Croix du Feu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Croix du Feu
Illustration.
Avers
Croix du Feu
Conditions
Décerné par Drapeau de la Belgique Belgique
Type Décoration militaire
Décerné pour Avoir servi au moins 32 mois au front
Éligibilité Personnel militaire et civil des forces armées belges
Détails
Statut Plus décernée
Campagne Première Guerre mondiale
Statistiques
Création 6 février 1934
Ordre de préséance
Précédent Inférieur
Équivalent
Supérieur
Suivant
Illustration.
Revers
Lieutenant-Colonel aviateur le Baron Willy Coppens, un récipiendaire de la Croix du feu

La Croix du Feu 1914-1918 (néerlandais : Vuurkruis 1914-1918) était une décoration militaire belge décernée à tous les détenteurs de la soi-disant « carte du feu » attribuée à tous ceux qui ont essuyé des tirs au front durant la Première Guerre mondiale. La médaille fut créée par arrêté royal le 6 février 1934. Elle ne pouvait pas être attribuée à titre posthume et suivait immédiatement la Médaille (ou la Croix) de l'Yser dans la hiérarchie des décorations belges.

Insigne[modifier | modifier le code]

La Croix du Feu 1914-1918 était une croix de bronze de 54 mm de hauteur (avec anneau supérieur) et de 44 mm de largeur. Les bras latéraux de la croix étaient striés horizontalement et les bras verticaux étaient striés verticalement sur l'avers et le revers sauf pour une bordure lisse de 3 mm. Un rectangle central de 30 mm de large par 37 mm de haut portait à son avers, deux branches de lauriers verticales de 5 mm de large, une sur chaque côté, au centre, l'image en relief d'un champ de bataille désert avec au premier plan, l'image en relief d'un casque belge de la première guerre mondiale sur une baïonnette, au second plan vers la gauche, ​​une petite colline avec un obusier de 75 mm, en haut à droite, le soleil perçant des nuages​​.

Au revers, une branche de laurier qui s'étendait en diagonale du coin inférieur gauche jusqu'au coin supérieur droit et scindée horizontalement par l'inscription en relief sur deux lignes en latin « SALUS PATRIAE SUPREMA LEX » se traduisant littéralement par « LE SALUT DE LA NATION EST NOTRE ULTIME DEVOIR». Dans le coin supérieur gauche, une couronne royale à partir de laquelle sept rayons s'étendent vers le bas, dans le coin inférieur droit, les millésimes superposés « 1914 » et « 1918 », en bas à gauche juste sous la tige de la branche de laurier, le nom de l'artiste « A. Rombaut ».

La croix était suspendue à un ruban de soie moirée rouge de 36 mm de largeur avec trois bandes longitudinales bleues de 4 mm de large, l'une au centre, les deux autres situées à 1 mm des rebords latéraux du ruban.

Récipiendaires illustres (liste partielle)[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant-Colonel aviateur Baron Willy Coppens
  • Lieutenant-Général Alphonse Ferdinand Tromme
  • Major-Général Maurice Jacmart
  • Lieutenant-Général Jean-Baptiste Piron
  • Lieutenant-Général Jules Joseph Pire
  • Lieutenant-Général de cavalerie Chevalier Maximilien de Neve de Roden
  • Lieutenant-Général de cavalerie Baron Victor van Strydonck de Burkel
  • Lieutenant-Général Georges Deffontaine
  • Lieutenant-Général Alphonse Verstraete
  • Lieutenant-Général Baron Raoul de Hennin de Boussu-Walcourt
  • Lieutenant-Général Joseph Leroy
  • Lieutenant-Général Médecin Edmond Durré
  • Lieutenant-Général de cavalerie Jules De Boeck
  • Lieutenant-Général Fernand Vanderhaeghen
  • Lieutenant-Général Robert Oor
  • Lieutenant-Général Libert Elie Thomas
  • Lieutenant-Général Léon Bievez
  • Major-Général de cavalerie Baron Beaudoin de Maere d’Aertrycke
  • Major-Général Paul Jacques
  • Aumônier Général Louis Kerremans
  • Lieutenant-Général Baron Armand de Ceuninck
  • Lieutenant-Général Aloïs Biebuyck
  • Lieutenant-Général de cavalerie Viscomte Victor Buffin de Chosal
  • Baron Joseph van der Elst
  • Gouverneur Jacques Delvaux de Fenffe
  • Lieutenant Ivan Colmant

Références[modifier | modifier le code]

  • Arrêté royal du 6 février 1934 créant la Croix du feu 1914-1918
  • La liste des récipiendaires provient des nécrologies de ces derniers sur le site ARS MORIENDI cité plus bas

Sources[modifier | modifier le code]

  • Quinot H., 1950, Recueil illustré des décorations belges et congolaises, 4e Édition. (Hasselt)
  • Cornet R., 1982, Recueil des dispositions légales et réglementaires régissant les ordres nationaux belges. 2e Éd. N.pl., (Bruxelles)
  • Borné A.C., 1985, Distinctions honorifiques de la Belgique, 1830-1985 (Bruxelles)

Liens externes[modifier | modifier le code]