Crypte archéologique du parvis Notre-Dame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crypte archéologique du parvis Notre-Dame
Image illustrative de l'article Crypte archéologique du parvis Notre-Dame
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse Parvis Notre-Dame - place Jean-Paul-II
75004 Paris
Coordonnées 48° 51′ 13″ N 2° 20′ 51″ E / 48.85361, 2.3475 ()48° 51′ 13″ Nord 2° 20′ 51″ Est / 48.85361, 2.3475 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1980
Collections Vestiges archéologiques du Ier siècle au XIXe siècle
Superficie 2 200 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 150 852 (2009)
Site web La crypte archéologique du parvis Notre-Dame sur le portail de la Ville de Paris

La crypte archéologique du parvis Notre-Dame est un musée de la Ville de Paris, situé juste sous le parvis de la cathédrale Notre-Dame, dans le 4e arrondissement. Elle présente des vestiges archéologiques de l'Antiquité au XIXe siècle, découverts lors des fouilles réalisées entre 1965 et 1972 avant la construction d'un parc de stationnement souterrain.

Présentation du site[modifier | modifier le code]

La crypte présente de nombreux vestiges présents au sud de l'île de la Cité, cœur historique de Paris. On peut y observer plusieurs éléments d'époque gallo-romaine, comme un tronçon du mur du quai du port antique de Lutèce, un établissement de bains publics gallo-romain dont il subsiste le système de chauffage par hypocauste, et une partie du mur d'enceinte du début du IVe siècle. Du Moyen Âge, subsistent le sous-sol de l'ancienne chapelle de l'Hôtel-Dieu ainsi que les fondations des maisons de la rue Neuve-Notre-Dame. Du XVIIIe siècle, il reste les fondations de l'Hospice des Enfants-Trouvés. Du XIXe siècle, il subsiste le tracé des égouts haussmanniens.

De 2000 à fin 2012, la crypte est gérée par le musée Carnavalet - Histoire de Paris. Depuis le 1er janvier 2013 c'est un des 14 musées de la Ville de Paris gérés par l'établissement public administratif Paris Musées.

Vestiges du système de chauffage par hypocauste des thermes gallo-romains.

Gestion du site[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

La fréquentation du site est relativement stable et essentiellement spontanée, l'entrée étant mal signalée à l'extérieur[1].

Chiffres de fréquentation 2001-2009[1],[2],[3]
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
172 773 129 890 113 399 119 733 89 510[4] 108 484 112 819 142 424 150 852

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]