Crusader (char)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tank, Cruiser, Mk VI, Crusader
Un Crusader II en Afrique du Nord, 2 octobre 1942.
Un Crusader II en Afrique du Nord, 2 octobre 1942.
Caractéristiques générales
Équipage Mk III : 3 (chef de char, tireur, pilote)

Mk I et II : 4 (+ chargeur)

Longueur 5,97 m
Largeur 2,77 m
Hauteur 2,24 m
Masse au combat 19,1 à 20,1 tonnes
Armement
Armement principal Mk I et II : canon Ordnance QF 2 pounder (40 mm) 110 obus
Mk III : canon Ordnance QF 6 pounder (57 mm) 65 obus
Armement secondaire 1 ou 2 mitrailleuses Besa
5 000 balles (max.)
Mobilité
Moteur Nuffield Liberty L-12
Puissance 340 ch (254 kW)
Suspension suspension Christie
Vitesse sur route 42 km/h sur route
24 km/h en tout-terrain
Puissance massique 17,2 à 18 ch/t
Autonomie 322 km
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crusader.

Le Crusader est un char de combat britannique de la Seconde Guerre mondiale. Il fut le char Cruiser le plus construit (5 300 exemplaires). Très utilisé en 1942 en Libye et en Égypte, il ne pouvait égaler le Panzer IV allemand sauf à petite distance, où son canon était aussi efficace.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1939, la compagnie Nuffield Mechanisation and Aero se vit proposer de participer à la production du char A13 Mk III (futur Cruiser Mk V "Covenanter"), qui était encore au stade de la conception. Nuffield préféra travailler sur sa propre version de l'A13. Ce nouveau char fut accepté sous la désignation officielle de Tank, Cruiser, Mk VI Crusader, ou A15 : Le Crusader n'est donc pas une version améliorée du Covenanter, mais un projet parallèle. Malgré son début plus tardif, le prototype du Crusader fut prêt six semaines avant le premier Covenanter.

Contrairement aux premiers Cruisers à suspension Christie, le Crusader avait cinq roues porteuses de chaque côté pour améliorer la répartition du poids. Il avait un moteur différent de celui du Covenanter (le Nuffield Liberty L-12, à l'origine un moteur d'aviation), une direction différente et un refroidissement conventionnel par radiateurs dans le compartiment moteur. À l'avant à gauche (où se trouvait le radiateur du Covenanter), était montée une petite tourelle auxiliaire armée d'une mitrailleuse Besa. Cette tourelle n'était pas facile à utiliser et fut souvent supprimée pour le combat, ou laissée vide.

La tourelle principale des deux chars était la même. Les premières produites avaient un masque de canon "semi-interne", qui fut rapidement remplacé par un grand masque mieux blindé muni de trois glissières verticales : une pour le canon, une pour une mitrailleuse coaxiale Besa et une pour une lunette d'approche.

Histoire au combat[modifier | modifier le code]

2 Crusader en Afrique du Nord, 26 novembre 1941. Remarquer le masque de canon "ancien modèle".

Le Crusader connut son baptême du feu lors de l'opération Battleaxe (juin 1941) et joua un rôle crucial dans l'opération Crusader, nommée d'après lui (nov-décembre 1941).

Bien que plus rapide qu'aucun de ses opposants, son potentiel apparut limité par son canon peu puissant, son blindage mince et ses problèmes mécaniques. Un élément particulièrement gênant était le manque de munitions à effet brisant- elles existaient mais ne leur furent jamais fournies. Les forces blindées de l'Axe mirent au point une tactique extrêmement efficace contre les Crusaders : ils les attaquaient puis se retiraient derrière une ligne de canons anti-char dissimulés. Les chars qui se lançaient à leur poursuite se trouvaient alors sous le feu de l'artillerie, qui était hors de portée de leurs canons et qu'ils n'avaient pas de munitions pour attaquer efficacement. Ils ne pouvaient que se retirer sous le feu ou essayer de la dépasser, deux options également dangereuses.

À la fin de la guerre du désert, l'existence de meilleurs chars comme le Sherman M4 et le Cromwell relégua le Crusader à des tâches secondaires comme affût d'armes anti-aérienne ou tracteur d'artillerie. Il fut utilisé de cette manière jusqu'à la fin de la guerre.

Modèles[modifier | modifier le code]

Crusader I (Cruiser Mk VI)[modifier | modifier le code]

Crusader I. La tourelle auxiliaire est visible.

Modèle original. La tourelle auxiliaire fut souvent retirée en opération.

  • Crusader I CS (Cruiser Mk VI CS) (CS pour Close Support, soutien rapproché) : au lieu du canon Ordnance QF 2 pounder, cette version possédait un obusier de 3 pouces dans la tourelle.

Crusader II (Cruiser Mk VIA)[modifier | modifier le code]

Il disposait d'un blindage amélioré à l'avant, et à l'avant de la tourelle. Comme sur le Mk I, la tourelle auxiliaire était souvent retirée.

  • Crusader II CS (Cruiser Mk VIA CS) avec un obusier de 3 pouces dans la tourelle.
  • Version de commandement : canon factice et deux radios n° 19.

Crusader III[modifier | modifier le code]

Crusader III.
Tunisie, 1943. Canon 6-pdr

En raison des délais de fabrication du char Cavalier, le Crusader fut le premier blindé britannique à recevoir le canon Ordnance QF 6 pounder. Cela obligeait à supprimer le poste du pourvoyeur, le chef de char devant jouer aussi ce rôle. Le Crusader III connut son baptême du feu à la seconde bataille d'El Alamein (octobre 1942).

  • Version d'observation : canon factice, deux radios n° 19 et deux radios n° 18.

Crusader III, AA Mk I[modifier | modifier le code]

Le canon QF 6 livres est remplacé par un canon antiaérien Bofors 40 mm à chargement automatique monté dans une tourelle à toit ouvert (AA signifie Anti-Aircraft). L'équipage de quatre personnes comptait un pourvoyeur.

Crusader AA à l'École d'entraînement des blindés de Lulworth (Dorset), 25 mars 1943.

Crusader III, AA Mk II / Mk III[modifier | modifier le code]

Deux canons anti-aériens Oerlikon 20 mm. Le Mk III se distinguait seulement du Mk II par la position de la radio, installée dans l'habitacle pour faire de la place dans la tourelle. Il y eut également une version à 3 canons, produite en très petites quantités. Aucun de ces modèles ne fut très utilisé, du fait de la supériorité aérienne des alliés.

Un Crusader AA débarque à Arromanches en août 1944.
Crusader AA à triple canon Oerlikon, enterré, 19 juillet 1944.

Crusader II, Gun Tractor Mk I[modifier | modifier le code]

Sur ce modèle servant de tracteur d'artillerie pour le canon anti-char Ordnance QF 17 pounder, la tourelle est remplacée par un simple compartiment blindé.

Crusader II tracteur d'artillerie.

Crusader ARV Mk I[modifier | modifier le code]

Crusader ARV.

Un seul prototype de ce véhicule d'assistance sans tourelle fut construit en 1942.

Crusader SP Guns[modifier | modifier le code]

  • Après la guerre, on construisit, sans doute à fin de test, un modèle avec un canon de 5,5 pouces dirigé vers l'arrière.
  • Certains Crusaders vendus après la guerre à l'Argentine furent transformés en canons automoteurs avec des canons français de 75 ou de 105 mm.

Équipements supplémentaires[modifier | modifier le code]

  • Anti-Mine Roller Attachment (AMRA) Mk Id  : un système destiné au déminage, constitué de 4 rouleaux suspendus à un cadre. On pouvait augmenter leur poids en les remplissant d'eau, de sable, etc.
  • Kit amphibie, constitué de 2 éléments attachés sur les côtés de la caisse, des lames à fixer aux chenilles pour la propulsion aquatique et des tuyaux adaptables aux entrées et aux sorties d'air.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Fletcher et Peter Sarson, Crusader and Covenanter Cruiser Tank 1939–1945 (New Vanguard 14), Botley, Oxford: Osprey Publishing, 2000. ISBN 1-85532-512-8.

Liens externes[modifier | modifier le code]