au nom du nouveau propriétaire Phil Wrigley : Wrigley Field.

Traditions[modifier | modifier le code]

Un drapeau est issé à chaque fin de partie indiquant si les Cubs ont gagné ou perdu. Un W bleu marine sur fond blanc constitue le drapeau de la victoire. Après chaque victoire, le titre Go, Cubs, Go est repris en chœur par les fans depuis 2007. Lors de la pause de la septième manche, l'invité d'honneur du club chante Take me out to the ball game, également repris en chœur par les fans.

Affiliations en ligues mineures[modifier | modifier le code]

La franchise Triple-A des Iowa Cubs, championne de l'American Association en 1993, est affiliée aux Cubs depuis 1981. Avant cette date, citons les Tacoma Cubs qui furent affiliés aux Cubs de 1966 à 1971.

IA-C 5433.gif

Affiliations actuelles

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philip J. Lowry, Green Cathedrals, New York, Walker & Company, 2006, p. 54 (ISBN 0802715621)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Golenbock, Wrigleyville: A Magical History Tour of the Chicago Cubs, St Martins Pr, 2006 (ISBN 0-312-14079-7)
  • (en) Bruce A. Rubenstein, Chicago in the World Series, 1903-2005: The Cubs And White Sox in Championship Play, McFarland & Company, 2006 (ISBN 0-7864-2575-X)
  • (en) Derek Gentile, The Complete Chicago Cubs: The Total Encyclopedia of the Team, Black Dog & Leventhal Publishers, 2002, rééd. 2004 (ISBN 1-57912-379-1)